M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une belle mort pour la belle province? L'euthanasie à la hausse au Québec

syringe-957260_640.jpg

Par Paul-André Deschesnes

À la une, en première page, on annonce ce matin que l’euthanasie est en très forte hausse au Québec. Pourtant, dans un aveuglement volontaire de grande naïveté, notre gouvernement avait prévu autour de 40 à 50 euthanasies par année, lors de l’adoption de sa loi inique en 2015.

«C’est un moment de très grande humanité» claironne haut et fort le  Dr. Alain Naud dans le journal Le Devoir du 10 janvier 2017. Le bon docteur et le Journal Le Devoir se réjouissent de cette grande popularité pour l’euthanasie au Québec. Enfin, l’euthanasie est banalisée et généralisée partout dans notre belle province !

Voici quelques chiffres qui annoncent l’horreur  morbide à venir pour 2017 : en 2016, il y a eu 504 demandes pour une euthanasie. Seulement 317 ont été acceptées, car les balises au  Québec sont plutôt sévères. Le Docteur Naud dénonce férocement ces balises qui «sont des entraves à l’accès à ce soin de santé devenu indispensable au Québec».

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Aujourd’hui, plusieurs organismes réclament du gouvernement québécois qu’il se conforme maintenant à la loi très laxiste que le Parlement fédéral a voté il y a quelques mois. Mais, même cette loi ne fait pas l’affaire de tout le monde, car on réclame de Justin Trudeau qu’il nous donne la vraie euthanasie, c'est-à-dire l’euthanasie sur demande (comme l’avortement) sans aucune balise et même applicable aux enfants, aux personnes âgées et aux handicapés. Un très grand désastre contre la vie pointe à l’horizon.

Dans tous les CHSLD (Centres hospitaliers de soins de longue durée) et hôpitaux du Québec plusieurs malades crient très fort pour recevoir la «sainte» piqure ! D’autres se laisseraient carrément mourir de faim parce qu’on leur refuse ce «bon» cocktail final. Plusieurs ne veulent plus maintenant recevoir leurs traitements de dialyse et décident de se laisser mourir. Pour éviter tous ces drames humains,  le Dr. Naud insiste, afin que l’aide médicale à mourir (personne ne prononce au Québec le vrai terme, c’est-à-dire l’euthanasie) réponde en priorité aux demandes du client. Les raisons invoquées par le client ne regardent pas les médecins. Chacun a le droit fondamental de choisir le jour et l’heure de sa mort ! Et pourquoi ne pas choisir également le jour et l’heure de la mort de ses parents malades ou de ses enfants handicapés ?

Enfin, le Dr Naud nous informe que le climat s’améliore dans les hôpitaux et CHSLD. On a réussi à CONVAINCRE de plus en plus de médecins à l’importance de donner l’euthanasie à leurs patients qui en font la demande. Nos facultés de médecine donnent maintenant un cours complet sur cet acte de «soins de santé». La culture de la mort est très populaire au Québec.

Dans les médias du 10 janvier 2017 (TVA, RDI, etc.) on a parlé abondamment d’une nouvelle directive du gouvernement du Québec qui voudrait faire disparaître les services de soins spirituels dans nos hôpitaux et CHSLD devenus neutres, laïcs et athées. Depuis une quinzaine d’années, les aumôniers catholiques n’ont plus le droit de faire du ministère officiel dans nos établissements de Santé (sauf incognito ou clandestinement). Ils ont été remplacés par des animateurs spirituels engagés par ces mêmes établissements. Aujourd’hui ces employés, dits neutres sur le plan religieux, pourraient bien disparaitre très bientôt. Dehors la spiritualité ! Vive la laïcité païenne !

Nous sommes rendus là au Québec, société dite très ouverte, très avancée et postmoderne. Dieu n’existe plus ! La spiritualité, c’est du délire. L’athéisme a bien meilleur goût. Alors, on peut très bien jouir de l’avortement, de l’euthanasie, des «bienfaits» de la drogue, et de toutes les perversions promues et légalisées par nos gouvernements athées en attendant la «belle mort» qui ne mène nulle part. Vive la barbarie !

Pendant que les aumôniers et les spécialistes en soins spirituels sont chassés des hôpitaux et des CHSLD du Québec, l’euthanasie entre par la grande porte en attendant la légalisation des drogues dites douces par notre «génial» Premier ministre, Justin Trudeau.  

Après avoir enlevé l’idée de Dieu à nos jeunes (de la maternelle à l’Université), nos gouvernements maçonniques et apostats prennent maintenant tous les moyens pour rééduquer (promotion de l’euthanasie) nos pauvres personnes âgées, malades et sans défense en leur proposant l’euthanasie et en leur enlevant même de leur environnement les intervenants en soins spirituels.

Conclusion : aux yeux de notre intelligentsia athée et de nos dirigeants politiques, la spiritualité n’est plus un soin de santé essentiel au Québec.  Une honte nationale !

Publicité



Laissez un commentaire