M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Aucun bébé à naître n’a été tué à Lubbock au Texas depuis que les avortements y sont interdits

Par Micaiah Bilger - Traduit par Campagne Québec-Vie - Photo : Alex/AdobeStock

8 oct. 2021 Lubbock, Texas - (LifeNews) Les citoyens de Lubbock, au Texas, ont pris une position ferme en faveur de la vie en mai lorsqu’ils ont voté à une écrasante majorité en faveur d’une ordonnance de « Ville sanctuaire pour les enfants à naître ».

L’ordonnance, qui interdit les avortements dans les limites de la ville, est entrée en vigueur en juin, et Planned Parenthood a admis cette semaine qu’elle n’a pratiqué aucun avortement dans la ville depuis lors, selon Everything Lubbock.

Alors que l’attention des médias se concentre actuellement sur la Loi texane sur les battements de cœur, qui interdit les avortements dès que les battements de cœur d’un bébé à naître sont détectables, les ordonnances locales de Ville sanctuaire pour les enfants à naître sauvent également des vies. Un juge fédéral a bloqué l’application de la Loi sur les battements de cœur, le projet de loi 8 du Sénat, mercredi dernier, mais la décision ne s’applique pas aux ordonnances locales.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« L’injonction s’applique à Lubbock comme dans toutes les autres régions du Texas. Mais le problème est que l’ordonnance municipale de Lubbock, qui interdit l’avortement à tous les âges de la gestation, reste en place », a déclaré un porte-parole de Planned Parenthood à la presse locale.

L’entreprise d’avortements, qui vaut des milliards de dollars, a déclaré qu’elle n’avait pratiqué aucun avortement à Lubbock depuis l’entrée en vigueur de l’ordonnance municipale le 1er juin.

Planned Parenthood a intenté une action en justice pour contester l’ordonnance pro-vie, mais un juge l’a rejetée en juin.

Lubbock est la plus grande ville des États-Unis ─ et la première possédant un centre d’avortement ─ à adopter une ordonnance pour protéger les bébés à naître de l’avortement. Son application est une bonne nouvelle pour l’avenir des enfants à naître et pour d’autres villes qui espèrent également protéger les bébés à naître par le biais d’ordonnances « Sanctuary for the Unborn ».

À ce jour, près de 40 villes du Texas, du Nebraska et de l’Ohio ont adopté des ordonnances pro-vie qui interdisent les avortements sur leur territoire. Bien que les militants de l’avortement aient menacé d’intenter des actions en justice, les villes ont obtenu gain de cause devant les tribunaux. En 2020, l’Union américaine pour les libertés civiles a abandonné ses poursuites contre les ordonnances pro-vie de sept autres villes du Texas.

L’ordonnance Sanctuary for the Unborn reconnaît que les bébés à naître sont des êtres humains précieux qui méritent d’être protégés par la loi. Elle interdit les avortements dans les limites de la ville et décrit les conséquences juridiques pour les avorteurs qui persistent à pratiquer des avortements. Elle ne pénalise pas les femmes qui cherchent à avorter ou qui le font, et n’interdit pas les avortements lorsque la vie de la mère est en danger.

L’ordonnance comporte des mécanismes d’application publics et privés. Le mécanisme d’application public prévoit des amendes à l’encontre de l’avorteur et de toute personne qui contribue à un avortement dans les limites de la ville, mais il ne pourra être appliqué tant que l’arrêt Roe v. Wade ne sera pas annulé.

En revanche, le mécanisme d’application privé est immédiat. Il rend les avorteurs et ceux qui les aident « responsables en matière de délit civil envers un parent survivant de l’enfant à naître avorté, y compris la mère, le père, les grands-parents, les frères et sœurs ou les demi-frères et sœurs de l’enfant à naître », ce qui signifie que l’avorteur peut être poursuivi pour avoir avorté l’enfant à naître.

À ce jour, 36 villes du Texas, deux du Nebraska et une de l’Ohio ont adopté des ordonnances pro-vie pour interdire les avortements. Une ville, Omaha au Texas, a abrogé son ordonnance et adopté un règlement pro-vie non exécutoire.



Laissez un commentaire