M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Si on condamne l'avortement sélectif (selon le sexe), pourquoi ne condamne-t-on pas l'avortement des personnes handicapées?

Une intéressante réflexion sur le site du Canadian Family Physician (Merci à S.F de nous l'avoir transmise) :

(photo : wikimedia sans copyright)

 

 

Socialement répugnant ou norme de soins

Y a-t-il une distinction entre l’avortement sélectif en fonction du sexe ou de la capacité?

Rebecca Lobo, MD

Pourquoi la plupart des autorités médicales acceptent-elles, endossent-elles et encouragent-elles le dépistage génétique prénatal tout en s’opposant à l’avortement sélectif en fonction du sexe? La juxtaposition de ces 2 pratiques soulève des questions lorsqu’on les compare et que l’on se demande s’il y existe un fondement éthique crédible pour donner son aval à l’une tout en condamnant l’autre. Nous espérons susciter cette conversation sans soulever de questions plus larges concernant la moralité de l’avortement ou à savoir si les droits de la personne devraient s’appliquer aux fœtus. Nous avons pour objectif de mettre en évidence les différences dans la façon dont on envisage l’avortement sélectif de divers genres de fœtus et d’explorer s’il est éthiquement possible de défendre leur traitement de manières radicalement différentes.

Si nous sommes d’accord d’empêcher des parents de connaître le sexe de leur enfant avant la naissance, nous le faisons pour prévenir la discrimination fondée sur le sexe. Nous cherchons à affirmer l’égalité des hommes et des femmes et nous acceptons de limiter les droits des femmes lorsqu’elles penchent vers un sexisme évident et expressément «répugnant socialement». Ce faisant, nous cherchons à cultiver une société qui appuie les principes des Nations Unies concernant les droits de la personne qui sont déclarés comme suit:

Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. Par conséquent, personne ne doit souffrir de discrimination fondée notamment sur la race, la couleur, l’ethnicité, le sexe, l’âge, la langue, l’orientation sexuelle, la religion, l’opinion politique ou toute autre opinion, l’origine nationale, sociale ou géographique, l’incapacité, la fortune, la naissance ou toute autre situation établie par les principes des droits de l’homme.

La pratique généralisée du dépistage génétique et du diagnostic prénatal, dont les résultats peuvent inciter à mettre un terme à la grossesse, accomplit presque l’opposé. Si les médecins semblent inconfortables avec les femmes qui interrompent leur grossesse motivées par le choix du sexe, ils continuent d’accepter, et parfois même d’encourager, le choix des femmes qui se font avorter lorsqu’elles reçoivent un diagnostic génétique imprévu. Notre société semble fermement opposée à la discrimination fondée sur le sexe mais elle omet de se conformer à l’esprit du code des droits de la personne des Nations Unies lorsque nous donnons notre aval à une politique qui endosse la discrimination fondée sur la capacité. Laissant de côté la question de savoir s’il s’applique au fœtus, le code semble considérer les différences de sexe et de capacité d’une manière semblable.

Résidente de deuxième année au Département de médecine familiale de la University of Alberta à Edmonton.

Correspondance:

Dr Rebecca Lobo, University of Alberta, 
Department of Family Medicine, 
85 Ave and 116 St, 
Edmonton, AB T6G 2R3; 
​courriel rlobo@ualberta.ca

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire