M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

1 029 patients tués par l’euthanasie en Ontario depuis la légalisation : rapport du coroner

Par Lianne Laurence — traduit par Campagne Québec-Vie

Ottawa, 16 février 2018 (LifeSiteNews) — Quelques 1 029 personnes ont été euthanasiées en Ontario dans les 18 mois suivant la législation de la pratique par le gouvernement canadien, selon le rapport du coroner provincial.

Les données ont été obtenues par Patricia Maloney et publiées sur son blogue Run With Life.

Maloney a été informée par le Ministère de la Santé de l’Ontario qu’il n’y avait pas de « code de facturation » des médecins pour l’euthanasie ou le suicide assisté dans le barème de prestation du régime d’assurance-maladie de la province et que le bureau du coroner provincial « suivait les cas. »

Les données qu’elle a reçues des Bureau du coroner en chef/Service de médecine légale de l’Ontario indiquent que jusqu’au 31 décembre 2017, 1 030 personnes ont reçu l’AMM (aide médicale à mourir). Le gouvernement libéral de Justin Trudeau a légalisé l’euthanasie en juin 2016.

Une mort a été « administré par un patient » tandis que 1 029 ont été « administrées par le clinicien. »

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Mais Alex Schadenberg, directeur général d’Euthanasia Prevention Coalition, prévient que les chiffres pourraient être plus élevés.

« Les données du rapport de décès assistés d’Ontario sont basées sur les décès signalés. L’Ontario a mis au point un système d’autodéclaration, selon lequel le médecin qui donne la mort au patient est aussi le médecin qui envoie le rapport. Il n’y a pas de tiers parti qui supervise la mort du patient », a-t-il déclaré à LifeSiteNews dans un courriel.

« Par conséquent, le rapport n’indiquera pas si le médecin a piqué le patient dans des circonstances douteuses, car ceux-ci ne signaleront pas d’eux-mêmes l’abus de la loi et, advenant que le médecin ne soumette pas de rapport, les données resteront tout simplement inconnues, » a expliqué Schadenberg.

Schadenberg était également préoccupé par le fait que le rapport du coroner de l’Ontario mentionnait « autre » comme « condition sous-jacente » à l’euthanasie dans 8 pour cent des cas.

« En Oregon, ces autres causes rassemblent le diabète et autres maladies chroniques », a affirmé Schadenberg, faisant référence à la publication sur son blogue qui traite du sujet.

Le rapport fait référence au cancer comme condition sous-jacente dans 64 pour cent des décès, aux maladies dégénératives, dans 14 pour cent et aux troubles respiratoires-circulatoires dans également 14 pour cent des décès.

« L’autre préoccupation est la pression mise sur le personnel médical pour qu’il contribue à tuer ses patients, » a noté Schadenberg.

Un tribunal d’Ontario a récemment confirmé une politique du Collège des Médecins et Chirurgiens de l’Ontario, exigeant que « les médecins qui s’opposent à l’euthanasie orientent effectivement leurs patients vers un médecin qui tuera, » a-t-il souligné.

Un groupe de médecins et d’associations chrétiens a contesté cette politique comme une violation de leurs droits garantis par la Charte.

Le rapport du coroner en chef rapporte que 52 pour cent des décès par euthanasie ont eu lieu dans des hôpitaux, 40 pour cent au domicile du patient, 5 pour cent dans des foyers de soins à longue durée ou des maisons de repos et 3 pour cent dans des résidences pour personnes âgées ou des maisons de retraite.

Le rapport affirme que 253 médecins et 10 infirmières-praticiennes étaient les « uniques » administrateurs de cette mort par euthanasie.

Il existait une « relation préexistante » entre le patient et la personne administrant la mort dans 18 pour cent des décès, selon le même rapport.

Dans 8 pour cent des cas, « un problème d’accès à l’aide médicale à mourir » avait été observé.

L’âge moyen des patients tués par euthanasie se chiffrait à 74 ans, le plus jeune âge étant 22 ans et le plus vieux, 101 ans, d’après le rapport.

Ce rapport indique que 517 femmes et 513 hommes ont été tués.

« Une perte de capacité imminente » était indiquée comme justification dans 12 pour cent des cas, « mort imminente » dans 3 pour cent et « les deux » était la raison dans 7 pour cent des morts.

Lisez le rapport complet ici.

Un rapport provisoire émis par Santé Canada en octobre 2017 a rapporté qu’entre le 10 décembre 2015 – lorsque la loi provinciale du Québec permettant l’euthanasie est rentrée en vigueur – et le 30 juin 2017, le nombre de Canadiens tués par euthanasie ou suicide assisté se chiffrait à 2 149.

Publicité



Laissez un commentaire