M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Patrick Lagacé a raison…en partie

Sur le site du journal La Presse du 27 mars 2013, Patrick Lagacé revient sur la polémique entourant la publicité sur les personnes homosexuelles qui s’embrassent publiquement :
 
(Le journaliste Patrick Lagacé)
 
 
 
(...)
« Oublions le Québec, une seconde. Pour les gais en Occident, l'époque est très intéressante : la question du mariage gai est au premier plan de l'actualité en France et aux États-Unis, deux pays où cet enjeu est une “patate chaude” politique et législative.
Le cas américain est fascinant : l'appui à la légalisation du mariage gai est passé, en 10 ans, de 37 % à 58 %. Une hausse stupéfiante, qui ne peut certainement pas s'expliquer uniquement par des publicités gouvernementales disant aux Américains que l'homophobie, c'est mal.
 Un changement de mentalité qui passe peut-être par la proximité. Prenez le cas de Rob Portman. Ce sénateur américain, membre du parti républicain, s'opposait — comme la plupart des élus de son parti — au mariage des homosexuels.
 Puis, il y a deux ans, son fils Will a fait son coming-out.
 Soudainement, le droit des gais à accéder à l'institution du mariage n'était plus une question théorique pour le sénateur de l'Ohio. C'est ce qui l'a convaincu d'appuyer — au niveau des États, pas par une décision de Washington — le mariage entre homosexuels.
 Dans sa lettre au journal The Columbus Dispatch, Portman explique que son conservatisme est en parfait synchronisme avec cette nouvelle vision : nous, conservateurs, croyons à la liberté individuelle et à une intervention étatique restreinte, écrit-il, en plus de voir la famille comme la pierre angulaire de la société.
 Mais dans la lettre de Portman, le passage le plus révélateur sur l'évolution des mentalités évoquait l'ancien président Ronald Reagan, “pour qui tous les grands changements en Amérique ont commencé à table”.
 “Le processus de citoyens qui convainquent d'autres citoyens, voilà comment un consensus se bâtit et que le changement durable s'effectue, écrit le sénateur Portman. Et comme une majorité écrasante de jeunes appuient le mariage des homosexuels, cet enjeu est devenu plus générationnel que partisan.” »
(...)
Les changements commencent à table.
C’est en très grande partie vraie. Le changement de mentalité passe très souvent par les conversations avec nos enfants, à table. D’où l’importance de liens familiaux très forts qui permettent le libre échange d’opinions entre les différents membres de la famille. Cela est primordial.
Parce que nous sommes dans une société où la télévision d’état comme les chaînes privées se fait un devoir de promouvoir clairement ou insidieusement, par les téléromans, des préjugés sur l’homosexualité directement copiés de la propagande des lobbys gais. Parce que nos enfants sont soumis à une propagande étatique dans nos écoles, sous le couvert de lutte à l'intimidation. Parce que rares sont les journalistes ayant le courage de dénoncer la censure des médias sur la problématique de l’homosexualité. Parce que, malgré l’héroïsme de petits groupes au Québec, il n’y a jamais eu de débat sur le « mariage » gai et l’adoption par les partenaires de même sexe, ni sur leurs fécondations in vitro payées par l’état et sur les mères porteuses.
Parce que de toutes ces façons, nos enfants sont soumis à un véritable lavage de cerveau, qui va jusqu’à tenter de leur faire trouver naturel de voir deux personnes de même sexe s’embrasser comme un couple… Nous en sommes là.
C’est pour toutes ces raisons que ces conversations à table seront si importantes, pour du moins faire part à nos enfants de l’argumentation rationnelle censurée par les bien pensants de notre société, sur l’importance pour un enfant d’avoir un père et une mère, sur le fait que la structure du mariage ne peut être redéfinie pour être séparée de la filiation, sur le fait qu’une attirance pour les personnes de même sexe ne constitue pas une obligation d’adopter un mode de vie, une pratique sexuelle qui ne correspond pas à la finalité biologique des organes sexuels, ni à la complémentarité d’une différence sexuelle acceptée. L’amitié chaste, bien que difficile dans nos sociétés érotisées, est possible pour tous les célibataires, qu’ils soient attirés par les personnes de l’autre sexe ou du même sexe.
Et si, comme ce fut le cas de ce politicien américain, l’un de nos enfants nous partageait qu’il est attiré par les personnes de même sexe, notre amour inconditionnel pour lui, non influençable par une orientation quelconque, nous obligerait de ne pas succomber à la bêtise ni à l’ignorance de lui recommander d’adopter un mode de vie « gai ».
Si les causes de l’homosexualité sont multiples et encore méconnues, si des milliers d’« homosexuels » témoignent qu’ils ont passé d’une phase temporaire « homosexuelle » à leur véritable identité hétérosexuelle, cette possibilité d’une aide vers le développement de leur hétérosexualité ne peut être mise de côté.
Et si malgré une aide psychologique, notre enfant conserve une attirance unique pour les personnes de son sexe, il faudra alors lui partager, dans son épreuve, la possibilité de vivre des amitiés profondes (qui n’ont rien à voir avec l’intimité d’un couple) sans tomber dans l’erreur d’une sexualité sans finalité, sans complémentarité, qui ne peut être que néfaste pour sa santé et son affectivité.
La sodomie est loin d’être recommandée par les médecins…
Oui, Patrick, tu as raison de penser que face à l’ignorance des journalistes, des médias et d’un état propagandiste d’une idéologie complètement folle, il faudra avoir des conversations autour de la table…

Parce que nos enfants n'auront peut-être pas l'occasion d'avoir une discussion intelligente ailleurs... alors que des journalistes préfèrent signer un éditorial plutôt qu'un blog avec des commentaires qui divergent d'opinions, comment dis-tu?, des « commentaires d'arriéré pour fustiger ces pubs...»

On lance une campagne contre l'intimidation par les journalistes?

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

Campagne de financement pour l'automne 2016. L'objectif est de 3500 $ Merci de nous aider à continuer notre travail.

1961 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 4 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire