M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

3620 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Canada : projet de loi libéral criminalisant la thérapie réparative (aide à sortir de l’homosexualité)


Justin Trudeau, premier Premier ministre du Canada à parader dans un défilé gay.

Par Pour une école libre au Québec

Le gouvernement de Justin Trudeau (ci-contre) a déposé un projet de loi en chambre (C-8) qui vise à criminaliser ce qu’il appelle les « thérapies de conversion » et leur publicité. Le Sénat a proposé un projet de loi similaire, mais plus bref (S-202).

Extrait de C-8 :

Thérapie de conversion
Définition de thérapie de conversion

320 101 Aux articles 320.102 à 320 106, thérapie de conversion s’entend d’une pratique, d’un traitement ou d’un service qui vise soit à rendre une personne hétérosexuelle ou cisgenre, soit à réprimer ou à réduire toute attirance ou tout comportement sexuel non hétérosexuels. Il est entendu que la présente définition ne vise pas les pratiques, les traitements ou les services qui se rapportent :
a) à la transition de genre d’une personne ;
b) à l’exploration ou à la construction de son identité.

Thérapie de conversion forcée

320.102 Quiconque, sciemment, fait suivre une thérapie de conversion à une personne contre son gré est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Thérapie de conversion : enfant

320.103 (1) Quiconque, sciemment, fait suivre une thérapie de conversion à une personne âgée de moins de dix-huit ans est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de cinq ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

[...]

Publicité de thérapie de conversion

320.104 Quiconque fait sciemment de la publicité pour offrir de la thérapie de conversion est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

Avantage matériel

320 105 Quiconque bénéficie d’un avantage matériel, notamment pécuniaire, qu’il sait provenir ou avoir été obtenu, directement ou indirectement, de la prestation de thérapies de conversion est coupable :
a) soit d’un acte criminel passible d’un emprisonnement maximal de deux ans ;
b) soit d’une infraction punissable sur déclaration de culpabilité par procédure sommaire.

[Avez-vous remarquez, ce projet de loi n’interdit pas la « thérapie de conversion » pour devenir homosexuel ?*]

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement du Carême 2020

3620 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 6 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Ces projets de loi ont suscité une réaction de Derek Sloan, un jeune député ontarien, unilingue, avocat de formation qui brigue la présidence du Parti dit conservateur du Canada (PCC). Il est considéré comme un des chefs de file des conservateurs sociaux. Richard Décarie, éliminé par une camarilla non élue du PCC, a demandé à ses partisans de le soutenir. Nous avons traduit son communiqué puisqu’il ne semble pas l’avoir publié en français :

Une astuce courante de la gauche progressiste [« liberal » en anglais] consiste à changer le sens des mots afin de masquer la vérité.

La « thérapie de conversion » en est le dernier exemple orwellien.

La gauche condamne sous le nom de « thérapie de conversion » l’idée que les parents puissent aider un enfant à se sentir bien dans sa peau et heureux du corps avec lequel il est né, alors qu’elle se félicite qu’on donne à un enfant des hormones et qu’on lui fasse subir une chirurgie plastique irréversible en appelant cela de l’« affirmation de genre ».

Si ces termes vous paraissent inversés, c’est parce que c’est le cas. En fait, pour les adolescents souffrant de dysphorie de genre, cela peut être un cauchemar.

Les idéologues du genre enseignent aux enfants dans les écoles publiques (ou partout ailleurs où ils peuvent les atteindre) que leur « genre » est fluide et qu’ils peuvent ne pas être des « garçons » ou des « filles » contrairement à ce que leurs familles leur ont dit.

Ensuite, les idéologues du genre attirent les enfants désorientés qui développent une dysphorie de genre pour leur faire prendre des hormones afin de modifier leur corps encore en croissance.

Mais, lorsque cette « conversion » de garçon en fille ou de fille en garçon n’est pas tout à fait terminée, et que les enfants demandent de l’aide, ou que leurs parents demandent de l’aide en leur nom pour arrêter cette « conversion », les idéologues du genre crient « comment osez-vous essayer arrêter ça ? » Et puis les idéologues du genre condamnent les efforts en matière de conseil en les nommant une « thérapie de conversion ».

Cette semaine, le gouvernement libéral de Trudeau a annoncé un projet de loi, le projet de loi C-8, il vise à interdire tout ce que les idéologues du genre considèrent comme une « thérapie de conversion ».

Il fait suite à la législation en vigueur à l’Île-du-Prince-Édouard, en Nouvelle-Écosse et au fameux « projet de loi 77 » de l’Ontario, présenté par les libéraux de Kathleen Wynne en 2015.

Maintenant, les idéologues de genre du Parti libéral fédéral veulent entraîner le reste du Canada dans un monde chamboulé, cul par-dessus tête, qui élimine les droits parentaux dans ce domaine. Bien plus : l’interdiction de ces « thérapies de conversion » empêche en fait les mineurs souffrant de dysphorie de genre d’obtenir une aide psychologique, même s’ils la sollicitent.

C’est de la folie.

Des études montrent que, pour la grande majorité des enfants qui s’identifient comme « trans », il ne s’agit qu’une phase et que, à l’âge adulte, ils finissent par s’identifier avec bonheur au corps avec lequel ils sont nés, quelle que soit leur orientation sexuelle.

Les « interdictions » prônées sont beaucoup trop vastes et représentent une atteinte dangereuse aux libertés individuelles et aux droits parentaux.

Bien sûr, chaque député responsable devrait soutenir les mesures visant à empêcher des conseils coercitifs qui nuisent aux patients. Mais cette nouvelle loi, le projet de loi C-8, empêchera les Canadiens d’un océan à l’autre de s’engager librement dans des conversations et des conseils privés, à l’instar de la situation à laquelle nous sommes actuellement aux prises en Ontario.

Au début de l’hiver, je me suis entretenu avec l’animateur de CTV Power Play Evan Solomon sur ce sujet.

Après la diffusion de cet entretien, j’ai reçu de nombreux messages de soutien, y compris certains de la part des membres de la communauté LGBT qui reconnaissent que la vie des enfants est sacrifiée au nom de l’« idéologie du genre » destructrice.

Pour ma part, je voterai contre le projet de loi C-8.

J’espère et je prie que d’autres députés — en particulier mes collègues conservateurs — se joindront à moi pour vaincre cette nouvelle tentative d’imposer une idéologie de genre aux enfants du Canada.

Un de nos contacts s’était insurgé dans les commentaires du site de la société d’État contre ces projets de loi qui visent à interdire des séances de « conseil en affirmation corporelle » (dans les termes de Derek Sloan) alors que le gouvernement n’interdit pas les thérapies de conversion pro-LGBTQ qui modifient de façon permanente l’anatomie des enfants par l’utilisation d’hormones. La société gouvernementale de diffusion a censuré son message. Plus d’un milliard de dollars de subventions à l’œuvre.

Rappelons aussi que les juges et les associations militantes LGBT en Colombie-Britannique empêchent un père de s’opposer aux traitements hormonaux imposés par le tribunal à sa fille et d’en parler à quiconque [...]

 


*Commentaire d'Augustin Hamilton.

Campagne de financement du Carême 2020. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire