M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Boston va accorder un congé payé de 3 mois aux employées de la ville qui se font avorter


Michelle Wu, nouveau maire de Boston.

Par Matt Lamb — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : capture d'écran sur YouTube

19 novembre 202, Boston, Massachusetts (LifeSiteNews) — Les employées de la ville de Boston peuvent maintenant obtenir trois mois de congé payé après un avortement.

En effet, depuis deux mois, les employés de la municipalité peuvent obtenir des congés après un avortement grâce à une modification du congé parental promue par Michelle Wu, le maire nouvellement élu de Boston. Mme Wu a prêté serment le 16 novembre 2021.

L’amendement adopté en septembre « modifie l’ordonnance actuelle en appliquant la prestation de congé parental payé aux parents qui ont subi une perte de grossesse ».

« L’adoption de cette ordonnance permettrait aux employés de la ville (parents) de bénéficier d’une prestation de congé parental payé en cas de naissance naturelle, quelle que soit la méthode utilisée, d’adoption, de maternité de substitution et de perte de grossesse. Le dossier #0481 étendrait également le congé parental payé de six semaines à douze semaines », indique la nouvelle politique.

Mme Wu a proposé pour la première fois d’inclure l’avortement dans la catégorie « perte de grossesse » en mars de cette année.

« Les conseillers municipaux cherchent à modifier le libellé de la loi pour y inclure la notion de “perte de grossesse”, couvrant ainsi les fausses-couches, les interruptions de grossesse, les cas de dilatation et d’extraction et d’autres situations relevant de la présente politique », rapportait le Boston Globe en mars.

Les partisans de cette modification ont invoqué les effets dévastateurs d’une fausse-couche, qui n’est pas intentionnelle, pour justifier la politique plus large de l’avortement, qui est le meurtre intentionnel d’un bébé.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Je pense que cela nous rend plus équitables », a déclaré la conseillère Lydia Edwards en mars.

« Cela nous rend plus forts, en tant que ville, de reconnaître qu’il y a une perte de grossesse [sic] et qu’une personne peut, sans y être obligée, avoir besoin de prendre un congé pour y faire face ».

Le maire Michelle Wu a fait campagne pour son nouveau poste avec un programme qui comprenait des soins de santé « d’affirmation du genre », ce qui fait référence au soutien des personnes qui pensent être « transgenres ».

Son site web se vante de son travail pour faire passer « une législation garantissant un accès inclusif aux soins de santé pour tous les employés de la ville, interdisant la discrimination basée sur l’identité de genre ».

L’ordonnance municipale de 2014 « permettra aux employés de la ville qui s’identifient comme transgenres d’obtenir une couverture complète des coûts de la thérapie et de l’opération de réassignation sexuelle dans le cadre du plan de soins de santé de la ville », a rapporté le Boston Magazine.

« L’ordonnance de non-discrimination en matière d’identité de genre assurera également la couverture des personnes à charge des employés municipaux, les dépenses pour les opérations liées à la transition, l’hormonothérapie, l’opération d’affirmation de genre et d’autres services », a rapporté le magazine en 2014.

« La lutte pour l’égalité comprend la garantie de soins linguistiquement et culturellement compétents, l’accès à des services d’affirmation du genre, et une politique de santé qui place les personnes handicapées et les maladies chroniques au centre des préoccupations », peut-on lire sur le site Internet de Wu.

Elle a également reçu le soutien du géant de l’avortement Planned Parenthood.

Le vendeur d’avortements a fait l’éloge du travail de Mme Wu concernant la législation sur le congé parental ainsi que de son soutien à la loi de l’État sur l’avortement, le Roe Act, qui autoriserait les avortements pendant les neuf mois de la grossesse.

« Le maire de Boston doit se faire l’avocat des patients de Planned Parenthood et de la santé, des droits et de la liberté en matière de procréation dans la ville et au-delà », écrit Planned Parenthood Advocacy Fund of Massachusetts dans sa lettre de soutien.

« La conseillère Wu a publiquement soutenu et défendu le Roe Act. Elle utilisera sa tribune en tant que maire pour défendre le droit à l’avortement, pour faire pression en faveur de politiques proactives qui font progresser l’équité en matière de santé et pour mettre en avant les histoires des patients de Planned Parenthood », a ajouté le fournisseur d’avortement.

Mme Wu a déjà fait adopter une loi autorisant l’utilisation du « X » pour indiquer le genre sur les formulaires gouvernementaux et imposant un « langage inclusif en matière de genre ».

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire