M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QU'UN JOUR. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Des quadruplés avortés naissent avec des bras « enroulés l'un autour de l'autre »

twinstwins2.JPG

Par Ben Johnson de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Une travailleuse de l'industrie de l'avortement a quitté son emploi dans un centre de Planned Parenthood - et a finalement convaincu quatre de ses collègues de quitter l'industrie de l'avortement - peu de temps après avoir été témoin d'une femme avortant ses quadruplés. Ils sont presque tous nés morts, alors que la femme était assise sur la toilette ou trébuchait dans le couloir, se tordant de douleur.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Deux des quadruplés garçons  « parfaitement formés » avaient leurs bras « enroulés l'un autour de l'autre», selon un courriel qu'elle avait envoyé à Abby Johnson, une militante pro-vie. Abby Johnson, qui dirige And Then There were None (ATTWN), un programme de sensibilisation destiné aux employés de l'industrie de l'avortement, soutient que la travailleuse a quitté Planned Parenthood le jour où elle a vu une femme prendre des médicaments pour avorter ses quatre enfants.

Selon le courriel, la femme était venue chez Planned Parenthood « dans une douleur évidente» après «qu'un autre établissement de l'avortement lui eut donné une très forte dose de misoprostol pour avorter ses quadruplés. Elle était déjà dans son deuxième trimestre ».

« Nous l'avons guidée dans la salle de bain, l'avons déshabillée à partir de la taille, et lui avons dit de s'asseoir à la toilette » écrit-elle.

Puis le misoprostol a pris le dessus.

« Nous avons tous été horrifiés par les événements qui se sont déroulés dans les minutes suivantes ».

« Le premier bébé est tombé dans la toilette, écrit la femme. Alors qu'ils se rendaient dans la salle d'opération, les deux bébés suivants sont sortis et restés suspendus à elle. Les garçons morts nés, parfaitement formés, s'enlaçaient ».

Après s'être finalement rendue à la salle d'opération, « elle était encore dans la douleur, malgré la sédation. Le quatrième bébé a dû être aspiré hors d'elle. Il est sorti en morceaux ».

Le cœur brisé par ce qu'elle a vu, elle a éclaté en sanglots. « Je me souviens d'avoir sangloté avec une collègue de travail lorsque nous disposions du corps du quatrième garçon. Nous avons bercé les bébés intacts dans nos bras et pleuré pour eux ».

« Je savais que je ne pouvais plus effectuer ce travail. J'étais résolue à quitter ». Elle a quitté son emploi le jour même et, peu après, a aidé quatre de ses anciens collègues à quitter également l'industrie.

Abby Johnson explique que l'histoire de cette femme illustre « la nécessité des retraites de guérison pour les anciens travailleurs de l'industrie de l'avortement ». Elle a demandé aux partisans de ATTWN d'aider les anciens travailleurs, y compris par la prière et le parrainage financier. Les anciens travailleurs de l'industrie de l'avortement participeront aussi à une retraite de guérison qui se tiendra du 19 au 21 septembre.

A. Johnson affirme que 121 travailleurs ont quitté l'industrie de l'avortement grâce aux efforts de ATTWN.

Voici le courriel de cette femme dans son intégralité:

« Une femme est venue dans notre clinique par un après-midi, dans une douleur évidente. Un autre établissement de l'avortement sur le chemin lui avait donné une très forte dose de misoprostol pour avorter ses quadruplés. Elle était déjà dans son deuxième trimestre.

Nous l'avons guidée dans la salle de bain, l'avons déshabillée à partir de la taille, et lui avons dit de s'asseoir sur le siège de la toilette. Nous étions tous horrifiés par les événements qui se sont déroulés dans les minutes suivantes. Le premier bébé est tombé dans la toilette. L'infirmière prit une serviette sanitaire et la posa dans le bas de son corps alors que nous entraînions la femme à la salle d'opération. Ce fut alors que les deux bébés suivants tombèrent et restèrent accrochés à elle. Les bras des garçons sans vie, mais parfaitement formés étaient enroulés l'un autour de l'autre.

Nous avons finalement réussi à l'emmener à la salle d'opération, nous avons commencé la sédation, mais elle était encore en grande douleur. Le quatrième bébé a dû être aspiré hors d'elle. Il est sorti en morceaux. Je me souviens d'avoir sangloté avec une collègue de travail lorsque nous disposions du corps du quatrième garçon. Nous avons bercé les bébés intacts dans nos bras et pleuré pour eux. Je savais que je ne pouvais plus effectuer ce travail. J'ai décidé de quitter ».

Publicité

×

DERNIÈRE JOURNÉE. L'objectif de notre campagne est atteint !

3626 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- MERCI !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire