M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

2275 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Pour le journaliste Patrick Lagacé, un patient a le « droit » d'être tué. Et Mme Marois ne respectera pas les médecins opposants

Sur le site du journal La Presse du 6 mai 2013:

 

(Le journaliste Patrick Lagacé)

 

 Puis, Mme Marois a annoncé l'injection de 15 millions de dollars en financement récurrent pour les soins palliatifs, dont 11 millions pour les soins à domicile (le reste étant consacré aux «lits dédiés» dans les hôpitaux, CHSLD et maisons de soins palliatifs.

Au-delà des annonces, la seule présence de Mme Marois hier sur cette tribune envoyait un signal limpide: à l'aube du dépôt d'un projet de loi sur la fin de vie, elle considère que ce projet de loi n'est pas tout à fait comme les autres.
 
C'est la question du suicide assisté qui a monopolisé les débats, dans la foulée du rapport de la commission Mourir dans la dignité, publié après des mois de consultation partout au Québec et ailleurs dans le monde.
 
C'est normal. Peu de sociétés en Occident permettent l'aide au suicide pour les personnes atteintes de maladies incurables. Ces débats mêlent loi, science, éthique, morale, religion et émotions humaines. Ils sont autrement plus lourds, disons, que celui sur la couleur de la margarine.
 
Mais la moitié des recommandations de la Commission touchait la bonification des soins palliatifs québécois. Cet aspect a été occulté dans l'accueil du rapport. Il est pourtant capital dans toute l'organisation des soins touchant les mourants.
 
Si frappantes soient-elles pour l'imaginaire, les méthodes d'aide au suicide restent une exception, dans les sociétés où elles sont permises. Dans les États de Washington et de l'Oregon, par exemple, moins de 100 personnes ont choisi en 2009 d'avaler le cocktail mortel prescrit par un médecin, après un protocole de sélection strict et rigoureux. Une goutte d'eau dans l'océan des malades admissibles.
 
Traduction: l'immense majorité des personnes condamnées par une maladie incurable en phase terminale choisissent d'aller au bout de la vie, de mourir le plus tard possible.
 
D'où l'importance de développer ces soins palliatifs. Comme m'a dit le Dr David Lussier, gériatre à l'Institut universitaire de gériatrie de Montréal: «Il faut mettre plus d'emphase sur l'accès aux soins palliatifs, et la formation des médecins et autres professionnels dans ce domaine. En diminuant la souffrance morale et physique, on diminuerait probablement le recours au suicide assisté.»
 
En ce sens, les mesures annoncées hier par Pauline Marois sont un pas dans la bonne direction. Le premier pas pour combler en trois ans les besoins - immenses - de la province en matière de soins de fin de vie, a affirmé hier Véronique Hivon, ministre déléguée aux Services sociaux.
 
Avant la fin de juin, le gouvernement Marois déposera le projet de loi qui mettra en place des balises qui permettront aux Québécois atteints d'une maladie grave et incurable de mettre fin à leurs jours, avec l'aide du système de santé, s'ils le désirent.
 
(...)
 
Mais le rapport de la Commission était clair: pas question de forcer des médecins à poser des gestes qui vont provoquer la mort. Le projet de loi consacrera assurément cette objection de conscience.
 
Mais qu'en est-il des établissements? Ont-ils le droit à cette objection de conscience des médecins?
 
La Maison Michel-Sarrazin de Québec fut le premier établissement de soins palliatifs au Canada. Et sa position est claire: il n'y aura pas de suicide assisté à l'intérieur de ses murs, qu'importe le nouveau cadre législatif. «La mort n'est pas un droit, c'est un fait inéluctable et terrible», considère l'établissement.
 
Dans le réel, ça veut dire qu'un Québécois hébergé à la Maison Michel-Sarrazin, et qui choisirait d'en finir au moment de son choix, pourrait être privé de ce droit.
 
Comment démêler ce délicat dilemme éthique et juridique? Comment départager où finit l'objection de conscience des établissements et les droits des Québécois?
 
J'ai posé la question à Mme Hivon, hier. Elle préfère attendre le dépôt du projet de loi avant de commenter des cas particuliers.(...) 
 

L'article de Patrick Lagacé est un bel exemple désinformation. Il n'y est pas mentionné que les médecins seront obligatoirement complices, peu importe leur choix personnel, de l'euthanasie des patients. Ils devront, s'ils ne procèdent pas à l'euthanasie, référer leur patient qui en fait la demande à un «médecin» qui sera prêt à l'éliminer. Tous les médecins seront dès lors complices des tueurs à gages infiltrés dans le système médical. Aucune objection de conscience ne sera tolérée. 

Les médecins travaillant dans des maisons de soins palliatifs ne feront pas exception. 

Les demandes d'euthanasie sont en constante croissance dans les quelques pays où le permis d'éliminer les patients est accordé. Nombre d'euthanasies sont faites sans le consentement du patient, et les nouvelles catégories de patients vulnérables s'ajoutent aux anciennes.

L'annonce de Pauline Marois d'une faible subvention aux instituts de soins palliatifs ne doit pas nous leurrer. Elle est un peu de poudre aux yeux à une semaine d'une manifestation contre sa politique morbide. Si la ministre Hivon et la première ministre Marois avaient la moindre considération pour les patients qui souffrent, elles débloqueraient les fonds, minimes pour mettre en place dès maintenant un réseau complet de soins palliatifs. Et non pas attendre trois ans, et tant pis pour les patients en fin de vie qui, actuellement souffrent sans le soulagement qu'apporte une équipe spécialisée dans le traitement de la douleur physique et psychologique.

Le 18 mai, nous serons à Québec pour manifester. Ce sera vraisemblablement le début d'un bras de fer pour faire connaître notre argumentation à la population québécoise et ainsi lui faire réaliser la tartufferie des arguments utilisés pour la promotion de l'euthanasie.

Les Français nous ont montré comment agir avec un gouvernement qui n'écoute rien. Les Québécois ont vu à la première étape de la mascarade, à la commission «Mourir dans la dignité», que le gouvernement n'écoutait ni les organismes, ni les professionnels venus manifester majoritairement leur opposition à toute forme d'euthanasie.

C'est le début pour les Québécois d'une nouvelle détermination. Nous ne lâcherons rien, jamais. 

Pour les personnes en fin de vie que nous aimons, pour les enfants à naître, nous devons retrouver la combativité sereine mais déterminée qui ne lâchera jamais. Nous le pouvons!

Madame la première ministre Marois, madame la ministre Hivon, nous avons un premier rendez-vous ce 18 mai 2013 à Québec, devant le Parlement.

Chers lecteurs de Campagne Québec-Vie, y serez-vous?

L’euthanasie est à nos portes ! Le gouvernement Marois a annoncé son intention de déposer – à la présente session parlementaire – un projet de loi qui fera de l’« aide médicale à mourir » un soin de santé et un droit.

Selon le Dr Yves Robert, secrétaire du Collège des médecins du Québec, « De l’aide médicale à mourir, c’est de l’euthanasie ». Et l’euthanasie, consiste à tuer volontairement et directement une personne, avec ou sans son consentement, pour des motifs prétendus de compassion. Le Code criminel du Canada considère cela comme un homicide. Tuer n’est pas un soin – Exigeons plutôt des soins palliatifs de qualité.

AGISSONS !

·         Signons la pétition : http://www.lamarcheprintaniere.org/fr/agir/signez-la-petition/

·         Participons en grand nombre à La Marche printanière – L’euthanasie, chez nous, NON MERCI !

Samedi le 18 mai 2013 à Québec

Rassemblement 12H00 sur les plaines d’Abraham – Musée national des beaux-arts du Québec

Départ 13H45 vers l’Assemblée nationale du Québec ; allocutions et animation jusqu’à 16H30

·         Renseignons-nous :

VivreDignite.com – Vivre dans la dignité

RefusMedical.blogspot.ca – Collectif des médecins du Refus médical de l’euthanasie

EPC.ca – Euthanasia Prevention Coalition

EuthanasieNONmerci.org – Rassemblement québécois contre l’euthanasie

·         Contactons nos députés du Québec :

o   Assemblée nationale du Québec : http://www.assnat.qc.ca/fr/deputes/index.html#listeDeputess  

 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

2275 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire