M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Analyse d’Alain Escada, président de Civitas, de la crise du coronavirus


Alain Escada, président de Civitas.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Alain Escada, président du mouvement politique Civitas, écrit dans un récent communiqué ses réflexions sur le coronavirus, ayant attendu jusqu’à maintenant en observant l’agitation mondiale qui entoure le coronavirus pour donner une analyse plus juste de la situation actuelle. Je vous invite à lire ce texte très pertinent sur ce que nous vivons aujourd’hui, et dont je vous donne ici un faible aperçu.

M. Escada dénonce dans son communiqué l’esprit de mensonge qui règne dans le gouvernement français et le monde médiatique, ces médias financés par l’État ou par de puissants milliardaires (ce qui est largement vrai dans la plupart des États), il montre du doigt la suppression des libertés élémentaires (nécessaires à nos devoirs) sous la commande d’un gouvernement libertarien qui installe une surveillance de dictature afin de s’assurer de la soumission des quelques possibles récalcitrants, qui oseraient, par exemple, rendre visite à un parent mourant, ou qui (horreur !) s’aviseraient d’aller assister à la messe. Pendant ce temps-là, les zones dans lesquels l’État ne fait habituellement pas régner l’ordre sont exemptes de la discipline martiale qui chape le reste du pays… Quelle cohérence !

Ce gouvernement impréparé, le personnel médical manque de tout, et opiniâtrement irresponsable, ne dédaigne-t-il pas certaines aides proposées et certaines possibles solutions, isole dans le même temps les personnes âgées et malades des leurs ou du prêtre, les exposant ainsi à un délaissement mortel, tandis que l’État profite de la terreur coronavirienne pour faire avancer la Culture de mort. Selon Medias-Presse.info (MPI) :

Qu’importe aux personnes âgées d’être épargnées du coronavirus si c’est pour finir leurs derniers jours dans un abandon forcé. Beaucoup se laissent donc mourir tout simplement parce que ces mesures strictes de confinement leur ont fait perdre goût à la vie. D’autres voient leur santé mentale ou physique se détériorer jusqu’au stade fatal parce qu’elles ont été privées des stimulations de leur entourage habituel.

Et, comme s’il fallait par tous les moyens réduire le nombre de personnes âgées durant cette épidémie, un décret ministériel encourage le personnel médical à « soulager » les personnes âgées simplement suspectes d’être contaminées par le coronavirus en les traitant au rivotril, ce qui est tout simplement une euthanasie qui ne dit pas son nom comme l’a très bien expliqué le Docteur Nicole Delépine.

Toujours dans une perspective mortifère, le ministre de la Santé Olivier Véran déclare à l’Assemblée Nationale que l’avortement « doit être encouragé » durant l’épidémie de coronavirus et joint les actes à la parole en prenant des mesures pour faciliter l’avortement à domicile durant les neuf premières semaines de grossesse.

L'article continue après cette publicité

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

M. Escada souligne le jeu mondialiste qui se déroule sur la totalité de la planète, une panacée est proclamée pour nous sortir du « nécessaire » confinement qui nous « préserve » de la « pandémie de coronavirus », sortie plus que nécessaire, un vaccin… tandis que sont négligées d’autres solutions. Ceux qui proposent le remède universel ont bien des conflits d’intérêts, depuis l’OMS jusqu’à Bill Gates qui la finance, en passant par ministres et des fonctionnaires.

La ruine de l’économie vaut-elle les mesures qui ont été prises ? Ruine des petits commerçants et entreprises au profit de multinationales. Ce qui est du moins à surveiller c’est sur qui on fera retomber le coût de toute cette aventure.

La réaction du gouvernement face au virus couronné est typiquement athée, aucune supplique lancée à Dieu, mais bien plutôt un défi, sous la forme de l’interdiction d’assister au Saint Sacrifice, présence qui Lui est due. Un trait douloureux de l’absence de messes publiques est l’empressement de la hiérarchie de se plier, sans protester, aux directives de la dictature sanitaire, selon MPI :

Nous sommes encore dans la joie de Pâques. Mais nous sommes aussi consternés par la façon dont nous avons été privés des cérémonies liturgiques de la Semaine Sainte et de la résurrection de Notre-Seigneur Jésus-Christ.

Saluons les initiatives de prêtres tels que ceux de l’église Saint Nicolas du Chardonnet pour offrir aux fidèles un palliatif avec la mise en ligne en direct des offices religieux. Saluons aussi tous les prêtres de la Tradition qui ont utilisé diverses astuces pour accorder les sacrements à leurs fidèles.

Il est choquant de constater que les épiscopats ont souvent anticipé les demandes des autorités politiques.

Plus grave encore est de considérer à quel point rares ont été les protestations du clergé devant la fermeture imposée des églises et chapelles en un moment essentiel de l’année liturgique.

Jusqu’au sommet de la hiérarchie… Il nous faut la messe affirme M. Escada, d’après MPI :

Mais comment admettre que largement de par le monde, et jusque parmi le clergé chargé de conserver la Tradition catholique, le monde catholique se soit plié avec une telle facilité aux ukases d’autorités politiques et sanitaires ?

Comment ne pas considérer que c’est un signe inquiétant de leur manque de Foi qui a conduit tant de cardinaux, d’évêques et de prêtres à se rendre directement ou indirectement complices de cette privation des sacrements ?

Des épidémies, il y en a eu et il y en aura encore dans l’histoire de l’humanité.

Mais c’est la première fois dans l’ère chrétienne que Dieu se trouve oublié, écarté même, des réponses à apporter à une épidémie.

Que m’importe d’être épargné du coronavirus si je suis privé des sacrements et tenu éloigné de Dieu ?

Il nous faut retrouver l’assistance à la sainte Messe. Pourquoi pas en plein air devant nos cathédrales, églises et chapelles, comme ce fut le cas lors de l’épidémie de peste à Marseille ?

Il nous faut des processions avec le Saint-Sacrement dans les rues de nos cités.

Il nous faut faire pénitence pour l’apostasie de nos nations et l’application de lois iniques et contre nature.

Il nous faut témoigner publiquement de notre Foi.

M. Escada termine son communiqué en invitant les Français à prier sainte Jeanne d’Arc de sauver la France, le 10 mai, jour où devait avoir lieu une grande célébration en l’honneur de cette sainte héroïne.

De notre côté au Canada, nous pourrions également prier sainte Jeanne d’Arc, patronne inspirante pour les Canadiens français, les saints du Canada et la sainte Vierge Marie, pour le salut de notre pays, des âmes du monde entier, et de l’Église.

Publicité



Laissez un commentaire