M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes.

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Prions pour le Pape François

9733773478_8a35cd3721_o_810_500_55_s_c1.jpg

Canon 212 - § 3. Selon le savoir, la compétence et le prestige dont ils jouissent, [les fidèles] ont le droit et même parfois le devoir de donner aux Pasteurs sacrés leur opinion sur ce qui touche le bien de l’Église et de la faire connaître aux autres fidèles, restant sauves l’intégrité de la foi et des mœurs et la révérence due aux pasteurs, et en tenant compte de l’utilité commune et de la dignité des personnes.

Le paragraphe ci-dessus est tiré du code de droit canonique de 1983 de l’Église catholique. Il nous indique que le fidèle n’a pas seulement le droit, mais parfois même le devoir, de faire connaître aux pasteurs et aux autres fidèles leur opinion sur ce qui touche le bien de l’Église.

En cette fête de l'Assomption, je crois que le temps est venu de remplir mon devoir, en tant que catholique et président d’un organisme pour la défense de la personne humaine, et de faire connaître à mes pasteurs, aux autres fidèles et à toutes les personnes de bonne volonté mon opinion sur une situation douloureuse qui persiste maintenant depuis plus de 3 ans. Je parle ici du parcours de celui qui a pris le nom de François à la suite du conclave convoqué à Rome en mars 2013.

Mon opinion, donc, est la suivante : En dépit de toutes ses belles qualités, de son sourire, de son amabilité et de sa chaleur humaine, et abstraction faite de ses intentions profondes, qui me resteront cachées jusqu’à la mort, et de ses quelques bons mots en faveur de l’enfant à naître ou contre la théorie du genre, il me semble que le pape qui a pris le nom de François à la suite du conclave de mars 2013, par ses paroles, ses actions et même ses écrits, sème trop souvent consternation et chaos dans l’Église et dans le monde, ce qui porte atteinte non seulement à la foi, mais au bien commun temporel. Les paroles, écrits et gestes de François (le bulletin ci-joint n’en présente qu’un échantillon), trop souvent scandaleux sinon destructifs, présagent, s’ils perduraient, des malheurs encore plus grands pour l’Église et la société en général, et pour le mouvement pro-vie et pro-famille en particulier. C’est pourquoi je crois que nous devons plus que jamais prier et faire des sacrifices pour François et pour l’Église, pour que la Volonté de Dieu soit faite en toutes choses.

bulletin-aout-2016-cqv-couverture.JPG

Chers lecteurs, croyez-moi quand je vous dis que je n’émettrais pas une telle opinion difficile et compromettante pour ma personne, si je ne la croyais pertinente, fondée et utile.

Pertinente : Pour moi, cela va de soi. L’Église catholique a été fondée par Dieu Tout-Puissant, le premier « pro-vie », Celui-là même qui a gravé sur une tablette de son doigt le 5e commandement « Tu ne tueras point ». Le pape, qui est le gardien de toute la vérité sur Dieu et sa Loi, est donc ici-bas le personnage le plus important pour la cause des enfants à naître, du mariage, et tout ce qui touche au bien commun. S’il dévie d’un iota de la vérité (ce qui est bien possible, car son infaillibilité est limitée à certaines déclarations précises), ou s’il occulte certaines vérités de façon systématique, c’est le monde entier qui est plongé dans la confusion. Et, selon ce que je continue de voir quasiment quotidiennement, et comme vous pourrez lire vous-même dans les articles du Culture de Vie de ce mois, il me semble que François sème trop souvent la confusion pour le malheur de l’Église et de la société. Il faut prier davantage !

Fondée : Si j’ai attendu plus de trois ans avant de communiquer publiquement et officiellement mon opinion, c’est qu’il fallait pour ainsi dire que je me frotte les yeux pour confirmer que ce que je voyais était vraiment réel. Qu’il ne s’agissait pas d’erreurs de traduction ou d’interprétations tendancieuses des médias. Cela a pris du temps pour soupeser les preuves. Les articles inclus dans le bulletin ne forment qu’un minuscule échantillon de ce que j’aurais pu vous présenter. Bien que je ne doive jamais juger la condition de l’âme de quiconque, a fortiori celle du pape, toute personne a le droit et le devoir de juger un comportement dans le but de bien agir et réagir dans la vie de tous les jours.

Utile : Certains questionneront l’utilité de ma déclaration : « Le sort de François n’est pas de notre ressort, nous n’avons pas le mandat de le critiquer, etc. » Ceux qui parlent ainsi auront oublié l’arme capitale de notre combat : la prière et le sacrifice. Ils auront aussi oublié que pour bien prier, il faut bien connaître la réalité, aussi douloureuse soit-elle.

N’en déplaise aux promoteurs de l’euthanasie, la douleur, lorsqu’elle est embrassée avec amour, a une puissance d’expiation et d’intercession extraordinaire. C’est-à-dire que la douleur sert de mégaphone à nos prières, leur permettant ainsi de se rendre jusqu’aux oreilles de Dieu. Or, cette opinion affligeante que je vous dévoile, qui confirme probablement les inquiétudes secrètes des cœurs de plusieurs d’entre vous, est peut-être ce qu’il nous fallait pour prier plus fort et avec plus de lucidité, pour François et pour une Culture de Vie.

Car, du moins humainement, rien ne peut être fait pour renverser les tendances lourdes de notre époque (déchristianisation, culture de mort, etc.), que François ne semble qu’accélérer. Bien que ce soit la vocation d’organismes comme Campagne Québec-Vie d’agir selon ses modestes moyens pour conserver un petit reste de personnes qui résistent moralement et spirituellement (tel un grain de sénevé qui pourra être planté dans une terre que les châtiments prochains auront rendu fertile par leur sarclage) un retour à l’ordre moral et spirituel requerra l’intervention du Très-Haut.

Mais alors : prions ! Si aujourd’hui nous voyons en François un homme qui, en dépit peut-être de ses très bonnes intentions, semble nourrir le chaos, peut-être que demain nous le verrons défenseur intrépide de la Foi et des enfants à naître.

Mais pour que cela arrive par notre prière, il faut se laisser percer le cœur par la dure Réalité.

georges-buscemi-cercle.jpgMarie, Notre-Dame des Sept-Douleurs, vous qui n’avez jamais refusé de vous joindre à la Passion de votre Fils, priez pour nous qui vivons ici-bas la mystérieuse Passion de son Église !

Pour la Vie,

Georges_Signature-PNG.png 
Georges Buscemi, Président

bulletin-aout-2016-cqv-couverture.JPG



Laissez un commentaire