M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Trois semaines après l'avortement, le tiers des femmes ont déjà des symptômes post-traumatiques selon une étude

Sur le site de l'Université de Montréal du 2 février 2009 :

 

 

Le tiers des femmes qui subissent un avortement présentent des symptômes de stress post-traumatique trois semaines après l'intervention. «C'est-à-dire qu'elles ont des cauchemars et des souvenirs qui accentuent leurs sentiments de culpabilité et de détresse. Certaines pleurent fréquemment, ont du mal à trouver le sommeil ou entretiennent des idées noires, voire suicidaires», explique Marie-Alexia Allard, étudiante au doctorat et auxiliaire de recherche au Département de psychologie de l'UdeM.
 
C'est auprès d'un groupe de 42 patientes du Centre d'orthogénie de l'Hôpital d'Aurillac, en Auvergne, que la psychologue a mené son étude entre les mois de janvier et de mai 2007, dans le cadre de sa maitrise en psychopathologie à l'Université de Toulouse II-Le Mirail. Elle a interrogé les femmes avant l'avortement, puis à deux autres occasions: le jour de l'intervention puis trois semaines plus tard. «Près de la moitié des répondantes, soit 45 %, présentent des symptômes d'anxiété intense trois semaines après leur sortie de l'hôpital et le tiers, c'est-à-dire 35 %, de stress post-traumatique. On observe aussi des risques élevés de dysfonctionnements de la personnalité.»
 
L'étudiante, qui poursuit des recherches doctorales à l'Université de Montréal sous la direction de Mireille Cyr, mentionne que l'interruption volontaire de grossesse (IVG) n'est pas le seul élément à avoir contribué à détériorer leur état psychologique. Mais il est évident, à la lecture des réponses aux questionnaires, que l'intervention a eu un effet sur leur santé mentale.
 
En France, on compte 14,7 IVG pour 100 naissances. Ce taux est encore plus haut au Québec: 34,7. Pourtant, les études sur les conséquences psychologiques de ces interventions sont rares, ce que Mme Allard attribue à la difficulté de joindre les femmes qui les subissent. De nationalité française, la doctorante a pu compter sur la collaboration du Dr Christian Mazel, gynécologue obstétricien au Centre d'orthogénie, et de la sage-femme Danielle Allard (la mère de l'étudiante). Sans ces personnes-ressources, il lui aurait été difficile d'établir un échantillon suffisant pour effectuer son étude, sous la direction d'Henri Chabrol, professeur au département de psychologie de l'Université de Toulouse II-Le Mirail, et avec la collaboration de Natalène Séjourné.
 
(...)
 
Dans l'échantillon étudié par la chercheuse, 14 % des femmes ayant subi un avortement n'en avaient parlé à personne. Pas même au géniteur. Cela dit, certaines femmes subissent une IVG sans séquelles mesurables. Par ailleurs, près du tiers des femmes (29 %) en étaient à leur deuxième avortement.
 
(...)
 
La psychologue rappelle que la durée de sa recherche et la taille de son échantillon ont limité la portée de son étude. Il aurait été intéressant de retrouver les participantes six mois ou même un an plus tard de façon à mesurer les répercussions à long terme d'un avortement.
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire