M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - avent 2022

prière

2850.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 2 semaines -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Gardons courage, il a vaincu le monde. (Jn 16:33) Même si la culture contemporaine semble s'engouffrer davantage dans le mensonge, nous sommes encore là, à dire les vérités essentielles sur la foi, la famille et la vie. Merci nous aider à continuer. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Clarence Thomas condamne les manifestations pro-avortement au domicile des juges: «Agissez comme il se doit» et cessez de «piquer des crises»


Le juge de la Cour suprême des États-Unis Clarence Thomas.

Par Steven Ertelt (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Au cours d’un événement public vendredi soir, le juge Clarence Thomas a condamné les manifestations en faveur de l’avortement qui ont eu lieu ces derniers jours au domicile de membres de la Cour suprême, après la nouvelle, diffusée la semaine dernière, d’une fuite d’un projet de décision de la Cour suprême des États-Unis qui annule Roe v. Wade.

Dans tout le pays, les partisans radicaux de l’avortement se livrent à des actes de violence, lançant des bombes incendiaires contre des groupes pro-vie, vandalisant et perturbant des églises, forçant les centres de grossesse à fermer et organisant des manifestations d’intimidation devant les maisons des membres de la Cour suprême.

Le juge Thomas a déclaré que les conservateurs ne protesteraient pas au domicile des juges de la Cour suprême si les rôles étaient inversés sur une éventuelle décision de la Cour suprême.

« Vous ne vous rendriez jamais chez les juges de la Cour suprême lorsque les choses ne vont pas dans notre sens. Nous ne faisions pas de crises de colère. Je pense qu’il nous incombe [...] de toujours agir de manière appropriée et de ne pas rendre la monnaie de la pièce », a-t-il déclaré.

M. Thomas a déclaré que la fuite du projet d’annulation de l’arrêt Roe a endommagé à jamais la Cour suprême et la confiance qui s’était établie entre ses membres pendant des centaines d’années.

« Lorsque vous perdez cette confiance, surtout dans l’institution dans laquelle je me trouve, cela change fondamentalement l’institution », a déclaré M. Thomas au sujet du projet d’avis qui suggère que la Cour suprême est prête à annuler Roe v. Wade. « Vous commencez à regarder par-dessus votre épaule. C’est comme une sorte d’infidélité que vous pouvez expliquer, mais que vous ne pouvez pas défaire. »

Selon l’Associated Press, un participant à l’événement public a interrogé Thomas sur la relation entre les juges et le Congrès et il a répondu que le plus gros problème est au sein de la Cour.

« Eh bien, je suis juste inquiet de le garder à la Cour maintenant. » Il a ajouté: « Ce n’est pas la Cour de cette époque ».

Il a déclaré qu’avant la fuite de l’avis à Politico, le 2 mai, « personne n’aurait pu imaginer que même une ligne d’un projet d’avis serait divulguée à l’avance, et encore moins un projet entier de près de 100 pages ».

Associated Press note : « Thomas a déclaré qu’auparavant, “si quelqu’un avait dit qu’une ligne d’une opinion” serait divulguée, la réponse aurait été : “Oh, c’est impossible. Personne ne ferait jamais ça." »

« Maintenant, cette confiance ou cette croyance a disparu pour toujours ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Avent 2022

2850.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 2 semaines -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

Le juge Thomas a également déclaré : « Je pense vraiment que ce qui s’est passé à la Cour est extrêmement mauvais... Je me demande combien de temps nous allons avoir ces institutions au rythme où nous les minons. »

La semaine dernière, le juge Samuel Alito, auteur du projet d’avis renversant Roe v. Wade, a déclaré que lui et ses collègues ne se laisseront pas intimider.

Plusieurs églises ont été vandalisées avec des graffitis pro-avortement depuis la fuite de la Cour suprême, dont une église catholique à Boulder, dans le Colorado, une autre à Fort Collins, dans le Colorado, rapporte Catholic News Agency, et une troisième, l’église catholique Holy Rosary à Houston, au Texas. Un tabernacle a également été volé dans l’église catholique Saint Bartholomew à Katy, au Texas.

La police enquête sur l’incendie criminel de deux organisations pro-vie dans le Wisconsin et l’Oregon, ainsi que sur le vandalisme dans plusieurs centres de grossesse pro-vie. Les défenseurs de la vie ont également partagé des vidéos et des rapports d’agression par des militants de l’avortement lors de rassemblements et d’événements. Et des défenseurs de l’avortement ont menacé de faire exploser une église à New York.

Ces manifestations sont techniquement illégales en Virginie et les militants de l’avortement auraient dû être arrêtés.

