M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Avortement : Le président du syndicat des Gynécologues déclare: « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies »


Le Dr Bertrand De Rochambeau (à droite).

Par Emilie Defresne (Medias-Presse.info)

Le Dr Bertrand De Rochambeau a déclaré au micro du Quotidien « Nous ne sommes pas là pour retirer des vies ». La journaliste Valentine Oberti lui a répondu: « Un enfant à naître n’est pas une vie au sens juridique. Ce n’est pas un homicide de faire une IVG », lui a répliqué la journaliste. « Si Madame », a -t-il rétorqué. Valentine Oberti persiste : « Non, au sens du Code pénal, ce n’est pas ça, c’est faux (…) Toutes les femmes – j’en suis une – ne considèrent pas qu’avoir un embryon dans le ventre, c’est une vie. »

Réponse du président du Syngof : « Ça, c’est son opinion. Moi, en tant que médecin, je ne suis pas forcé d’avoir votre opinion. Et si je ne l’ai pas, la loi me protège et ma conscience aussi », explique-t-il en référence à la clause de conscience qui permet aux gynécologues de refuser de pratiquer des IVG.

Le Code de la santé publique prévoit en effet qu‘« un médecin n’est jamais tenu de pratiquer une interruption volontaire de grossesse. […] Aucune sage-femme, aucun infirmier ou infirmière, aucun auxiliaire médical, quel qu’il soit, n’est tenu de concourir à une interruption de grossesse. » Source France Info

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Moi, je fais un métier avec mes tripes. Je me lève à n’importe quelle heure. La nuit, je fais des opérations très difficiles, avec mes tripes. Et donc les choses auxquelles je ne crois pas, je ne les fais plus, » a encore insisté le docteur Bertrand de Rochambeau, gynécologue et président du Syndicat national des gynécologues-obstétriciens de France (Syngof) à propos de l’avortement.

Le Syngof prend ses distances avec les propos de son président : « Bertrand de Rochambeau s’est exprimé en son nom personnel et non au nom du Syngof. » Et d’assurer que : « Le Syngof ne remet nullement en cause l’IVG, nombre de gynécologues au sein du Syngof pratiquent les IVG. » Malheureusement pour les petits innocents.

La ministre de « la Santé », Agnès Buzyn, et la secrétaire d’État à l’Égalité femmes-hommes, Marlène Schiappa, sont aussitôt montées au créneau pour défendre le droit à la vie… Heu, pardon, je fais erreur, de leurs puissants postes ministériels elles ont au contraire intimé le droit de donner la mort sur des êtres sans aucune défense…



Laissez un commentaire