M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Réponses dans le journal Le Soleil sur l'euthanasie

Impossible de trouver l'article du Dr Nicholas Dupré qui a engendré de telles réactions, mais les réponses valent la peine d'être lues. Sur le site du journal Le Soleil du 23 avril 2013:

 Un voyage sur le terrain

 
Dr Dupré suggère de nouvelles contorsions pour en arriver à tuer légalement quelqu'un d'un coup d'aiguille. En passant, chers lecteurs, veuillez surtout ne pas confondre l'euthanasie avec le fait de cesser un traitement à la demande du patient, geste non seulement légal mais moral. Mon opinion: que la loi qui légalisera l'euthanasie soit compliquée ou non, la Commission parlementaire, constituée de politiciens, a fait fi des recommandations contre ce projet. Mais vous, Dr Dupré, vous êtes un homme d'expérience et d'influence. Il me semble que vous ne pouvez vous prononcer avant d'avoir vérifié auprès de vos collègues de Belgique et de Hollande s'il y a eu dérapage ou non. Vous trouverez sur le site www.plusdignelavie.com les noms de nombreux médecins qui seront sûrement enchantés de vous recevoir pour vous faire constater par vous-même les faits. Je vous souhaite donc bon voyage et pourquoi ne pas en profiter pour prendre des vacances et visiter ces pays après enquête!
 
Claire Morin, Québec
 
Victime d'une phobie collective
 
Avouez que depuis que le débat sur l'euthanasie s'intensifie, vous et moi pensons plus souvent à la façon dont nous mourrons. La publication du «Point de vue» du Dr Dupré à ce sujet a rouvert chez moi une plaie. En effet, il s'est peu à peu insinué dans ma tête l'idée que ma mort sera aussi insupportable que ce qui est rapporté par ces témoignages autorisés. De quoi ai-je peur? De calmants inefficaces? Peut-être. Mais je suis surtout minée par l'idée insoutenable de devenir un poids insupportable pour un temps tout aussi insupportable. Et je suis loin d'être la seule à m'inquiéter de plus en plus des circonstances qui entoureront mon trépas! Serais-je donc devenue victime d'une phobie collective? Vous comprenez maintenant le besoin que je ressens d'une campagne du genre: «En santé ou malades, vous êtes importants». Sans cela, le Québec pourrait même aller jusqu'à demander un élargissement de l'euthanasie, sans restriction, sur demande, et ceux qui craignaient le dérapage n'auront pas eu tort.
 
Hélène Bonin, Québec
 
Ne pas brûler les étapes
 
Je suis d'avis qu'à ce stade-ci du débat public, sur un sujet particulièrement difficile et qui semble s'amorcer timidement au Québec, il ne faut pas brûler les étapes. La Commission spéciale sur la question de mourir dans la dignité, en date du 12 mars 2012, a recommandé au gouvernement que des soins palliatifs de qualité soient rapidement rendus disponibles pour tous les malades du Québec qui ont des souffrances incontrôlables et sans espoir d'amélioration (recommandation #4). À ma connaissance, après un an d'attente, rien n'a été fait en ce sens. Les ressources limitées semblent plutôt orientées à rendre disponible l'euthanasie dans les plus brefs délais, sans autre forme de «procès»!
 
Marc Bergeron, hémato-oncologue, CHU de Québec
 
Pour notre bien-être
 
Monsieur, je suis touchée par votre souci «d'offrir le meilleur de ce que la médecine moderne peut offrir à [vos] patients souffrant de maladies chroniques». Plusieurs savants médecins et autres spécialistes ont étudié ce grave problème des derniers moments, particulièrement difficiles pour certains patients. Parmi eux, les noms de Patrick Vinay, Serge Daneault, Marc Beauchamp, François Primeau et bien d'autres vous sont sûrement familiers en raison de leur collectif «Refus médical de l'Euthanasie». Un regard empreint d'un grand et profond humanisme sur les souffrances de ces patients. Je suis certaine que plusieurs d'entre eux seraient heureux de vous aider dans votre recherche de meilleurs soins. Je viens aussi de relire Plaidoyer pour une mort digne de Louis-André Richard et Michel L'Heureux, paru aux Presses de l'Université Laval. Un soleil pour de la chaleur humaine et des lumières. Merci de vous préoccuper de notre bien-être.
 
Edith M.Beaulieu, Lévis

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire