M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Ce bébé aurait pu mourir avant la naissance, mais son médecin l’a opéré dans le ventre de sa mère

Par Micaiah Bilger (LiveActionNews) – traduit par Campagne Québec-Vie

Il y a moins d’un an, les médecins craignaient le pire pour bébé Harriet, quand il ont découvert du liquide autour de ses poumons.

Encore dans l’utérus à l’époque, Harriet aurait pu mourir. Mais le professeur Stephen Robson décida d’essayer une technique chirurgicale risquée qui a sauver la vie de la petite fille, rapporte le Sunderland Echo.

La mère d’Harriet, Ruth Elder, de Chester-le-Street, Angleterre, a affirmé que les médecins ont d’abord remarqué le problème lorsqu’elle était enceinte depuis 28 semaines de sa fille. Harriet fut alors diagnostiquée d’une hydrops fetalis, soit « une accumulation anormale de liquide autour du cœur, des poumons, et à l’intérieur de l’abdomen de son enfant à naître, » selon l’article.

Dans une tentative visant à sauver la vie de l’enfant à naître, le docteur Robson du Royal Victoria Infirmary de Newscatle proposa d’effectuer une chirurgie fœtale. Il projetait de traverser la paroi de l’utérus, puis la poitrine du bébé pour drainer le liquide entourant ses poumons, indique l"article.

Bien que cela fut risqué et douloureux, Elder affirma qu’elle et son mari savaient qu’ils allaient faire tout leur possible pour sauver la vie d’Harriet.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Tout cela s’est passé très rapidement et donc nous n’avons pas eu le temps de nous inquiéter de ce qu’impliquait la procédure, je voulais simplement qu’ils donnent le meilleur d’eux-mêmes afin de sauver notre bébé, affirme-t-elle. »

Voici d’autres détails du l’article :

« Le professeur a affirmé que la manœuvre était risquée, mais qu’elle représentait l’unique option puisque le bébé était si malade et ses chances de survie très basses.

Il dit : “Il n’y a pas un grand nombre d’anomalies fœtales que l’on peut soigner dans l’utérus, mais cette option est parfois envisagée et l’intervention peut s’avérer être très efficace.” Bébé Harriet et sa mère surmontèrent l’opération, et elle naquit six semaines plus tard, le 10 juillet 2017. Après de nombreuses semaines à l’hôpital, elle fut en assez bonne forme pour revenir à la maison en septembre, d’après le l’article. »

Aujourd’hui, ses parents affirment qu’Harriet s’épanouit à la maison.

« Nous n’aurions jamais pu passer à travers tout cela sans la merveilleuse équipe au RVI et du Great North Children’s Hospital, ils étaient gentils et sont même devenus une seconde famille, » a déclaré sa mère. « Ce que le professeur Robson a fait est tout simplement brillant, la condition d’Harriet était si rare et elle était dans état si grave que le personnel ne connaissait pas ses chances de survie. »

Comme Harriet, d’autres enfants à naître ont aussi été sauvés grâce au progrès de la chirurgie fœtale. L’an dernier, le New York Times a publié un article incroyablement favorable quant à la découverte d’une nouvelle chirurgie fœtale qui peut aider les bébés atteints de spina bifida.

Ces étonnantes procédures chirurgicales ne sont pas seulement vitales, mais elles reconnaissent également qu’un enfant à naître est, en fait, une vie digne d’être sauvée.

Publicité



Laissez un commentaire