M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Avent et Noël 2017

1941 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 10 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Votre générosité nous permet de dire les vérités que d’autres ne peuvent simplement pas dire tout haut !

Merci de votre appui,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Scandaleux : Des femmes se font dire qu'il est de leur «devoir moral» d'avorter leur enfant trisomique

downs.jpgPetite fille trisomique.

Par Cassy Fiano (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Les personnes porteuses de trisomie 21 (ou syndrome de Down) sont souvent condamnées à mort, même dans notre monde actuel, qui est supposément plus éthique et tolérant.

Dans plus de 50 pourcent des cas, les femmes qui reçoivent un diagnostic prénatal choisissent d'avorter leur bébé à naître, dans pratiquement tous les pays où les tests prénataux sont disponibles. Bien que la communauté des personnes trisomiques dénonce les taux ahurissants d'avortement, il y a encore de l'opposition, accompagnée de mensonges, de désinformation et de coercition.

Il y en a même qui prétendent que nous avons l'obligation morale de condamner la trisomie à mort.

Plus tôt cette année, un scandale international a éclaté lorsqu'il a été révélé que l'Islande avait un taux d'avortement des enfants trisomiques qui frôle les 100 pourcent. Au même moment, l'Australie présentait de façon éclatante un reportage spécial à l'émission « 60 Minutes », qui vantait un nouveau test prénatal non invasif [Non-Invasive Pre-Natal Test (NIPT)]. Ce test permettrait d'« éliminer efficacement la trisomie » en Australie. Et maintenant, aux Pays-Bas, les femmes se font dire qu'elles ont le devoir moral d'avorter leur enfant trisomique.

×

Campagne de financement de l'Avent et de Noël 2017

Merci de nous aider, en ce temps des Fêtes, à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

1941 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 10 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

down-syndrome.jpg

Ce problème a d'abord été signalé par Stefan Paas, qui a démoli un article écrit par Michael van der Lubbe publié dans un journal national. Dans cet article, van der Lubbe affirmait que puisque les personnes trisomiques sont un « fardeau financier », les parents qui reçoivent un diagnostic prénatal ne devraient pas avoir la liberté de donner naissance à leur bébé. Au lieu de cela, la mère devrait se faire avorter, ou les parents devraient recevoir une amende du gouvernement. L'éditorial de van der Lubbe n'est pas le premier; plusieurs articles ont été publiés récemment, lui faisant écho en répétant des sentiments semblables, avec des titres tels que « Bien mieux sans Down » [Better Off Without Down].

Paas a répondu sur Twitter, comparant cette attitude à celle des Nazis. « Les enfants handicapés coûtent de l'argent, alors les parents, avortez ou payez une amende. » a-t-il écrit. « Nous n'avons jamais été aussi près des Nazis auparavant. »

van_paas.JPG

Il y a bien plus que la partialité des médias dans cette affaire, cependant. Une partie du problème vient du Ministère néerlandais de la santé, qui a fait de la trisomie sa cible dans le programme national de dépistage. Les tests prénataux non invasifs sont offerts à toutes les femmes enceintes aux Pays-Bas, mais au lieu d'analyser le génome complet, l'accent est mis sur la trisomie 21. En même temps, le ministre néerlandais de la santé affirme que la trisomie est la maladie ou la condition la plus coûteuse qu'une personne puisse avoir.

dutch-list.jpg
Liste du gouvernement néerlandais sur les maladies
en terme de dépense 

La co-fondatrice de « La Fierté trisomique » [Downpride], Renate Lindeman, explique comment ce mensonge a maintenant gagné les médias. « Plusieurs journaux nationaux ont publié des listes des "10 maladies et conditions les plus coûteuses". Ces listes mentionnent la trisomie en tête. » A-t-elle expliqué. « Une série télévisée populaire judicieusement nommée "Le dernier trisomique" [The Last Downer] montrait aussi un calcul annuel des "coûts" d'une personne porteuse de trisomie 21 pour la société. La source de cette diffamation est l'Institut National de la Santé Publique et de l'Environnement.»

Pourtant, comme le fait remarquer Lindeman, le cancer n'est pas mentionné dans cette liste, même s'il s'agit de la cause numéro un de décès aux Pays-Bas, et que le cancer est bien plus coûteux à traiter.

On ne peut pas avorter les gens qui ont le cancer - quoique les Pays-Bas aient peut-être résolu le problème avec leur offre florissante d'euthanasie. Et pendant ce temps, on donne aux futurs parents une information erronée à propos de la trisomie, dans l'espoir qu'ils choisissent l'avortement.

Il s'agit d'un problème universel : une étude, menée par le Dr. Brian Skotko de l'Université Harvard et publiée dans le Journal américain d'obstétrique et de gynécologie, a démontré que les femmes reçoivent, de façon routinière, de l'information inexacte et obsolète. Une autre étude a montré qu'on donnait aux femmes le diagnostic prénatal de façon négative, dans une proportion de 2.5 pour 1. En plus de tout cela, 1 femme sur 4 a déclaré avoir subi de la pression pour se faire avorter.

D'autres gens, de la même manière, ont avancé que les personnes qui ont un handicap ne devraient pas exister. Richard Dawkins a affirmé que cela devrait être immoral de ne pas avorter un enfant trisomique. Geoffrey Clark, candidat du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni [United Kingdom Independence Party, ou UKIP], a suggéré l'avortement obligatoire des enfants trisomiques ; de même, avant sa démission l'ex-président du Parti pour l'indépendance du Royaume-Uni, John Upex, a prétendu que les bébés porteurs de trisomie devraient être avortés. Un autre conseiller britannique a soutenu que les enfants handicapés devraient être « mis à mort ». Au sujet du Canada, les personnes qui ont un handicap et qui veulent immigrer dans ce pays ne peuvent pas recevoir la citoyenneté, parce qu'ils seraient un « fardeau » trop lourd pour le système de santé du pays. C'est ce qu'a constaté une famille, simplement parce que leur garçon est trisomique.

Bref, cette mentalité répugnante et discriminatoire - que les personnes trisomiques ou qui ont d'autres handicaps ont moins le droit de vivre - est répandue partout; ce n'est pas un problème néerlandais seulement. 

En réalité, les personnes trisomiques ou qui ont d'autres handicaps ont le même droit intrinsèque à la vie que n'importe quel autre être humain. Les gens ne devraient pas être mis à l'écart pour être tués, simplement parce qu'ils sont différents de ce que la société considère comme « normal ». Et c'est à nous tous de rejeter cette discrimination et cette violence.

Si nous ne nous levons pas tous ensemble pour dénoncer cette situation, elle continuera seulement à se répandre sans limite, causant la mort d'innombrables enfants à naître qui ne méritent pas de mourir.

Campagne de financement Avent et Noël 2017. Merci de nous aider avec un don spécial. L'objectif est de 5000$.

éclaireurs des consciences

Merci de garantir qu’au Québec il y ait au moins un organisme qui puisse dénoncer les dérives de notre époque.

1941 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Il reste 10 jours avant la fin de notre campagne de financement. Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire