M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes.

noel-v1.JPGMerci de nous aider avec un don spécial en ce temps de Noël, où nous célébrons la naissance de notre Sauveur. Notre objectif est de 5 000$. Merci de votre précieuse collaboration.

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Pourquoi les Russes ont raison et l'Occident tort sur la question de la propagande gai

(Thomas Mulcair, chef du NPD, fier de parader à Vancouver)

L’événement de la parade gaie à Montréal a été l’occasion pour plusieurs politiciens de condamner la politique russe d’opposition à la propagande du lobby gai sur son territoire, spécialement envers la jeunesse. Justin Trudeau et Pauline Marois y sont allés de remarques savoureuses :

-Pauline Marois : « Il faut continuer à lutter contre la discrimination sous toutes ses formes. (…) Ce que nous appelons la norme, elle évolue. »

-Justin Trudeau : « Cette année en particulier, on pense aux gens qui vivent dans des régimes intolérants et haineux, comme la Russie. »

Haineuse la Russie? Protéger ses enfants serait haineux? Le journal La Presse du 19 août 2013 nous apporte cette histoire, sans condamner le sort épouvantable que nous réservons aux enfants dans notre pays «tolérant et bienveillant »…

Thierry et François* se croyaient blindés. Ils avaient consacré des soirées entières à la lecture des centaines de pages du contrat les liant à la mère porteuse. Malgré cela, «un peu plus et la maison y passait».

En raison de complications de toutes sortes, la conception de leur fils leur a coûté 200 000 $.

(…)

Parce que les contrats de mère porteuse ne sont pas reconnus au Québec, Thierry et François ont eu recours à une agence américaine. Thierry fournissait ses gamètes, une parente de François, les ovules.

Par contrat, Abby, propriétaire d'un café dans un petit village du Minnesota et épouse d'un policier, promettait de se faire avorter si l'enfant était trisomique. Non, elle ne ferait ni motoneige ni motocyclette pendant sa grossesse et elle permettrait aux futurs pères d'assister aux échographies. Les futurs pères, eux, promettaient de prendre l'enfant, peu importe son état à la naissance.

(…)

Le couple a dû verser une compensation additionnelle à Abby, étant donné qu'elle a été contrainte de réduire ses heures de travail.

L'enfant est finalement né une semaine et demie avant la date prévue, par césarienne. Né avec le cordon autour du cou, le bébé a passé deux jours aux soins intensifs. "Ça, c'est le gros risque qu'on avait sous-estimé, raconte Thierry. S'il avait fallu que Samuel y reste deux semaines, nous aurions été très mal pris.»

Du Midwest américain, Thierry et François ne s'attendaient pas à tant d'ouverture.

«Nous avons raté l'accouchement, alors les infirmières nous ont envoyé plein de photos de l'enfant pendant que nous étions en route. À l'aéroport, avec le bébé, nous étions presque des vedettes! Tout le monde venait nous parler, sans jugement aucun.»

Complications au Québec

«Ça s'est gâté au Québec, se désole François. On n'est peut-être pas aussi évolué qu'on aime à le croire.»

Quand il a été question de procurer une carte d'assurance maladie à l'enfant, «le préposé, au guichet, m'a regardé comme si j'étais un criminel, évoque François. Puis, sous prétexte que la naissance a eu lieu aux États-Unis, on a voulu nous imposer un délai de carence comme pour les étrangers.»

Ç'a été encore plus compliqué pour le congé de paternité. Thierry a eu le sien, mais pas François. Pourtant, le Régime québécois d'assurance parentale lui avait assuré qu'ils auraient tous les deux droit à leur congé.

«On nous a dit que, comme on n'avait pas fait affaire avec le Secrétariat à l'adoption internationale, on ne reconnaissait pas ma paternité, continue François. Selon le gouvernement, je n'étais pas le père de Samuel. J'en ai perdu le sommeil pendant des nuits.»

Malgré toutes ces difficultés, le couple a entrepris des démarches pour la conception d'un deuxième enfant. Cette fois, il fera appel à une Ontarienne qui a déjà été mère porteuse à quatre reprises.

En temps et lieu, les enfants seront mis au courant de leur histoire, dit le couple, en tenant compte de leur degré de compréhension.

«Samuel saura qu'il n'a pas de mère et qu'il est né grâce au don de deux femmes merveilleuses.»

Croient-ils à l'altruisme de mères porteuses qui sont de pures étrangères? Thierry et François (qui envoient des photos de Samuel à Abby par Facebook) répondent par l'affirmative. «Abby a touché tout au plus 20 000 à 25 000$ en compensations de toutes sortes. Il y a des façons plus faciles de se faire de l'argent», dit François.

«Nous, on n'a obligé personne, poursuit-il. La mère porteuse est contente, nous sommes comblés par notre bébé et notre bébé va très bien. Qui est malheureux là-dedans?» (...)

Et lequel des «papas» va allaiter le bébé? 

Voilà le genre d’histoire que les Russes veulent éviter, parce qu’ils ont le courage d’aimer vraiment les enfants de leur pays.

...

Ils ont participé à la parade gay

Justin Trudeau, Pauline Marois, Françoise David, Philippe Couillard, Thomas Mulcair, François Bonnardel, Nathalie Roy, Denis Coderre, Louise Harel, Laurent Blanchard, Richard Bergeron,  les ministres Sylvain Gaudreault, Pascal Bérubé, Diane de Courcy, l’ancien hockeyeur Georges Laraque, etc.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2300 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire