M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

UNICEF : la branche Suisse renie l'héritage de l'organisme et veut combattre l'avortement des enfants à naître de sexe féminin

Le site les observateurs.ch rappelle la politique de l'Unicef qui a prévalu jusqu'à aujourd'hui :

(photo : andrejdwin sur flickr.com, licence Creative commons)

 

Nonobstant d'innombrables dénégations, le Fonds des Nations unies pour l'enfance, l'UNICEF, a soutenu régulièrement, au cours de trois dernières décennies, divers programmes d'accès à l'avortement dans les pays du Tiers-Monde sous prétexte, notamment, de santé sexuelle.

Dès la fin des années 80, l'UNICEF encourage de multiples projets de soutien à l'avortement en Afrique. Dès 1996, il se retrouve, dans divers documents de l'ONU, aux côtés de l'OMS, d'ONUSIDA et, surtout, du Fond des Nations-Unies pour la Population, financé, entre autres, par la Suisse et à l'origine des politiques forcées de planning familial telles que pratiquées en Inde ou en Chine (source).

À lire absolument, la suite de cet excellent article, en cliquant ici.

Unicef Suisse, par sa nouvelle politique, combat l'option en faveur de l'avortement de l'organisme international. Le discours a maintenant changé. Sur le site suisse de l'Unicef on peut lire ce discours à l'opposé de ce que l'on peut entendre encore aujourd'hui dans des organismes comme Amnistie Internationale et sa campagne dégoûtante intitulée J'aime mon corps. J'aime mes droits. Pour le respect des droits sexuels et reproductifs. Voici des extraits de ce discours :

Des millions de filles meurent aujourd’hui encore pour une unique raison: leur appartenance au sexe féminin.
(...)
Dans diverses parties du monde, les filles n’ont pas la moindre chance. Chaque année, les filles et les femmes sont entre 1.5 et 3 millions à perdre la vie en raison de la violence dirigée contre le sexe féminin et des négligences de tout ordre
(...)
Selon les estimations de l’UNICEF, plus de 100 millions de filles et de femmes ne seraient plus en vie en raison de pratiques discriminatoires
(...)
Tandis que les petites filles meurent précocement en Inde pour cause de négligence, de privation de nourriture, de soins médicaux trop tardifs ou d’infanticide, elles sont éliminées en Chine avant même de naître.
(...)
L’UNICEF attire l’attention sur le «manque» de filles et invite à combattre l’injustice à l’encontre des filles. Dans le cadre de la campagne de cette année, neuf chanteuses suisses élèvent la voix contre la violence infligée aux filles: BigZis, Emel, Heidi Happy, Francine Jordi, Anna Känzig, Lyn M., Eliane Müller, Angie Ott et Sina interprètent ensemble la chanson «Echo». Cette chanson évoque le moment angoissant de la naissance, quand la mère apprend que c’est une fille. Elle décrit l’absence d’un membre de la famille et la façon dont la famille refoule cette réalité. Et elle s’interroge sur ce que les filles manquantes auraient pu devenir si elles vivaient. Le refrain rappelle que les filles ont disparu pour toujours et qu’il ne reste d’elles qu’un souvenir diffus, un écho qui résonne. (...)

Unicef Suisse fait un pas dans la bonne direction. Maintenant espérons que cette prise de conscience n'est qu'un début et qu'elles pourront conserver le même discours tout en remplaçant le terme fille par enfant. Imaginons le même texte : Cette chanson évoque le moment angoissant de la naissance, quand la mère apprend que c’est un enfant. Elle décrit l’absence d’un membre de la famille et la façon dont la famille refoule cette réalité. Et elle s’interroge sur ce que les enfants manquants auraient pu devenir si ils vivaient. Le refrain rappelle que les enfants ont disparu pour toujours et qu’il ne reste d’eux qu’un souvenir diffus, un écho qui résonne. (...)
 

Il ne peut y avoir, comme ce fut le cas pour l'abolition de l'esclavage, qu'une prise de conscience planétaire progressive de l'humanité de l'enfant à naître. Écoutez les deux vidéos pour la préparation de la chanson que l'on retrouve sur le site d'Unicef.ch. C'est très encourageant d'entendre les commentaires des chanteuses.

Et surtout regardez la vidéo de cet chanson. Pour une prise de conscience mondiale. Avisez Amnistie Internationale de votre région de regarder la vidéo...

POUR VOIR CETTE VIDÉO CLIQUEZ ICI.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire