M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2450 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Tolérance intolérante?

 La tolérance intolérante.

C’est le titre d’un livre bref, percutant, écrit par mon homonyme et auquel je ne changerais pas une ligne!
Voici quelques extraits majeurs, à méditer, surtout pour les personnes vous affirmant solennellement, qu’il n’y a qu’une chose qu’elle ne tolère pas : l’intolérance. 
 
« Le tolérant idéologique est un petit Épiménide. Pourquoi? En disant « Toutes les opinions se valent »,  il affirme comme une règle générale ce qui n’est jamais qu’une opinion parmi d’autres, selon sa propre affirmation. Comment peut-il  sortir de cette impasse? Seulement par la violence qui revient à dire : « Si vous me contredites quand je dis que toutes les opinions se valent, vous êtes un dangereux intolérant, à combattre par tous les moyens. » En effet, l’alternative qui consisterait à dire : « Ma tolérance n’est qu’une opinion parmi d’autres », n’est pas supportable pour lui. La tolérance idéologique veut s’imposer à tous. (…) Comme cette intolérance de fait reste inconsciente, elle s’exerce avec d’autant plus de violence. »
 
« Ce que la tolérance ne peut tolérer
 
Le paradoxe du tolérant idéologique n’est pas un exercice rhétorique. Il fait comprendre qu’une société qui s’affirme haut et fort une société tolérante n’est pas en mesure de supporter, de tolérer tout ce qui met en péril son équilibre instable et contradictoire.  En particulier :
 
-elle ne tolère pas l’idée qu’il y ait une vérité à chercher;
 
-elle ne tolère pas qu’une telle vérité puisse avoir un caractère universel;
 
-elle impose l’évacuation de tout débat de fond; en effet, dans un débat de fond,  les interlocuteurs peuvent n’être pas d’accord, mais ils ont en commun le désir d’une vérité valable pour toutes les parties du débat.  Dans la société idéologiquement tolérante, on évacue la question de la recherche de la vérité et, ce faisant, on transforme le débat de fond en échange d’idées relatives.  Chaque interlocuteur informe l’autre de ses propres idées et doit s’interdire de les considérer éventuellement valables pour l’autre.  Elles cessent d’être des idées de fond. Il n’y a pas d’enjeu au débat;
 
-elle (la société tolérante, n.d.l.r.)  ne supporte pas les implications éthiques des idées de fond;
 
-elle se place toujours au-dessus des débats de fond et revendique le droit, le bon droit, de juger les parties en présence; ce faisant, d’ailleurs, elle n’exerce pas de véritable arbitrage – ce qui s’entendrait d’un authentique pouvoir politique- car sa position tolérante la situera toujours pratiquement du côté des positions des interlocuteurs les plus théoriquement tolérants, positions bien sûr les moins dérangeantes pour l’équilibre consensuel qu’elle prétend maintenir
En somme, la société tolérante impose une pensée unique. C’est en ce sens qu’elle est totalitaire et qu’elle fait, sans le savoir, le lit des totalitarismes, parfois en des temps très brefs. Par exemple, la proclamation des idéaux révolutionnaires de tolérance chez les théoriciens de 1789 a fait place, en l’espace de trois petites années, à l’instauration d’un véritable régime de terreur». (LAFFITTE, Jean. La tolérance intolérante? Petite histoire de l’objection de conscience, éd. de L’Emmanuel, Paris, 2010, pp. 12-16)
 
La tolérance ne peut tolérer qu’on ne soit pas d’accord sur l’imposition de ses partis pris à tous. La tolérance québécoise ne tolère pas que l’on discute par exemple:
 
-de tout ce qui touche aux origines de l’homosexualité, du droit des enfants de ne pas être adoptés par des partenaires homosexuels, des effets négatifs du «mariage gai» sur une société, etc.
 
-de remettre en question le « droit » de tuer par avortement.
 
-des excès du féminisme québécois.
 
-du patriotisme québécois et canadien-français par opposition au nationalisme québécois.
 
Dans ces domaines, une pensée unique est imposée par l’intermédiaire des médias, peu-importe qu’une grande partie de la population soit en désaccord avec ces idées. Les médias acquis à la tolérance idéologique  ne sont pas censurés, ce sont eux qui censurent une société pour qu’une seule pensée unique, politiquement correcte,  puisse subsister.
 
 
 
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2450 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire