M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un tsunami meurtrier au Québec : l’avortement

Article d’un prêtre de Chicoutimi, M. l’abbé Émilien Bergeron, ami de Campagne Québec-Vie : « Depuis trois ans, Statistique Canada, avance le chiffre de 110 000 enfants tués dans le sein de leur mère et, loin de diminuer, l’avortement a tendance à croître. La différence avec le raz-de-marée asiatique c’est que cela se passe chez nous, sans reportages sur ce désastre et sans secours de la part des autres pays.

À côté des enfants détruits avant de voir le jour, il y a des blessés journaliers affectés par ces pénibles événements… il y a des jeunes femmes qui demeurent traumatisées pour le reste de leur vie.

À côté de ces personnes, il y a ceux qui ont la conscience faussée et qui, avec des explications équivoques, veulent des appuis à leurs mauvaises actions. Pire encore, le tsunami a arrêté son action destructrice, mais l’avortement chez nous, continue son œuvre néfaste et croissante. Le 27 juin 1982, Mère Teresa, recevant le prix « Nobel de la Paix », disait ceci : « Je veux que le monde me fasse un autre cadeau. Je veux l’abolition des lois sur l’avortement ». En novembre 1981, nos évêques canadiens disaient : « Les Gouvernants ont la responsabilité, non pas de faciliter la mort d’un enfant à naître, mais de lui assurer toute la protection qui lui est due ». Nos évêques actuels, M. le Cardinal Ouellet en tête, continuent de faire appel à nos dirigeants. Et ceux-ci y ajoutent le problème déraisonnable de vouloir régler par un mariage légal le cas des personnes de même sexe qui veulent s’unir ensemble. Dans la Bible, Jonas, figure bien connue et qui fait rire, a été évoqué ces jours derniers dans nos messes quotidiennes. Il est surtout un prophète qui a invité une ville, celle de Ninive, à se convertir. Tous, le roi en tête, ont compris le message, et la ville de ce monde-là s’est convertie… Si nos dirigeants civils ne veulent pas écouter, notre population qui croit au bon sens et à la vie, se doit de réagir et de passer aux actes.

Quant à moi, je crois fermement à la vie. La conclusion qui se dégage de mes réflexions sur ce sujet : c’est la conversion. »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire