M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une marche pour la Vie au Brésil ce 26 juin 2012!

Sur le site de Zenit.org du 22 juin 2012:

ROME, vendredi 22 juin 2012 (ZENIT.org) – Alors que les parlementaires brésiliens étudient à la fois une proposition de dépénalisation de l’avortement, et une proposition de « statuts pour l’enfant à naître », une Marche pour la vie aura lieu le mardi 26 juin.

La 5e Marche nationale des citoyens brésiliens pour la vie, organisée par le mouvement national de défense de la vie, « Brésil sans avortement », aura lieu dans la capitale du Brésil, Brasilia.

Lenise Garcia, professeur à l’Institut de biologie de l’Université de Brasilia, membre de la Commission bioéthique de la Conférence épiscopale, et présidente du mouvement “Brésil sans avortement”, a accordé un entretien à Zenit.

Zenit – Un projet de loi intitulé « Loi de l’enfant à naître » est à l'étude. En quoi est-ce qu’il rejoint la défense de la vie au Brésil?

Lenise Garcia – Le projet du “Statut de l’enfant à naître” rend explicite et concret quelque chose qui est déjà prévu dans notre législation: le droit inaliénable à la vie depuis la conception. Il traite de principes tels que: "La dignité humaine et la nature de l’enfant à naître est reconnue depuis la conception, lui garantissant une pleine protection juridique" (Art. 3), et "tous les droits de l’enfant à naître sont reconnus depuis la conception, spécialement le droit à la vie, à la santé, au développement, à l’intégrité physique et d’autres droits personnels prévus (articles 11 à 21 de la loi n° 10,406 du 10 janvier 2002, cf.Paragraphe 1 de l'article 3).

Le projet contient aussi des propositions concrètes, telles que: "Le diagnostic prénatal est ordonné au respect et il protège le développement, la santé et l’intégrité de l’enfant non encore né" (Art. 11); "Le diagnostic prénatal doit être précédé du consentement informé de la femme enceinte" (Paragraphe 1); "Les méthodes de diagnostic prénatal qui présentent des risques disproportionnés ou inutiles pour la mère ou pour l’enfant à naître sont interdits" (Paragraphe 2).

Une fois approuvé, le “Statut de l’enfant à naître” rendra difficile l’interprétation des lois que certains font aujourd’hui, qui laisse des vides juridiques, utilisés pour pratiquer l’avortement.

Pour les mouvements pro-vie, il est également important d’avoir un ordre du jour positif, qui ne se contente pas de la lutte “contre” la légalisation de l’avortement, mais qui montre que nous sommes “en faveur” de la vie, y compris celle qui est en situation complexe et délicate.

(...)

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire