M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Mary Wagner, pro-vie et prisonnière de conscience, reçoit un traitement de ‘rock star’ en Pologne

Mary_Wagner_with_the_children_810_500_55_s_c1.jpg

Par Natalia Dueholm, publié sur LifeSiteNews, traduit en français par Campagne Québec-Vie

Ce mois-ci, une foule d’admirateurs a donné à la fréquente prisonnière de conscience Mary Wagner un accueil de rock star en Pologne, lors de son voyage éclair, au cours duquel elle a visité 26 villes.

Mais Mme Wagner n’est pas une vedette. Elle est une canadienne pro-vie qui a passé presque deux ans dans une prison de l’Ontario pour son travail à l’extérieur des cliniques d’avortement, avant sa libération en juin dernier.

Wagner a été emprisonnée pour avoir perturbé les activités d’une clinique d’avortement à Toronto, au Canada. Elle essayait de parler aux femmes qui rentraient à la clinique, et donnait à chacune une rose. Elle est restée en prison parce qu’elle a refusé, en conscience, d’accepter une mise en liberté sous caution, à condition qu’elle reste loin des cliniques d’avortement. Cette femme très calme, sensible et contemplative a été traitée comme une menace par le système judiciaire canadien.

Étant donné les nombreux lieux de culte et églises que Mary a visités en Pologne, elle aurait probablement dû appeler son voyage un pèlerinage plutôt qu’une tournée. Néanmoins, c’est ainsi que l’a qualifié Jacek Kotula, l’organisateur. La visite de Mme Wagner, qui a eu lieu du 3 au 16 octobre, est décrite sur la page Facebook « Mary Wagner W Polsce ».

Sa sœur, Sarah, a suivi son tour via Facebook, où elle écrit : « Ces photos et vidéos me rendent tellement fière du peuple polonais...J’aimerais qu’elle puisse y rester et être parmi tant d’affectueux amis!! En Pologne, elle est accueillie avec des roses et de l’amour. À la maison, au Canada, elle est accueillie avec des menottes. Merci d’accueillir ma sœur ».

En voyant tant de gens lors des réunions de Mary, surtout les enfants, Sarah a judicieusement commenté : « Mary est une mère spirituelle pour tellement de personnes… »

Mary_Wagner_and_the_crowd_645_437_55.jpg

Pas étonnant que dans la petite ville de Siemyslów Wagner ait été reçue avec des feux d’artifice et un tapis rouge, un vrai, qui a été déroulé sur l’herbe. Au total, Kotula estime qu’environ un million de Polonais l’ont entendue parler.

« Des gens ordinaires l’ont reconnue dans les rues », a déclaré Kotula. « Un jour, nous allions voir le cardinal Dziwisk de Cracovie et un passant s’est arrêté et lui a demandé si elle était la Mary Wagner. Un instant après, un autre lui a dit que sa photo était dans le journal d’aujourd’hui. Et le même jour, lorsque nous allions à la basilique Sainte-Marie (l’une des principales attractions touristiques de Cracovie), un couple polonais du Canada s’est spontanément approché d’elle pour l’embrasser ».

Kotula, un jovial et courageux homme de 48 ans, a été fasciné par Mary Wagner dès qu’il a entendu parler d’elle. Kotula est un militant de la fondation ‘Droit à la vie’ (Fundacja PRO-Prawo do Zycia) qui a organisé, dans sa région, 60 expositions de rue dénonçant l’avortement. Il a écrit à Mary et l’a invitée en Pologne alors qu’elle était encore en prison. Elle a été libérée en juin, et après réflexion a décidé d’accepter l’invitation.

Les nouvelles de son arrivée ont suscité beaucoup d’enthousiasme à travers le pays. « Les Polonais ont besoin de ce type de témoin, qui montre de l’humilité, de la simplicité et un esprit de prière », a déclaré Kotula.

Kaja Godek, du conseil de Varsovie de la fondation ‘Droit à la vie’, a expliqué : « Nous avions besoin qu’elle parle de la nécessité de ne pas être indifférent et silencieux alors que les enfants à naître sont assassinés. Nous avions besoin qu’elle répète que nous devons lutter, même si un sacrifice personnel est exigé de nous ».

