M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une application a sauvé la vie d’un enfant à naître de 33 semaines

Eekoff-family.jpg

Par Jay Hobbs (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

(Pregnancy Help News) — Des nouvelles palpitantes de l’Iowa, où Jeremy et Emily Eekoff (photo avec leurs enfants Liam et Ruby) organisent leur vie avec leur deuxième enfant.

Il y a juste un mois, Ruby le nouveau-né de la famille, a été sauvé, d’après les dires des médecins, de ce qui aurait dû se terminer en mort à la naissance in utero à 33 semaines. Ce qui a permis le sauvetage est une application gratuite appelée, Count the Kicks (Compter les coups de pied).

Les Eekoff ont déjà publié leur histoire cette semaine [la semaine du début de juillet] sur ABC Good Morning America. Emily avait téléchargé l’application — qui surveille l’activité du bébé à naître — à 28 semaines et elle a remarqué une diminution importante des mouvements de Ruby à 33 semaines et cinq jours.

Suivant les mouvements de Ruby depuis les cinq dernières semaines, Emily savait qu’elle devait obtenir de l’aide tout de suite, et d’avoir les données sous la main lui a permis de donner aux médecins de l’hôpital local suffisamment d’informations pour agir à temps pour faire naître Ruby en avance par une césarienne.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

« Les coups de pied n’arrivaient pas aussi souvent qu’ils le faisaient d’habitude », a dit Emily. « Quand elle bougeait, c’était vraiment doucement et — pas fort, comme d’habitude. Nous avons un bébé fille en bonne santé et nous aurions pu avoir un enterrement au lieu de cela. »

Transportés en hâte à l’hôpital, les Eekoff ont vite appris que Ruby s’était enroulé trois fois le cordon ombilical autour du cou. La seule façon qu’Emily sut que c’était arrivé fut en suivant les coups de pied par l’intermédiaire de l’application, qui envoie des notifications et des rappels.

« Non seulement Ruby a été sauvée, mais des générations potentielles ont été sauvées, » dit Emily Price, présidente de Count the Kicks Foundation (fondation Compter les coups de pied).

Compter les coups de pied, comme le rapporte ABC, a été lancé par cinq mères de l’Iowa qui avaient chacune fait une fausse couche en fin de grossesse au début des années 2000.

Les femmes s’associèrent tout d’abord pour lancer le Registre des enfants morts-nés de l’Iowa, que Count the Kicks vante sur son site internet comme étant « le programme de collecte de bases de données le plus complet du pays concernant les enfants morts-nés », en 2004. Elles ont continué à travailler ensemble dans les années suivantes pour sensibiliser la population sur la prévention de la mortalité chez les enfants à naître.

Compter les coups de pied a pour but de sauver 6 000 vies chaque année par le biais de son application et de la campagne de sensibilisation du public en cours, lesquelles ont pris un coup de pouce bien mérité grâce à l’histoire de Ruby. Plus de 5 000 nouveaux abonnés ont téléchargé l’application depuis que la nouvelle de la naissance de Ruby s’est répandue.

Alors que les applications et la technologie comme Count the Kicks, What to Expect Pregnancy Tracker et BabyBump Pregnancy Pro se développent, celles-ci sont devenues une norme pour les futures mamans, ces applications refont découvrir l’indéniable humanité des enfants, à tous les stades de leur développement.

Actuellement, l’avortement au cours du troisième trimestre est légal dans certains cas dans chacun des 50 États, tandis que huit États — Colorado, New Hampshire, New Jersey, New Mexico, Oregon, Rhode Island, Vermont et Washington — autorisent l’avortement jusqu'à la naissance pour quelque raison que ce soit.

En fait, faisant immédiatement suite à l’histoire des Eekoff, Dr Jennifer Ashton, correspondante en chef de la santé féminine de Good Morning America a accidentellement dénommé Ruby comme un « bébé » avant de corriger rapidement le tir avec l’euphémisme « foetus » — qui lui-même est un terme latin signifiant, « progéniture ».

« Ce que nous disons aux gens normalement est, “tout d’abord, il faut apprendre comment votre bébé — votre foetus — se déplace,” » dit Ashton, membre du pro-avortement American College of Obstetricians and Gynecologists (Collège américain des obstétriciens et gynécologues). « Chaque fœtus a un niveau d’activité différent dans l’utérus, comme quand ils sont à l’extérieur. »

Alors que l’histoire de bébé Ruby est cause d’une réjouissance sans réserve, elle est également source de réflexion et de repentance pour une société qui se cache derrière des termes tels que « foetus » pour prendre la vie des bébés, même à la dernière étape de leur développement.

Publicité



Laissez un commentaire