M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Une clinique polonaise renonce aux «interruptions médicales de grossesse»

femme-enceinte.jpg

Par Olivier Bault -- Journal Présent

(18 mai 2016) La clinique privée Pro Familia de Rzeszow, dans le sud-est de la Pologne, a annoncé ce mois-ci qu’elle ne ferait plus d’avortements car tous ses gynécologues-obstétriciens ont signé une déclaration invoquant leur clause de conscience.

En Pologne, les avortements sont autorisés dès lors que la grossesse est le fruit d’un viol ou que l’enfant conçu connaît une malformation ou une maladie grave et incurable. Dans la pratique, cette définition a malheureusement été étendue, entre autres, aux petits trisomiques qui sont les victimes de la plupart des avortements réalisés. La clinique Pro Familia faisait parler d’elle depuis deux ans. Début 2014, une de ses sages-femmes, Agata Rejman, avait dénoncé dans les médias la violation de sa clause de conscience par son employeur. Forcée de participer à trois avortements, elle a ensuite été renvoyée de la clinique Pro Familia après avoir dénoncé ces faits. Deux autres sages-femmes refusant de participer à des avortements ont elles aussi perdu leur travail.

×

Campagne de financement été 2017

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie

La clinique avait en outre engagé des poursuites contre Agata Rejman pour diffamation car le directeur de la clinique réfutait le terme employé par la sage-femme pour qui son établissement « tuait » des enfants. Les poursuites contre Mme Rejman ont ensuite été abandonnées, mais la clinique a gagné son procès au civil contre l’association pro-vie qui utilisait le même terme pendant ses actions de protestation devant l’hôpital. On attend encore l’issue du pourvoi en cassation. Par contre, les militants pro-vie ont gagné au pénal, les juges considérant que leur liberté d’expression leur garantissait le droit de parler, conformément à la réalité, de meurtres d’enfants. Sur les banderoles déployées devant la clinique on pouvait par exemple lire : « À l’hôpital Pro Familia on tue les enfants avec le syndrome de Down ».

Aujourd’hui, Radoslaw Skiba, le directeur de la clinique, rassure que les femmes dont la vie pourrait être mise en danger par leur grossesse seront toujours prises en charge, sachant que les autres seront prévenues que cet établissement ne réalise plus d’avortements. Un jugement du Tribunal constitutionnel d’octobre 2015 fait que les médecins et les hôpitaux n’ont plus l’obligation d’indiquer aux femmes demandant un avortement un autre établissement réalisant ce genre de « prestations ».

Radoslaw Skiba reconnaît que certains médecins ont pu prendre leur décision de ne plus commettre d’avortements sous la pression sociale, car les noms des médecins avorteurs étaient connus, mais il invoque aussi une autre raison. Une autre filiale de la clinique Pro Familia, à Lodz, ne pratiquait déjà plus les avortements et avait choisi, au contraire, d’engager une coopération avec la Fondation Gajusz qui gère un centre de soins palliatifs néonataux et également des soins palliatifs néonataux et périnataux à domicile. L’établissement de Rzeszow a donc décidé de tirer profit de cette expérience réussie et d’établir une coopération similaire avec un centre de soins palliatifs périnataux et néonataux de sa région.

Le directeur de la clinique Pro Familia ne cache pas non plus que les avortements étant très rares dans sa région des Basses-Carpathes (5 réalisés en 2015 dans sa clinique, 2 à l’hôpital public de Rzeszow et 1 à Sanok), les pertes en termes d’image dépassaient largement le gain financier. 

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire