M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement automne 2017

1161 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours ! Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Très peu d'organismes d'ici n'ont à la fois la liberté et la conviction pour jouer le rôle essentiel d’éclaireur des consciences sur les enjeux pro-vie et pro-famille. Mais Campagne Québec-Vie ne peut accomplir ce travail sans vous. Merci de donner !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un professeur de chimie dénonce la loi belge qui a permis l'euthanasie de sa mère dépressive sans le consentement familial

Sur le site de newswire.ca du 12 septembre 2013 :

 

(Le professeur de chimie Tom Mortier a appris le lendemain de la mort de sa mère, qu'elle avait été euthanasiée...)

 

 

M. Tom Mortier, professeur de chimie au Leuven University College en Belgique, a dénoncé la loi sur l'euthanasie lors d'une conférence de presse à Montréal. Le 20 avril 2012, il avait appris par l'hôpital sans préavis que sa mère de 64 ans avait été euthanasiée la journée précédente par une injection létale à l'hôpital de Vrije Universiteit Brussel (the Free University of Brussels). Sa mère ne souffrait pas d'une maladie incurable comme un cancer ou une maladie neurodégénérative telle que la maladie de Lou Gehrig. Elle souffrait d'une dépression chronique. La mort par l'euthanasie a été réalisée par un oncologue sur la recommandation d'un seul psychiatre. D'autres psychiatres n'étaient pas d'accord avec le pronostic de son état ou aient acceptés à sa demande. La famille et les petits enfants furent bouleversés par le décès. (...)
 
Le professeur Tom Mortier a expliqué que sa mère et sa famille ne sont pas les seules victimes d'une loi qui a élargi l'accès à l'euthanasie à des citoyens souffrants non seulement de maladies avec une issue fatale mais aussi à ceux affectés d'un état dépressif, d'une perte de mémoire, et des maladies appréhendées. Actuellement, devant le Sénat belge, une loi prévoit élargir l'accès à l'euthanasie pour les enfants handicapés et les personnes en perte d'autonomie. Le docteur Paul Saba, de la Coalition des médecins pour la justice sociale dénonce non seulement les pays et les états aux États-Unis qui pratiquent l'euthanasie, mais aussi le gouvernement du Québec qui est en train de promouvoir un projet de loi 52 qui a beaucoup de similitudes avec la loi belge. «Toutes les sociétés qui permettent l'euthanasie font la promotion de la mort, et les balises protectrices montrent régulièrement des ratés. Les études internationales démontrent que le consentement éclairé n'est pas toujours respecté, le système de consignation des cas montre des failles et les patients souffrant de problèmes de santé mentale ne reçoivent pas les traitements psychiatriques qui seraient indiqués. » En fait, selon le docteur Paul Saba, le Québec est en train de promouvoir l'euthanasie comme un traitement à rabais, au détriment du véritable problème qui est le sous-financement des soins palliatifs qui sont accessibles à environ 20% seulement de la population. Malheureusement, le 80% des patients qui auraient besoin de soins palliatifs n'ont plus la force de revendiquer des investissements additionnels qui pourraient leur permettre de terminer leur vie dans la dignité et la sérénité.

Campagne de financement automne 2017. Merci de nous aider à être des éclaireurs des consciences L'objectif est de 3500$.

éclaireurs des consciences

Merci de nous aider avec un don spécial.

1161 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours ! Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire