M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Témoignage sur les regrets causés par un avortement

On trouve chaque semaine ce genre de témoignage sur les sites de discussions. Celui-ci est du 20 octobre 2013, sur le site psychologie.com :

(pixabay)

 

(...)
Un jour, j'ai appris que j'étais enceinte. Un choc. L'impression de vivre un cauchemar. L'envie de me pincer fort pour me réveiller. L'envie de creuser un trou et de m y cacher. Comment avais je pu être aussi négligente ? Moi, qui depuis le début de ma sexualité, avait été vigilante à ce sujet et m étais toujours dit que ça ne m'arriverait pas à moi.
Je me suis sentie seule, abandonnée, incomprise, honteuse et monstrueuse, malgré le soutien de ma mère, car mon choix était fait avant même de tomber enceinte. Je ne pouvais le garder pour des tas de raisons. je devais avorter. J'aurais tellement voulu que les choses se passent différemment le jour ou j'apprendrais que je serais enceinte. J'aurais voulu être heureuse. Là, étant une grossesse non désirée et ne pouvant pas le garder, j'ai juste eu l'impression de me noyer dans ma propre vie.

J'ai senti cet être grandir en moi et mon corps changer, face à l'arrivée de cet "intrus".
En tout je suis allée à l'hopital 7 fois en 1 mois. 3 pour pouvoir avorter avec le medicament, qui se résume à l empoisonner et à l'expulser tel un vulgaire oeuf. 1 pour refaire une echo et constater qu il etait tjrs là, bien installé, tjrs vivant. et 3 pour avorter chirurgicalement, par aspiration. En l'écartelant.

Si après l'opération j'étais soulagée, heureuse de pouvoir enfin tourner cette page sombre de ma vie, les regrets et la tristesse se sont vite emparés de moi. je sais bien qu'au vue des circonstances c'était la meilleure choses à faire, mais c'est pour fort que moi. Je ne peux m’empêcher de me demander : et si ? et si j'avais pris l autre option ? et si je lui avais une chance de vivre ?
De plus, je n'arrive pas à m enlever de la tête l'image de l'echo consécutive à l avortement médicamenteux loupé. Elle était bien différente de la première quelques semaines auparavant, ou l'embryon n'était qu une petite masse aux contours indéfinis. Cette fois j'y ai vu une ébauche d humain avec une tête, quatre bourgeons de membres ainsi que le cordon ombilical, le reliant à la paroi protectrice de mon endomètre douillet et chaleureux dans lequel il se croyait en sécurité. Je crois même que s'il n'avait pas été dangereux de le garder à cause des risques de malformations liés à la prise du médicament, je l'aurais gardé.
Cette image est dorénavant gravée en moi. Je n'arrive pas à la chasser. Je n'arrive pas non plus à parler de tout cela à mon entourage. J'ai peur de perdre la face, alors je fais bonne figure.
En plus, je vais surement devoir recommencer. D'après mon echo de contrôle, tout n'est pas parti. Il y a beaucoup de caillots et un bout de placenta, ce qui est dangereux à cause du risque infectieux. Et mes règles auront peu de chances de les faire partir naturellement.
 

(...)

Je me répète sans cesse que ce n est qu'une passade, que tout finira par s'arranger. Je ne m'octroie que quelques rares moments, la plupart du temps seule, pour extérioriser ma souffrance, que j'ai largement tendance à refouler. Ma mère me demande souvent si ça va, se préoccupant de mon moral, bien au courant des risques de déprime post ivg. . Je fuis le sujet en répondant que je vais bien. Elle est déjà assez mal par rapport à ma mamie et à d autres soucis familiaux. Je ne veux pas en rajouter. Et de toute façon, je crois que même si j en parle, personne ne pourra m aider, me comprendre. Je n ai que ce que je mérite. J'ai semé la mort, à quoi aurais je pu m attendre d autre..
Je fais des cauchemars les nuits où je vois plein de bébés. Puis je me réveille totalement chamboulée. Je n'arrive plus à regarder des bébés ou des jeunes enfants sans me dire que je ne suis qu'un monstre.

De nos jours nous avons cette chance les femmes de pouvoir décider quand et avec qui nous voulons donner la vie. ok. Mais zut, qui suis je pour avoir décider la mort pour cet enfant ? je me répète que ce n'était qu'un embryon, car c'est ce que ma mère m'a dit pour me réconforter les rares fois où j'ai exprimé ma tristesse. Que je ne pouvais pas la voir tué puisqu il n'était pas né. Balivernes. Ça ne me console pas. C'était tout de même un être humain...

Je me vois désormais comme une tueuse d enfant, qui plus est le mien. INFANTICIDE.

Peut être que je suis une peu folle de réfléchir autant, peut être devrais je simplement penser à autre chose, me concentrant sur des choses plus joyeuses de ma vie, au lieu de me tourmenter et de me lamenter sur mon sort de la sorte.
Je ne pensais pas réagir comme ça, je me croyais assez forte pour faire face à cela. De toute évidence, soit j'ai sous estimé la situation, soit je me suis surestimée.

Bref, j'ai perdu mon bébé, ma paix intérieure et ma conscience.

Voici un extrait d'une réponse d'une personne tentant de lui faire croire que l'avortement fut le bon choix :

avorter ce n'est pas cliquer sur la touche "delete" et repartir à zéro comme si ca n'avait jamais existé. C'est malheureusement ce que de nombreuses personnes s'imaginent, jusqu'au jour où elles se trouvent confrontées à la situation. Alors ce n'est pas que tu ne sois pas assez forte, c'est sans doutes que tu n'avais pas envisagé les conséquences de ce geste.

Et les conséquences, terribles, demandent l'aide et le soutien pour que la mère puisse se pardonner ce geste que la société encourage à faire : l'élimination de son enfant.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire