M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Plus de détails sur l'affaire Saavita...

Sur le blog de Jeanne Smits du 3 décembre 2012:

 

(à droite, la journaliste Kitty Holland qui a fait connaître l'histoire à la planète)

 

(...)Praveen Halappanavar n'a cessé d'affirmer que vu son état, sa femme, Savita, dentiste, avait à plusieurs fois réclamé l'avortement et que cela lui avait été refusé tant que le cœur de son bébé battait encore au motif que « l'Irlande est un pays catholique ». De retour dans son pays, il a déclenché une campagne massive visant à montrer que l'état de Savita s'est empiré jusqu'à devenir désespéré parce qu'elle n'a pas bénéficié de l'avortement, refrain repris par les groupe abortistes et féministes irlandais qui réclament la modification de la loi afin que la mise à mort de l'enfant à naître soit possible si la vie de la mère est menacée. Et ce alors que l'Irlande se prévaut d'un des taux de mortalité maternelle les plus bas au monde. 

Selon des éléments « fuités » du dossier médical de Savita par Praveen et son avocat la demande d'avortement n'y figurerait pas. Kitty Holland a expliqué, pour se défendre, qu'il se peut bien que les demandes d'avortement ne soient jamais consignées dans les dossiers médicaux des maternités irlandaises, mais en tout cas le doute est là et elle ne va pas jusqu'à se porter garant de l'existence de cette demande. Elle a également avoué que Praveen Halappanavar lui avait dit « à un moment » que sa femme n'avait reçu que des antalgiques, et pas du tout d'antibiotiques…
 

Kitty Holland a dû également s'expliquer sur les différences entre son premier article, publié le 14 novembre dans l'Irish Times, et celui qu'elle a écrit pour The Observer trois jours plus tard. Dans le deuxième, elle affirme explicitement : « Le fait que le refus d'avortement opposée à Savita ait joué un rôle dans sa mort reste à établir. » Pourquoi ne pas avoir dit cela d'emblée, lui demande Coleman. Réponse embarrassée : « Je ne faisais que citer les inquiétudes du mari, Praveen. Et à aucun moment… Je veux dire… vous savez que cela a été suggéré dans le titre, qu'évidemment je n'ai pas écrit. Vous savez, “on lui a refusé l'avortement” était entre guillemets. Mmm… Mais vous avez que je rapportais les préoccupations du mari, ce dont il a dit que cela le préoccupait et ce dont il a dit que cela s'était passé à l'hôpital. »
 

Et de rejeter la faute de l'interprétation qui a été faite de son papier dans le « monde entier » sur le « public » qui a « inféré » que la mort de Savita était due à l'absence de l'avortement. C'est oublier un peu vite que les manifestations demandant la légalisation de l'avortement avaient été annoncées à mots couverts plusieurs jours avant la publication de l'article de Kitty Holland au réseau des militants pro-avortement.(...)

Et le gouvernement irlandais qui veut profiter de la situation pour légaliser l'avortement...

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire