M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Aucun reste humain n’a été trouvé sur le site d’un pensionnat catholique au Canada

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Tinnakorn/Adobe Stock

22 août 2023 (LifeSiteNews) — Au milieu d’une série d’incendies d’églises suscitée par des allégations de « tombes non marquées » dans les anciens pensionnats religieux pour enfants indigènes, une excavation récente menée sur l’un des sites n’a révélé aucune « preuve concluante » de restes humains.

L’ancien pensionnat de Pine Creek, situé à Pine Creek, au Manitoba, a été géré par l’Église catholique de 1890 à 1969 — le site abrite aujourd’hui l’église catholique Our Lady of Seven Sorrows. Les archives gouvernementales font état de 21 décès survenus dans ce pensionnat.

Les fouilles, qui ont duré quatre semaines et n’ont révélé aucune trace de restes humains, ont été menées par la tribu de la Première nation Minegoziibe Ashinabe, après qu’un radar à pénétration de sol ait détecté 14 anomalies sur le site de l’ancienne école.

Dans une vidéo publiée sur les médias sociaux vendredi dernier, le chef Derek Nepinak des Minegoziibe Anishinabe a déclaré qu’en tant que « communauté, nous nous préparons à plus d’une issue possible, ce qui signifie que nous nous préparons au pire tout en espérant le meilleur ».

MANITOBA — Le chef Derek Nepinak des Minegoziibe Anishinabe a annoncé que les fouilles effectuées sous une église catholique n’ont révélé AUCUNE PREUVE DE RESTE HUMAIN.
Selon les accusations d’anciens élèves, les écoles résidentes de l’Église auraient dissimulé les abus et les décès d’enfants autochtones.
— Bree A Dail (@breeadail) 21 août 2023

Nepinak a expliqué que les fouilles ont été effectuées par une équipe de chercheurs de l’université de Brandon, la même équipe que celle sur laquelle s’appuient les forces de l’ordre pour recueillir des preuves archéologiques.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Les pensionnats autochtones canadiens, bien que gérés par l’Église catholique et d’autres églises chrétiennes, ont été mandatés et mis en place par le gouvernement fédéral de l’époque.

Depuis le printemps 2021, plus d’une centaine d’églises, pour la plupart catholiques, ont été incendiées ou vandalisées dans tout le Canada. Les attaques contre les églises ont eu lieu peu après la découverte non confirmée de « tombes anonymes » dans des pensionnats aujourd’hui fermés, autrefois gérés par l’Église, dans certaines régions du pays.

Dans la vidéo, M. Nepinak déclare que l’absence de preuves trouvées à Pine Creek « ne doit pas être considérée comme concluante pour les autres recherches en cours et les efforts pour identifier les réflexions provenant d’autres processus communautaires, y compris d’autres initiatives (radar à pénétration de sol) ».

En 2021 et 2022, les médias grand public ont publié des déclarations incendiaires et douteuses selon lesquelles des centaines d’enfants avaient été enterrés et négligés par des prêtres et des religieuses catholiques qui dirigeaient certaines écoles.

L’année dernière, la Chambre des communes du Canada, sous le premier ministre libéral Justin Trudeau, a déclaré que [ce qui est arrivé dans] les pensionnats indiens était officiellement défini comme un « génocide », alors que rien n’indiquait que c’était le cas.

M. Nepinak a demandé aux gens de continuer à rechercher la vérité et de ne pas comparer les résultats de leurs fouilles à ceux d’autres fouilles menées au Canada.

« Cela ne marque pas la fin de notre projet de recherche de la vérité », a déclaré M. Nepinak.

D’autres fouilles menées dans des pensionnats n’ont pas révélé de restes humains.

Malgré le nombre considérable d’incendies d’églises au Canada, dont certains se sont produits il y a seulement un peu plus d’un mois, l’ancien ministre canadien du Patrimoine, Pablo Rodriguez, a récemment suggéré de manière effrontée que l’on pourrait remédier à cette vague d’incendies d’églises antichrétiennes en renforçant la réglementation de l’internet « en ligne ». 

Les pensionnats ont été imposés par décret gouvernemental

S’il est vrai que certains élèves ont été traumatisés par leur expérience dans les pensionnats, cette expérience n’est pas universelle et n’est pas propre aux pensionnats [pour autochtones], car certains élèves ne s’adaptent pas bien aux pensionnats en général.

Le système canadien des pensionnats était une structure d’internats financée par le gouvernement canadien, qui a fonctionné de la fin du XIXe siècle jusqu’à la fermeture de la dernière école en 1996.

Certaines écoles étaient gérées par des ordres religieux catholiques qui s’étaient installés au Canada. Si certains catholiques ont effectivement commis de graves abus à l’encontre d’enfants autochtones, les fautes commises dans le passé ont suscité un sentiment anti-catholique qui a explosé l’été dernier après la découverte de tombes « anonymes » à Kamloops, en Colombie-Britannique.

En ce qui concerne la découverte de tombes anonymes au pensionnat de Kamloops, de nouvelles preuves récentes remettent en cause la thèse des médias grand public et du gouvernement selon laquelle l’Église catholique enterrait secrètement des enfants.

En juillet dernier, le pape François a effectué un « pèlerinage » apostolique au Canada, visitant exclusivement des peuples des Premières nations en Alberta et au Québec. Au Québec, il a participé à un rituel païen de « purification » avant de prononcer un long discours dans lequel il a fait part de sa « profonde honte et de son chagrin » pour le rôle joué par les membres de l’Église catholique dans les abus commis dans les pensionnats financés par le gouvernement.

Le pape a présenté ces excuses alors qu’une enquête menée en janvier 2022 a révélé qu’aucune tombe n’avait été retrouvée.

Les prélats catholiques canadiens ont continué à se plier à la pression des médias et du gouvernement pour s’excuser du rôle de l’Église dans le système des pensionnats.

En 2021, M. Trudeau a attendu des semaines avant de reconnaître les actes de vandalisme commis dans les églises et, lorsqu’il s’est exprimé, il a déclaré qu’il était « compréhensible » que des églises aient été incendiées, tout en reconnaissant qu’il s’agissait d’actes « inacceptables et répréhensibles ».  Plus tard, il a également demandé au pape François de présenter des excuses.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.