M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Voici Gabriel. Sa mère l’avorta… puis eut un changement de cœur. Et c’est là que l'incroyable est survenu.

Gabriel_810_500_55_s_c1.jpg

Par Leslie Palma-Simoncek de PriestsforLife.org - Traduit par Campagne Québec-Vie

18 février 2015 (PriestsforLife.org) – L’an dernier, Andréa Minichini était assise dans une salle d’examen du Planning familial au New Jersey, sachant qu’elle ne voulait absolument pas avaler la pilule mortelle qu’elle tenait dans sa main.

Le docteur l’avertit que la pilule coûtait chère et qu’elle fonderait si elle ne la prenait pas rapidement. Le docteur – qu’elle n’avait jamais vu auparavant – lui répéta ce qu’elle et son petit ami s’étaient déjà dit, soit que ce n’était pas le bon moment pour avoir un enfant.

Elle avala donc la pilule et revint à la maison avec une autre pilule, contenant du misoprostol, qu’elle devait prendre 24 heures après.

“J’attendis les 24 heures, puis j’allai à l’urgence,” dit-elle.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Elle était désespérée de trouver un moyen de sauver son bébé. Le personnel de l’hôpital lui dit que son enfant naitrait “déformé” si elle ne finissait pas son avortement.

Elle appela fébrilement deux médecins de gynécologie-obstétrique, incluant le sien, mais aucun ne put l’aider.

À ce moment-là, elle commença à saigner et eut de légères crampes. Elle pensa que c’était trop tard, mais une recherche sur Google la mena à une histoire d’une femme en Californie qui eut un enfant après que son avortement médical eut été renversé. Cette histoire l’amena à une ligne directe 24 heures (877-558-0333), et l’infirmière de cette ligne la référa à un docteur pro-vie à Clark, New Jersey.

unnamed_645_860_55.jpg
Andrea Minichini et son fils Gabriel

Le docteur lui donna des injections de progestérone pour neutraliser la mifépristone, et l’assista tout au long de sa grossesse.

Formidablement, Gabriel David est né le 31 décembre 2014, deux jours avant la date prévue et avec un poids santé de 8 livres et 9 onces.

Le fils de Mme Minichini est l’un des 78 bébés nés après que la première pilule d’avortement réversible soit introduite en 2007. 49 autres femmes sont toujours enceintes de bébés sauvés de l’avortement médical.

Durant une conférence de presse le 23 février dernier, au “National Press Club” à Washington, D.C., Mme Minichini a raconté comment les injections de progestérone ont sauvé la vie de Gabriel après qu’elle eut pris l’une des deux pilules d’avortement, et puis eut un changement de cœur.

La conférence de presse était commanditée par “Priests for Life” et “The American Association of Pro-Life Obstetrician-Gynecologists” pour attirer l’attention sur les procédures pouvant sauver la vie et sur le nouveau kit pour revirement de situation “RU-486” maintenant disponible pour les médecins.

Docteur Matt Harrison, un conseiller médical pour “Priests for Life” fit le premier revirement en 2007 – se basant sur la prière et une ferme compréhension du fonctionnement de la mifépristone. En 2012, les docteurs George Delgado et Mary Davenport publiaient une étude dans les “Annals of Pharmacology” comprenant un protocole réversible développé par le docteur Delgado.

Depuis, 223 revirements de situation ont été tentés, avec 127 bébés déjà nés ou à naître.

Les trois médecins– docteur Harrison, docteur Delgado, et docteure Davenport – ont fait des présentations à une conférence de presse en compagnie du président de AAPLOG, de la docteure Donna Harrison, du père Frank Pavone, directeur national de “Priests for Life”, et du prochain président, docteur J. Paul Gray.

Notant que le quart des avortements maintenant pratiqués avant huit semaines sont des avortements médicaux, le père Pavone dit qu’il est vital pour les mères et docteurs partout au pays de savoir que les revirements de situation ne sont pas seulement possibles, mais souvent réussis.

“Ceux qui promeuvent l’avortement aiment dire que les femmes qui choisissent l’avortement prennent de bonnes décisions éclairées. La réalité diffère; celles qui se dirigent vers des centres d’avortement sont remplies de doute et d’ambivalence,” dit le père Pavone. “C’est important pour celles qui ingèrent la drogue mortelle RU-486 de savoir qu’il est encore temps de sauver le bébé si elles ont un changement de cœur. Et c’est important que les docteurs sachent que ce protocole très simple est possible.”

Les mères et docteurs à la recherche de plus amples détails peuvent aller à www.AbortionPillReversal.com.

Le National Press Club est situé au 529, 14ème Rue NW à Washington, D.C.

Publicité



Laissez un commentaire