M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Non M. Dalpé, votre chien n'a pas de sentiments...


(Habituellement, ceux qui pratiquent l'anthropomorphisme sur les ours, de trop près, y laisse une délicieuse bouchée, au goût de l'ours...)
 
(Photo : Jean-Michel Demimieux sur wikimedia.org, licence creative commons)
 
 
Nous sommes dans une société imprégnée par la culture Walt Disney. Tout jeunes, nous avons vu et revu ces animaux aux comportements et langages humains de nos dessins animés et avons intégré cet anthropomorphisme de telle sorte que nous ne savons plus interpréter le comportement animalier autrement qu’en le comparant à des attitudes humaines qui nous paraissent semblables… Nous avons presque aimé nos chiens et chats comme des membres de notre famille...
 
Pourtant, il faut voir comment un chien est dressé par un professionnel pour constater à quel point notre animal est… une bête! Un dresseur parle à un chien, pas à un chien humanisé!
 
C’est aussi le constat que peuvent nous rappeler des vétérinaires par exemple.
Sur le site d’infoveto, on peut lire ces remarques d’une vétérinaire, sur les sentiments des animaux :

 
L’émotion est une sensation de courte durée à un moment donné. Le sentiment, lui, requiert l’intégration de ces émotions.
 
Le chat ressent des émotions mais pas de sentiments :
 
Le chat ressent des émotions telles que la peur, la joie, la tristesse mais il n’intègre pas ces émotions de façon à ressentir des sentiments.
 
Le croire, c’est accorder des capacités humaines à notre chat, on parle alors d’anthropomorphisme.
 
Quelques exemples de la vie quotidienne. Lorsque votre chat urine sur vos chaussures ou votre sac, ce n’est pas une vengeance.
 
Un élément a certainement perturbé son environnement et cela traduit un état d’anxiété et de stress (hors raisons médicales à écarter avec votre vétérinaire).
 
Lorsque votre chat fuit lorsqu’une porte claque, il s’agit d’une émotion de peur. Ces émotions, même si elles peuvent être de courte durée, n’en sont pas moins intenses mais en aucun cas il ne s’agit de sentiments.
 
Les émotions sont des réactions intenses et courtes à un signal perçu. Elles se traduisent par des manifestations comportementales (par exemple s'immobiliser, fuire, combattre, sursauter etc) et par des manifestations physiologiques. Ces manifestations peuvent être observées, quantifiées, chez le chat et le chien comme chez l'humain. > Le sentiment est en sorte la représentation mentale de l'émotion, et aussi la représentation de la cause de l'émotion. Cela suppose d'établir une relation entre l'émotion et ce qui la provoque. > La capacité des animaux à ressentir des émotions est aujourd'hui prouvée et l'évaluation d'un certain nombre de paramètres comportementaux et physiologiques a d'ailleurs de nombreuses applications notamment pour évaluer le bien-être d'un animal ou le mal être ...avec des conséquences très positives sur l'évolution de la législation concernant les animaux de compagnie mais aussi les animaux de rente. Dans l'état actuel des connaissances scientifiques, la capacité des chats et des chiens à ressentir des sentiments ne l'est pas. Par exemple, on peut parler d'attachement pour le chat et le chien, comme pour d'autres espèces animales, qui est le produit des comportements ayant pour objet la recherche et le maintien de la présence d'un autre animal ou d'une personne spécifique, c'est un besoin social. Ce processus a été étudié par des éthologues. Le lien d'attachement est reconnu scientifiquement et il peut d'ailleurs expliquer à lui seul la quête d'un être d'attachement, une dépression réactionnelle à un décès, de même que le trouble « anxiété de séparation » lié à un hyperattachement primaire est bien décrit. Mais toujours dans l'état actuel des connaissances scientifiques, on ne peut pas parler « d'amour » qui est un sentiment. Cela n'enlève rien au lien si fort qui nous unit. On peut parler de stress ou de peur, réactions qui se mesurent par des manifestations comportementales et physiologiques et que l'on peut parfaitement inférer actuellement chez un animal de compagnie... mais on ne peut pas parler actuellement de haine, ou de vengeance qui sont des sentiments. (…) Mon propos était d'attirer l'attention des maîtres sur le fait qu'on apporte parfois de mauvaises réponses à certains comportements gênants exprimés par nos compagnons, parce qu'on leur prête des sentiments humains et des mauvaises intentions alors que ces comportements peuvent être des réactions. C'est toute la différence entre « réagir » et « agir intentionnellement ». Penser qu'un chat est capable de vengeance par exemple, donc d'intention de nuire, peut conduire des maîtres à sanctionner après coup comme ils le feraient avec un humain... ce qui ne fait qu'aggraver le problème. Dr Laetitia Taralle

 
Cette mise au point permettra de prendre avec un grain de sel les affirmations de psychologues transposant sur leurs animaux des sentiments humains, comme le fait Yves Dalpé dans le journal Le Soleil du 4 décembre 2013 :

 
« On sait maintenant que les animaux peuvent former des liens d'affection et aimer. Dernièrement, le chien d'une cliente était tellement affecté par son déménagement qu'il en restituait. Il ressentait sans doute la peine et l'anxiété de sa maîtresse qui était dans un processus de séparation conjugale. Les chats et les chiens sont de bons compagnons. Bien qu'ils ne soient pas des humains, ces animaux sont des personnes avec de l'intelligence et des sentiments. Je pense que ces “personnes” peuvent enrichir nos vies si nous avons de la place pour ces “amitiés”. »

 
Non M. Dalpé, un vétérinaire bien formé vous expliquera ce qui diffère fondamentalement entre votre chien et vous et comment le dresser pour avoir le comportement adéquat. Et il pourra vous expliquer les erreurs d’interprétation que vous faites en jugeant telle réaction bien comprise par les spécialistes du comportement animalier comme étant un « sentiment ».
 
Cela vous évitera alors de penser que ces animaux sont des « personnes » tel que vous le croyiez lorsque vous regardiez enfant les aristochats, Bambi ou les 101 dalmatiens…
 
Et de réduire l’intelligence si incroyable d’un enfant de deux ans à la reconnaissance de 165 mots que peut faire un chien. Une erreur qu’habituellement un parent d'un enfant de deux ans, propriétaire d'un chien, ne pourrait jamais faire...
 
Ces distinctions permettraient également à la Non Human Rights Projects de laisser tomber sa bête tentative de faire reconnaître légalement des chimpanzés comme des personnes ayant droit à l’habeas corpus!
 
Dans toute cette folie qui ne sait plus faire la distinction entre l’homme et l’animal, il y a cette pseudophilosophie sous-jacente de Peter Singer qui a développé le concept de « spécisme ».
 
Limprégnation de notre société de l’évaluation de la valeur d’un être vivant pas son degré de conscience est très inquiétante. C’est ce qui permet au délirant Peter Singer d’affirmer que « tuer un chimpanzé est pire que tuer un être humain qui, du fait d’un handicap mental congénital, n’est pas et ne sera jamais une personne. » (SINGER, Peter. Questions d’éthique pratique, éd. Bayard, coll. Philosophie, Paris, 1997, p.120)
 
L’incapacité de voir la différence entre un animal et un humain est le prochain défi qui nous attend. La valeur de la dignité humaine est en jeu. Beaucoup croient déjà que certains animaux devraient avoir plus de droits que certains humains, dont les enfants de moins de 2 ans ou les handicapés mentaux, et qu’il devrait être possible d’euthanasier ces derniers si nous, intelligences évoluées, pensons qu’ils souffriraient moins ainsi.
 
Si c’était la capacité d’aimer qui servaient d’étalon d’humanité, combien de ces intelligences évoluées se verraient dénier même le degré d’humanité d’une roche?
 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire