M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Alors que les avortements en Irlande commencent, le ministre de la Santé veut censurer les pro-vie


Les « Sept Pacifiques » portent un témoignage pro-vie devant un centre d’avortement de Galway, en Irlande.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton — Campagne Québec-Vie

Il est affligeant de voir à quelle vitesse l’Irlande se transforme avec ses politiciens prêts à se lancer tête baissée dans des projets de loi qui n’existent pas forcément dans les pays qui ont légalisé l’avortement. Extrait de LifeSiteNews :

La stratégie que les partisans de l’avortement utilisent pour réduire au silence les pro-vie consiste à créer des zones de censure, semblables à celles qui sont déployées au Royaume-Uni autour des centres d’avortement. Ces zones empêchent tout témoignage pacifique à proximité des centres d’avortement, ainsi que l’offre d’un soutien pratique et moral aux femmes enceintes, et l’offre d’une alternative à l’avortement.

Jeudi matin, le 3 janvier 2019, un groupe de 7 hommes et femmes a passé quelques heures devant le Galvia West Medical Centre à Galway. Ces témoins pro-vie portaient des pancartes sur lesquelles on pouvait lire : « Il y a toujours une meilleure option », « Aimez-les tous les deux », « Dites non à l’avortement à Galway ». Le groupe est parti juste avant le déjeuner.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Maria Mahoney, l’une des personnes participant à ce témoignage pro-vie, a déclaré à LifeSite :

La manifestation était composée d’habitants de la région qui avaient été horrifiés d’apprendre que le médecin qui distribuait des pilules abortives à Galway City se trouvait en plein centre commercial de Westside, qui contient également une bibliothèque et un terrain de jeux. Mon amie avait appris que l’un des médecins du centre médical de Galvia était sur la ligne d’assistance téléphonique du gouvernement pour l’avortement, puis elle nous en a parlé, et nous a aidés à organiser la manifestation.

Nous voulions nous assurer que tous ceux qui prenaient la pilule abortive connaissent l’aide offerte par tant de merveilleux groupes locaux, en particulier My Adoption Story et Gianna Care. Nous voulions également envoyer un message clair au médecin concerné, à savoir que c’était totalement contraire à l’éthique et au serment d’Hippocrate que les médecins prêtent depuis près de 2500 ans. C’est horrible que le gouvernement donne 450 euros pour détruire un bébé à naître, mais qu’il ne donne qu’une maigre somme lorsqu’un généraliste s’occupe d’un enfant à naître.

[...] la petite manifestation pacifique à Galway [...] a provoqué une réaction hystérique chez les pro-avortement qui ont réclamé des restrictions aux droits civils dans la société irlandaise. Le Irish Times a rapporté que la militante pro-avortement Ailbhe Smyth a demandé au ministre de la Santé, Simon Harris, d’introduire un projet de loi d’urgence pour imposer des zones de censure de type britannique autour des cabinets médicaux offrant des services d’avortement. Bien sûr, Harris, qui est l’un des politiciens les plus favorables à l’avortement en Irlande et qui semble également déterminé à prouver à chaque fois ses compétences d’« éveillé », a immédiatement cédé et promis de produire une loi pour ces lieux.

Publicité



Laissez un commentaire