M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une nouvelle étude découvre qu’il est possible que les enfants à naître puissent ressentir la douleur au cours des trois premiers mois de grossesse

preborn_baby.jpgLa science serait-elle en train de découvrir que ce bébé peut ressentir une douleur pouvant être intense ? 

Par Cassy Fiano (liveActionNews) traduit par Campagne Québec-Vie 

Au cours des dernières décennies, les avancées de la médecine ont fortement touché l’industrie de l’avortement. Les ultrasons permettent aux mères de voir leur enfant avant qu’il ne naisse; l’amélioration des connaissances dans le domaine de l’embryon a permis une meilleure compréhension de l’humanité de l’enfant à naître.

Les découvertes sur la douleur fœtale ont très fortement perturbé le soutien aux avortements violents, dits de « dilatation et extraction », à partir du second trimestre (dont on peut prendre connaissance dans la vidéo ci-dessous, avec l’ancien praticien en avortements, le docteur Anthony Levatino).

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Plus la science découvre de choses sur les enfants à naître, moins les gens sont enclins à soutenir l’avortement. Et les médecins et les scientifiques ont encore tellement à apprendre.

Une toute nouvelle étude a déterminé que les enfants à naître disposaient, dès les premiers mois, de terminaisons nerveuses semblables à celles des adultes. Les chercheurs « ont combiné l’immunocoloration entièrement montée, le clearing 3DISCO et la microscopie à nappe de lumière pour commencer à élaborer une carte des cellules en 3D » et en ont conclu que « les caractéristiques de l’innervation de la peau, semblables à celle des adultes, sont en place avant la fin du troisième mois, montrant d’importantes variations intra- et interindividuelles dans les rameaux nerveux ». Ils ont également trouvé les preuves d’une « vascularisation différentielle des tractus génitaux masculin et féminin concomitants avec la détermination sexuelle ». L’étude entière est consultable ici.

À présent, il est presque prouvé par voie de conséquence que les bébés à naître peuvent ressentir la douleur à 20 semaines, cependant, ils réagissent au toucher dès huit semaines. Il y a de plus en plus de preuves selon lesquelles les bébés à naître ressentent la douleur bien avant 20 semaines, possiblement dès cinq semaines. Des signes ont montré que la douleur du fœtus peut même être pire au cours de trois premiers mois, « à cause de la maturité non uniforme de la neurophysiologie fœtale ».

Bien que ce nouveau type de recherche sur le développement nerveux ne puisse déterminer entièrement si les enfants à naître peuvent ressentir la douleur dès les premiers mois de grossesse, il s’agit cependant d’une preuve importante démontrant que, même s’ils n’en sont qu’aux premiers mois de leur stade de développement, ce sont des êtres humains vivants qui ont le droit de vivre. Et la probabilité selon laquelle ils ressentent effectivement la douleur beaucoup plus tôt que beaucoup ne pensent va en augmentant, selon la science.

À partir du moment de la conception, on sait qu’un bébé à naître est un être vivant séparé de sa mère, avec son propre ADN unique. Son cœur commence à battre dès 16 jours suivant la conception et ses ondes cérébrales sont mesurables à six semaines et demi. Ses organes commencent leur développement dans un délai de trois semaines suivant la conception, et tous les organes sont en place à huit semaines. Il n’a besoin que de temps et de nourriture pour terminer son développement. Les enfants à naître peuvent jouer dans l’utérus dès huit semaines, en bougeant leurs mâchoires et tendant leurs orteils; une semaine après seulement, à neuf semaines, le bébé peut bâiller et suer son pouce. Vers 10 semaines, ils disposent de leurs propres empreintes digitales.

Nous pouvons à présent ajouter à nos connaissances scientifiques sur les bébés à naître la présence d’un système nerveux complexe et bien développé, autant de preuves supplémentaires qu’ils sont bien des êtres humains à part entière et qu’ils méritent d’être protégés.

Publicité



Laissez un commentaire