La visite de Mme Wagner arrive au cours d’une année durant laquelle un nombre croissant de Polonais paient un prix élevé pour la défense des enfants à naître. La fondation ‘Droit à la vie’ elle-même fait face à plusieurs procès – plus de 10 – pour devenir l’organisation la plus poursuivie au pays. Cette année, une sage-femme, Agata Rejman, a été menacée d’une action en justice pour avoir révélé que l’hôpital ‘Pro-Familia’ pratique des avortements (Mary a visité Rejman lors de son séjour en Pologne pour l’encourager). En plus, le professeur Bogdan Chazan a perdu son emploi en tant que directeur d’un hôpital pour avoir refusé de référer une patiente à un avorteur. Enfin, Kotula a lui-même dû lutter contre trois poursuites après avoir exposé la vérité sur l’avortement.

MAry_Wagner_during_a_demonstration_in_Cracow_645_421_55.jpg

Lors de sa visite, elle a visité de nombreuses écoles et universités. Elle a rencontré des politiciens ainsi que des enfants d’une école maternelle dirigée par des religieuses. Partout où elle allait, les foules l’attendaient. Après une rencontre avec elle à Gdansk, une file de personnes a attendu une heure et demie pour la remercier personnellement. À Cracovie, elle a eu une émouvante rencontre avec une infirmière ukrainienne, également appelée Mary (Mariya), qui était venue spécialement pour la rencontrer et lui parler au sujet de l’avortement en Ukraine. La visite de Mme Wagner n’a pas seulement touché les Polonais et les Ukrainiens, mais également les Croates. Ils ont assisté en ligne à une messe au monastère de Jasna Góra, où la célèbre icône de la Vierge Noire est affichée.

Partout où elle allait, Mary a discuté de l’absence de protection juridique pour les enfants à naître au Canada, des activités de ‘Operation Rescue’, de son temps en prison, de son amie Linda Gibbons, qui a également passé beaucoup de temps en prison, et de sa famille. Elle est apparue à la télévision catholique (TV Trwam), et a donné d’innombrables entrevues.

Elle a visité un refuge pour les mères célibataires, a participé à une marche pour la vie, et a participé à une manifestation avec des images d’avortement dans le centre de Cracovie. Elle a eu des rencontres avec les archevêques et évêques, avec les séminaristes, religieux et religieuses, ainsi qu’avec le cardinal Stanislaw Dziwisz, qui a donné à Mary ses reliques de Saint Jean-Paul II pour sa paroisse. À Łańcut, elle a rencontré l’évêque émérite de Hamiltion, Matthew Ustrzycki, Canadien d’origine polonaise, qui parle encore très bien polonais .

Mary a également visité la tombe de Saint-Hyacinthe de Cracovie. À Bialystok, elle est allée au cimetière où 176 enfants non nés ont été enterrés. Dans une petite ville nommée Markowa, elle est allée rendre hommage à la tombe de la famille Ulma, qui a été assassinée par les allemands pour avoir sauvé une famille juive. La mère, Wiktoria Ulma, une mère de six enfants, allait bientôt accoucher lorsqu’elle a été abattue. Son enfant à naître est commémoré sur la plaque funéraire, et toute la famille sera bientôt béatifiée.

Mme Wagner a aussi vu un film sur son combat, fait par Grzegorz Braun. Le documentaire, ‘Not About Mary Wagner’ a été montré à trois reprises dans différentes villes. Le titre exprime le refus de Mme Wagner d’être sous les projecteurs.  Le film sera présenté au Canada et aux États-Unis en février 2015. Chaque DVD du film sera vendu pour 5 zl (moins de $2) pour atteindre un public aussi large que possible. (La bande annonce peut être vue ici.)

Le message de Mary pour la Pologne fait écho des paroles de Saint Jean-Paul II : «N’ayez pas peur de défendre la vie, n’ayez pas peur de porter l’évangile de la vie dans les rues ». Grâce à Mary, il y a maintenant plus de gens qui auront le courage de continuer la lutte.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire