M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Mobilisation pour interdire les avortements eugéniques en Pologne!

culture-de-vie-initiative-citoyenne-contre-img-en-pologne.jpgCouverture de l’hebdomadaire catholique polonais Gosc Niedzielny de cette semaine, avec le titre « Laissez-moi vivre »

Par Olivier Bault (Présent)

LA CINQUIÈME FOIS sera-t-elle la bonne ? C’est ce qu’espèrent les organisateurs de la nouvelle initiative citoyenne visant à interdire les avortements eugéniques en Pologne. Forts de leurs expériences précédentes, et notamment du rejet à l’automne dernier par la majorité PiS du projet de loi citoyen qui aurait interdit l’avortement dans tous les cas sauf danger pour la vie ou la santé physique de la femme enceinte, les organisations pro-vie polonaises ont décidé de se concentrer sur la question des enfants handicapés. Ceux-ci payent en effet le plus lourd tribut à la loi actuelle interdisant les IVG de confort. Sur 1 098 avortements réalisés dans les hôpitaux polonais en 2016, 1 042 étaient motivés par une malformation ou maladie grave et incurable de l’enfant.

La collecte des signatures a été lancée le 1er septembre, après que le maréchal (président) de la Diète ait approuvé la demande d’enregistrement du comité Zatrzymaj Aborcje (Arrêtez l’avortement). Ce comité a donc trois mois à compter du 1er septembre pour collecter au minimum 100 000 signatures et contraindre le parlement polonais à se saisir de la question. A en croire les dé- clarations des députés et sénateurs du PiS, y compris du président du parti Jaroslaw Kaczynski et du Premier ministre Beata Szydło qui se sont dits, à titre personnel, opposés aux avortements eugéniques, cette cinquième initiative en six ans devrait être transformée en amendement à la loi actuelle. Tuer son bébé parce qu’il est par exemple touché par la trisomie 21 deviendra alors interdit en Pologne, et l’avortement ne sera plus autorisé que si la grossesse est le fruit d’un viol ou si elle met en danger la vie ou la santé physique de la femme enceinte.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Kaja Godek, une des deux femmes qui ont pris la tête de cette nouvelle initiative, est elle-même mère d’un enfant atteint de trisomie 21. Son combat, elle le mène pour les enfants mais pas uniquement. Elle explique qu’elle a souvent été confrontée, en tant que maman, à des reproches à peine voilés, pour avoir donné naissance à un enfant handicapé alors qu’elle aurait pu se faire avorter. Une autre mère donnait l’autre jour un témoignage similaire sur la page Facebook du centre de soins palliatifs prénataux et néonataux de la Fondation Gajusz à Lodz. Pour Kaja Godek, « il faut changer la loi, parce que les normes juridiques en vigueur forment la manière de penser et l’attitude des gens ». Tous les sondages le montrent depuis des années, les Polonais veulent majoritairement une interdiction de tuer au stade prénatal les enfants porteurs d’un handicap.

Si le PiS rejette cette nouvelle initiative par peur des lobbys de la Culture de mort, il risque fort de se mettre à dos une partie essentielle de son électorat, ainsi que l’épiscopat catholique qui a apporté son soutien officiel à l’initiative « Arrêtez l’avortement ». Pour accroître la pression sur les politiques, souhaitons donc à cette initiative qu’elle recueille un maximum de signatures. Les organisateurs visent le million.

Publicité



Laissez un commentaire