M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Une expérience m'a convaincu que la pornographie en ligne est la plus pernicieuse menace qui pèse sur les enfants aujourd'hui

Une expérience m'a convaincu que la pornographie en ligne est la plus pernicieuse menace qui pèse sur les enfants aujourd'hui : par l’ex-éditeur d’un magazine pour gars, MARTIN DAUBNEY

Par Martin Daubney

Publié le 25 septembre 2013 | mis à jour : 30 septembre 2013, traduit par Campagne Québec-Vie

Je me souviendrai toute ma vie du moment où j’ai compris que la pornographie sur internet a jeté son ombre sinistre sur la vie de millions d'adolescents britanniques ordinaires.

J'étais assis dans la salle de théâtre chic d'un collège spécialisé en sport à la réputation fantastique, dans le nord de l'Angleterre.

Devant moi se trouvait un groupe de 20 garçons et filles, âgés de 13 à 14 ans. Presque tous de race blanche, c’étaient des enfants de la classe laborieuse, bien habillés, polis, gloussants et timides.

En tant que présentateur d'un documentaire de Channel 4 appelé Porn on the Brain (Le porno sur le cerveau), diffusé le lundi suivant à 10 h, j'avais été invité à assister à une classe avant-gardiste menée par le consultant en éducation sexuelle Jonny Hunt, qui est régulièrement invité dans les écoles pour discuter de la sexualité et des relations. Pour établir ce que ces jeunes connaissaient à propos de la sexualité — y compris la pornographie —, il avait demandé aux enfants d'écrire une liste alphabétique des termes sexuels qu'ils connaissaient, même extrêmes.

La plupart de ces enfants étaient à peine pubères et quelques-uns étaient encore manifestement des enfants : nerveux, candides, avec des voix aiguës.

Certaines des filles commençaient leurs premières incursions dans le maquillage. Plusieurs portaient des broches sur les dents. Tout le monde était élégant dans l’uniforme d’école, et la déclaration la plus rebelle en ces lieux était une cravate portée délibérément courte. Un étui à crayons One Direction se trouvait sur un bureau. De toute évidence, il s'agissait de bons enfants, provenant de bons foyers. Tout, jusqu'ici, était tellement ordinaire.

Mais quand Jonny a épinglé leurs listes au tableau, il s'est avéré que les connaissances approfondies des enfants en matière de termes pornographiques n'étaient pas seulement surprenantes, elles surpassaient celles de tous les adultes présents — y compris le conseiller en éducation sexuelle lui-même.

Martin a été choqué par ce que les adolescents ont dit.

« ‘Nugget’, qu'est-ce que c'est que ça? », a demandé Jonny.

« C’est une fille qui n'a pas de bras ou de jambes et qui a des relations sexuelles dans un film porno », a gloussé un jeune garçon boutonneux, causant l’éclat de rire embarrassé de certains, et la répulsion pure et simple des autres.

Les adultes présents avaient de la difficulté à croire que non seulement ce genre de pornographie existe, mais aussi qu'un garçon de 14 ans puisse l’avoir réellement regardée.

Mais les réponses les plus banales étaient tout aussi choquantes. Par exemple, le premier mot que tous les garçons et filles du groupe avaient mis sur leur liste était « anal ».

Lorsqu'on les a interrogés, ils avaient tous — tous les enfants d’une classe de 20 – vu la sodomie être jouée dans des vidéos pornos. J'ai été stupéfait qu'ils sachent même que cela existe — je n'en avais certainement pas entendu parler à cet âge — a fortiori qu’ils en aient vu et par conséquent peut-être même voulu l’essayer.

Une fille de 15 ans a dit : « Les garçons s’attendent à du sexe porno dans la vraie vie ». Et un garçon – suscitant un chœur d'approbations — a parlé de son dégoût pour les poils pubiens, qu'il a appelés un « gorille ».

Lorsque Jonny a fait remarquer que les poils pubiens étaient normaux dans la vraie vie, les garçons se sont moqués; mais certaines des filles étaient en colère parce que, de toute évidence, le modèle de ce que les garçons attendent des vraies filles avait déjà été établi par la pornographie.

À la fin de cette heure de classe — et de trois autres qui ont suivi avec les autres enfants — j'étais profondément attristé par ce que j'avais vu. Toutefois, même en considérant que les garçons adolescents seront toujours curieux et fascinés par la sexualité, ce qui est maintenant considéré comme « normal » par les jeunes de moins de 18 ans est une vue totalement déformée de l’union intime et de la façon dont les relations doivent être menées.

Il semblait que toute l'attente des enfants en matière de sexualité avait été définie par ce qu'ils voient dans la pornographie en ligne. La conversation était assez horrible, mais le pire était à venir.

Dans la cour, j'ai interviewé un groupe courageux de sept brillants garçons et filles de 14-15 ans pour établir plus en détail cette pornographie en ligne dont ils avaient été témoins.

Un garçon s’est calmement rappelé avoir regardé une scène trop graphique pour être décrite dans un journal familial, mais qui avait impliqué un animal.

« Vous regardez de la bestialité? », demandai-je. « C'est illégal. Où trouvez-vous ce genre de choses? »

« Facebook », dit le garçon. « Cela apparaît juste en haut que vous le vouliez ou non, parfois via des publicités. Vous n'avez pas de contrôle sur ça. »

Une jeune fille a ajouté : « Sur Facebook, vous faites défiler et c’est là. Si un de vos amis aime ça, cela apparaît sur votre page d'accueil. »

Ces enfants étaient équilibrés, intelligents et bien informés. Ils étaient les plus doués et sympas de l'école. Ils sont issus de ménages ordinaires, qui travaillent dur. Ce n'était pas « la Grande-Bretagne brisée ».

Certains ont été manifestement choqués par ce qu'ils ont vu sur Internet.

« Je trouve que c'est sale et inquiétant », a dit un garçon de 15 ans. « J'essaie de ne pas regarder, mais les gens continuent de se l'envoyer l’un l'autre. Ils envoient des courriels avec des liens dégoûtants sur les téléphones mobiles des autres pour choquer ».

Une jeune fille a mis sa tête dans ses mains et a dit : « C'est tout simplement dégoûtant ».

Il est assez horrible pour les parents de savoir que les enfants peuvent obtenir de la pornographie via Internet. Mais de penser qu'ils l'obtiennent à partir de Facebook — le moyen d’échange des réseaux sociaux, devenu un incontournable universel pour les adolescents du monde entier — va semer la terreur dans leurs cœurs.

J'ai demandé aux adolescents : « Sur une échelle d’un à dix, quelle est la probabilité, selon vous, que les garçons et les filles de votre âge regardent du porno en ligne? » La réponse fut un chœur de dix, neuf et un huit.

Quand j'ai demandé aux enfants s'il y avait un contrôle parental sur l'internet à la maison, ils ont tous dit non, que leurs parents leur faisaient confiance. Ils ont tous admis que leurs parents n'avaient aucune idée de ce qu'ils regardent, et seraient choqués s'ils le savaient.

Ce que j'ai vu à l'école est terrible, mais malheureusement ce n'est pas inhabituel.

Les résultats ont été confirmés par une enquête auprès de 80 garçons et filles âgés de 12 à 16 ans, commandée pour l'émission de télévision.

Elle montre que la grande majorité des adolescents britanniques ont vu des images sexuelles en ligne, ou des films pornographiques.

Selon l'enquête, les garçons semblent largement heureux de regarder du porno — et étaient deux fois plus susceptibles que les filles de le faire —, mais les filles sont beaucoup plus désorientées, en colère et effrayées par l'imagerie sexuelle en ligne. Plus elles en voient, plus elles le ressentent.

Mais quel impact cette alimentation régulière de dépravation en ligne a-t-elle sur les attitudes des garçons et des filles à l'égard des relations dans la vie réelle, et sur leur estime de soi?

Cela pourrait-il avoir un impact encore plus large sur leur vie en anéantissant leur capacité à fonctionner dans le monde, à acquérir une bonne formation et à trouver des emplois?

Ce que j'ai découvert m'a vraiment choqué et attristé.

Peut-être êtes-vous surpris. Après tout, de 2003 à 2010, j’ai édité le magazine pour gars Loaded.

Avec ses fréquentes photos suggestives ou de nus en double page, j’étais déjà accusé d'être un pornographe doux, et après avoir quitté Loaded j’étais tourmenté à l’idée que mon magazine avait peut-être aiguillé toute une génération sur la pornographie en ligne plus explicite.

Dans le documentaire, je pars en voyage pour répondre à la question : la pornographie est-elle inoffensive ou bien néfaste, dans la vie ?

Mon intérêt était aussi profondément personnel, car mon fils Sonny, un beau petit garçon, a désormais quatre ans. Même s'il ne fait que commencer l'école primaire, le Commissaire à l'enfance estime que les garçons sont actuellement exposés à la pornographie en ligne dès l’âge de dix ans.

Je voulais savoir ce que je pouvais faire pour protéger mon propre fils d'une exposition apparemment inévitable à la pornographie dure d’ici seulement quelques années.

Autrefois, je doutais que la pornographie ait un pouvoir aussi néfaste que le suggèrent les grands titres et David Cameron – celui-ci a récemment déclaré qu'elle « corrode l’enfance ». Dans le passé, j’ai même défendu la pornographie dans des débats à l'université, à la télévision et à la radio. Je prétendais que c'était notre liberté de choix d’en regarder et j’ai dit qu'elle pourrait réellement apporter quelque chose aux relations entre adultes.

Mais ce que j'ai vu au cours de la réalisation du film a changé pour toujours mon opinion sur la pornographie.

Les histoires vraies de garçons que j'ai rencontrés et dont la vie a été totalement envahie par la pornographie ne m’ont pas seulement ému aux larmes, mais m’ont aussi mis incroyablement en colère contre ce qui arrive à nos enfants.

Et les expressions de dégoût sur le visage de ces pauvres filles dans la cour m’ont rendu furieux.

J’ai l’impression que la sexualité de toute une génération a été détournée par une pornographie en ligne grotesque.

Pour savoir ce que la pornographie fait aux jeunes hommes, et aux jeunes filles avec lesquelles ils sont en relations, nous leur avons parlé via des forums en ligne; et nous avons découvert qu'il y avait beaucoup de jeunes vies gravement ravagées par une relation excessive, malsaine avec la pornographie qui peut commencer dès l'âge de 12 ans.

Nous avons appris que certains avaient perdu leur emploi, d'autres avaient rompu des relations, échoué à des examens ou se sont endettés gravement à cause de la pornographie.

Prenez cet homme de 19 ans que j'ai appris à connaître. Il était beau, s’exprimait bien et avait un emploi à plein temps comme apprenti électricien. Mais sa vie était dominée par son habitude porno.

« Je passe chaque instant de libre à regarder de la pornographie, dit-il. C’est extrême. Je n’arrive pas à maintenir une relation plus de trois semaines. Je veux faire le sexe porno avec de vraies filles, mais les relations sexuelles avec elles ne sont pas aussi bonnes que le porno. »

Après avoir établi, comme le récent rapport du Commissaire aux enfants, que « fondamentalement, le porno est partout », nous avons décidé de découvrir ce que toute cette pornographie faisait à leur cerveau.

Cela avait-il un effet quelconque? Cela pourrait-il créer une dépendance?

Nous avons rencontré Dr Valerie Voon, neuroscientifique de l'Université de Cambridge et autorité mondiale en matière de toxicomanie.

Puis, pour la première étude de ce genre, nous avons recruté 19 utilisateurs pornos lourds qui estimaient que leur habitude était hors de contrôle et dont Dr Voon a examiné l’activité cérébrale tandis qu’ils regardaient, parmi d’autres choses, de la pornographie dure.

Elle leur a montré une variété d’images, des images fixes et des vidéos.

Celles-ci étaient aussi bien des images connues pour exciter tous les hommes, comme des liasses de billets de 50 £ et des sports extrêmes en action, que des paysages et fonds d'écran banals; mais toutes étaient intercollées avec des vidéos de pornographie dure, et des photos de femmes habillées ou nues.

Les façons dont leurs cerveaux ont répondu à cette imagerie variée ont été comparées avec les réponses d'un groupe de volontaires sains.

Dr Voon était intéressée par une région particulière du cerveau appelée le striatum ventral — le « centre de récompense » — où l’impression de plaisir est produite. C'est une des zones (du cerveau) dans laquelle un toxicomane va réagir plus intensément (que les non-toxicomanes) aux représentations visuelles de sa dépendance — qu'il s'agisse d'une seringue ou d’une bouteille de vodka.

Ce que nous avons découvert est une révélation. Lorsqu'on leur a montré de la pornographie, le centre de récompense des volontaires sains a à peine réagi, mais celui des utilisateurs compulsifs de porno s’est illuminé comme un sapin de Noël.

Les cerveaux des utilisateurs compulsifs de pornographie ont montré clairement un parallèle avec ceux qui sont aux prises avec des problèmes de toxicomanie.

Toutes les personnes impliquées dans le projet ont été étonnées, même Dr Voon, qui a même admis qu'au départ elle avait été « sceptique et ambivalente » au sujet de l'étude.

Si la pornographie a le pouvoir insidieux d’être addictive, alors laisser nos enfants en consommer librement via Internet, c'est comme laisser de l'héroïne traîner à la maison, ou distribuer de la vodka aux portes de l'école. Et cet effet toxique a un effet direct dans la vie des jeunes filles.

Le témoignage le plus choquant est venu du professeur Gail Dines. Considérée comme le chef de file mondial de la campagne anti- pornographie, elle a interviewé des milliers d'hommes et de femmes sur la sexualité et la pornographie.

« Quand vous interviewez les jeunes femmes sur leurs expériences sexuelles, vous constatez un niveau accru de violence : une sexualité violente, brutale », dit-elle.

« C'est directement en raison de la pornographie; les jeunes garçons prennent leurs exemples sexuels des hommes (qu’ils voient) dans la pornographie et ceux-ci agissent comme s'ils étaient des psychopathes sexuels. »

« La pornographie est en train de traumatiser sexuellement une génération entière de garçons. »

En discutant avec des experts de la dépendance sexuelle, comme le professeur John E Grant de l'Université de Chicago, Dr Paula Hall, thérapeute renommée de la dépendance sexuelle au Royaume-Uni, et le professeur Matt Field de l'Université de Liverpool, nous avons appris que le cerveau de l'adolescent est particulièrement vulnérable à la dépendance.

Le centre de récompense du cerveau est pleinement développé lorsque nous atteignons l’âge de l’adolescence, mais la partie du cerveau qui régule nos pulsions — le cortex préfrontal — n'est pas pleinement développée avant la mi-vingtaine. Les cerveaux des adolescents ne sont donc pas câblés pour dire « stop », ils sont câblés pour vouloir plus. Les implications de cette étude sont profondément troublantes.

Alors, qui va prendre la responsabilité de protéger nos enfants jusqu'à ce qu'ils soient assez âgés pour le faire eux-mêmes?

À l'ère de l’Internet, nos enfants se tournent vers la pornographie en ligne pour une éducation sexuelle alternative — le pire endroit où ils puissent aller.

Le Mail a crié victoire en juillet quand David Cameron a annoncé que, d'ici la fin de 2014, les 19 millions de foyers britanniques actuellement connectés à Internet seront contactés par leur serveur et devront choisir de faire activer ou non les filtres favorables à la famille qui bloquent tous les sites pornographiques.

Cependant, notre émission de télévision a montré que des enfants résolus trouveront toujours un moyen de contourner les blocages en ligne.

En fin de compte, la responsabilité nous incombe à nous, les parents. L’ère de la naïveté est révolue.

Comme beaucoup de parents, je crains que l'enfance de mon garçon puisse être emportée par la pornographie. Nous devons donc nous battre.

Nous avons besoin de devenir futés en informatique et, bien que cela fasse grincer des dents, nous sommes la première génération qui devra parler à ses enfants de la pornographie.

Nous devons dire à nos enfants que la sexualité pornographique est fausse et que la vraie sexualité est une question d'amour, pas de concupiscence.

En leur parlant, ils ont une chance. Si nous nous cachons la tête dans le sable, nous ne tromperons que nous-mêmes.

L’émission Porn On The Brain (Le porno sur le cerveau) a été diffusée le lundi 30 septembre à 10 h sur Channel 4 dans le cadre de la Campagne de Channel 4 pour la vraie sexualité.