Selon le code de la Virginie, « Toute personne qui s’engage dans un piquet de grève devant ou autour de la résidence ou du lieu d’habitation d’un individu, ou qui se rassemble avec une ou plusieurs autres personnes d’une manière qui perturbe ou menace de perturber le droit d’un individu à la tranquillité dans sa maison, est coupable d’un délit de classe 3 ».

C’est aussi une violation de la loi fédérale.

Le code fédéral 1507 interdit aux individus de manifester avec « l’intention d’interférer avec, d’obstruer ou d’entraver l’administration de la justice, ou avec l’intention d’influencer un juge, un juré, un témoin ou un officier de justice... dans ou près d’un bâtiment ou d’une résidence occupée ou utilisée par ce juge, ce juré, ce témoin ou cet officier de justice ». Les contrevenants sont passibles d’amendes, ainsi qu’une peine d’emprisonnement pouvant aller jusqu’à un an.

Alito, l’auteur du projet d’avis, et sa famille ont été déplacés de leur domicile vers un lieu sécurisé en raison des menaces de violence.

Entre-temps, certains dirigeants démocrates ont cautionné cette activité illégale.

« Tant qu’ils sont pacifiques, cela me convient », a déclaré mardi à la presse Chuck Schumer, chef de la majorité au Sénat.

De même, la porte-parole du président Joe Biden, Jen Psaki, a déclaré mardi que la Maison-Blanche « encourage » les manifestations devant les domiciles des juges tant qu’elles sont pacifiques.

Dans une lettre adressée mardi au procureur général, le sénateur américain Josh Hawley, républicain-Missouri, a dénoncé l’illégalité flagrante des manifestations devant le domicile des juges.

« La loi fédérale considère comme un crime le fait pour une personne, “dans l’intention d’influencer un juge, un juré, un témoin ou un officier de justice, dans l’exercice de ses fonctions”, de “faire du piquetage ou de défiler... dans ou près d’un bâtiment ou d’une résidence occupée ou utilisée par ce juge” (18 U.S.C. §1507) », a déclaré Hawley.

Dans une lettre distincte adressée à M. Garland mercredi, les gouverneurs républicains Larry Hogan, du Maryland, et Glenn Youngkin, de Virginie, ont également exhorté le ministère de la Justice à « fournir des ressources durables pour protéger les juges et garantir la sécurité de ces zones résidentielles », rapporte le Washington Times.

Depuis que le projet de décision a été divulgué, les défenseurs de l’avortement ont également été la cible d’incendies criminels, de vandalisme, d’agressions et de menaces dans tout le pays.

Au moins deux groupes pro-avortement ont appelé à faire des églises, en particulier les églises catholiques, la cible de l’indignation des militants de l’avortement. Et un groupe a mis en ligne les adresses des juges de la Cour suprême pour inciter les gens à manifester devant leur domicile.

« Le projet de jugement qui a été divulgué et qui déclare que la Cour suprême annule Roe vs Wade est une ATROCITÉ, mais ce n’est pas encore la loi et cela n’a pas à l’être, mais c’est ce qu’ils prévoient faire et feront si nous ne les arrêtons pas. Levez-vous et faites un grabuge d’enfer ! » écrit le groupe Rise Up 4 Abortion Rights sur Twitter.

Les militants de l’avortement tentent d’intimider les juges de la Cour suprême pour qu’ils changent d’avis et maintiennent l’arrêt Roe, après la fuite d’un projet d’avis montrant que la majorité votera en faveur de l’annulation du fameux arrêt de 1973. Le projet d’avis n’est pas définitif, les juges peuvent changer d’avis, et on ne sait pas quand la haute Cour rendra sa décision finale sur l’affaire d’avortement Dobbs v. Jackson Women’s Health, mais beaucoup pensent que la cour annulera Roe et permettra aux États de protéger à nouveau les bébés à naître.

Les sondages montrent régulièrement que la plupart des Américains sont en faveur de protections légales plus fortes pour les bébés à naître que ce que Roe ne permet. LifeNews a mis en évidence 11 sondages récents ici. Un nouveau sondage Rasmussen montre que les Américains sont plus nombreux à vouloir l’annulation de la décision Roe v. Wade (48 %) qu’à vouloir qu’elle reste en vigueur (45 %).

Depuis 1973, plus de 63 millions de bébés à naître et des centaines de mères sont morts lors d’avortements prétendument « sûrs et légaux ».

Campagne de financement - Avent 2022

Merci de votre générosité. L'objectif est de 15 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire