M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Quand "Dieu" parle ou témoignage du Dr Frydman

René Frydman, l'auteur de la première Fécondation in Vitro en France, en 1982, explique dans un entretien dans le journal Le Monde du 23 février 2012, l'état de la situation sur le sujet. Il exprime également quelques-unes de ses règles devant statuer la bioéthique, puisqu'il a déclaré:

 

 

Depuis, les progrès de la médecine reproductive ont bouleversé la famille traditionnelle... Nous aboutissons à des parentalités multiples. Cette science a permis d'individualiser trois mères et deux pères... sans parler des pères spirituels ! Il y a la mère qui va donner les ovules, qui peut être différente de celle qui va porter l'enfant, qui peut être encore différente de celle qui va élever l'enfant. Le père biologique, qui donne son sperme, peut aussi être distinct de celui qui élève l'enfant. Pour moi, la relation humaine prime, et pas l'origine génétique, qui est aujourd'hui trop valorisée. La femme qui accouche est la mère, même en cas de don d'ovule. L'enfant peut ensuite être adopté et élevé par quelqu'un d'autre. Il y a alors changement de mère, mais l'enfant restera issu de la femme qui l'a mis au monde.

Certains enfants nés d'un don de gamètes veulent connaître leur origine biologique, ce qui leur est interdit en France... Je suis favorable aux deux possibilités pour les donneurs : que ceux qui le souhaitent puissent rester anonymes, et que ceux qui veulent bien laisser leur identité puissent le faire. Vingt ans plus tard, l'enfant qui le souhaitera pourra connaître l'identité du donneur, à condition que celui-ci ait donné son accord. Sinon, l'enfant subira le lot de ceux dont le père est parti sans laisser d'adresse. On ne peut pas répondre à toutes les situations.

Parmi toutes les avancées de la médecine procréative, y en a-t-il que vous regrettez ? Je condamne l'utilisation des techniques sans éthique. Aux Etats-Unis, on constate une augmentation de 53 % du choix du sexe de l'enfant à naître. Un couple de Californiens a voulu sélectionner une donneuse d'ovocytes porteuse du même type de surdité que la future mère légale, pour que l'enfant soit à son image. Cette volonté de façonner l'enfant pose problème. La sélection des embryons doit toujours être motivée par la seule volonté d'éviter de transmettre une maladie grave et incurable.

"Dieu", pardon Frydman détermine qui est la mère dans un enchevêtrement de parentalité cauchemardesque, affirme que l'on crée volontairement un enfant orphelin de père biologique, qui ne pourra connaître de par les lois son père biologique, que voulez-vous, "on ne peut pas répondre à toutes les situations", et enfin, que "la sélection des embryons doit toujours être motivée par la seule volonté d'éviter de transmettre une maladie grave et incurable", c'est-à-dire qu'il lui revient de juger et d'avorter ceux qu'ils ne jugent pas digne de vivre. Indiscutable! Dieu a parlé...

Sur l'enfant à naître:

Nous sommes obsédés par le statut de l'embryon. C'est un tabou. On a abouti à une situation où la recherche sur l'embryon est interdite... sauf dans les cas dérogatoires où elle est autorisée ! C'est un maquis incompréhensible et décourageant pour les jeunes qui choisissent les sciences du vivant. Pendant ce temps, d'autres pays avancent, comme les Etats-Unis ou le Japon.

(...)

 Il faut un investissement matériel, des gens compétents et la possibilité de faire de la recherche. Les lois de bioéthique et les règles administratives devraient être refondées, afin de remettre l'innovation au coeur des sciences du vivant.

Un peu comme on l'a fait à l'hôpital Ste-Justine où l'on a d'abord effectué des avortements de dernier trimestre, puis formé un comité de bioéthique devant les protestations de quelques "consciences délicates", le Dr Frydman prône "l'innovation", ensuite, la règlementation... Mais ce qui prime pour "Dieu", pardon, pour le Dr Frydman, c'est l'innovation... "Les lois bioéthiques et les règles administratives devraient être refondées"... Heureusement que la spécialité du Dr Frydman n'est pas les soins en fin de vie... Qui peut faire confiance à ce "médecin" qui fait passer d'abord la recherche avant la bioéthique, puis qui définira lui-même ce qui est éthique?

Comment peut-il y avoir des médecins aussi aveugles et inconscients de l'humanité, de la valeur personnelle de l'enfant à naître, quel qu'il soit?

Le site Le Salon Beige nous donne un excellent texte sur les raisons pour lesquelles la fécondation in vitro n'est pas acceptable. Si vous vous posez des questions sur le sujet, c'est vraiment un texte à consulter:

30 ans après le premier bébé-éprouvette, ce que l'on ne dit pas sur la FIV

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire