M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Malgré la pression des médecins, cette actrice a refusé l'avortement : « C’était mon fils et il avait besoin de moi »

Lynn_Ferguson.jpgLynn Ferguson

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

À l'âge de 37 ans, l'actrice Lynn Ferguson (qui était la voix de Mac dans Chicken Run) a découvert qu'elle était enceinte. Sa grossesse a été qualifiée de « gériatrique », étant une grossesse après l'âge de 35 ans. De ce fait, les médecins lui ont demandé de faire une amniocentèse pour vérifier si l’enfant avait la trisomie 21. Lorsque Ferguson a refusé, cela aurait dû s’arrêter là à ce sujet. Mais ce fut juste le début de la pression qu’elle subira en tant que mère plus âgée. Plus tard, elle a également refusé l'avortement et a changé d'hôpital.

« [...] ce n'est pas techniquement la faute du bébé que je sois vieille, vous savez, » a-t-elle déclaré sur The Moth. « Alors je ne vais pas prendre le risque. Non, à moins qu'il n'y ait une bonne raison. »

Malgré son désir de ne pas avoir l'examen et de risquer une fausse-couche, les médecins ont continué de lui demander de passer l'amniocentèse. Ferguson a déclaré qu’elle a continué de refuser et de mettre ça de côté, essayant de s'en sortir sans plus de conflit. « Regardez, votre test peut-il me dire que cet enfant ne sera pas un sale type ? » plaisanta-t-elle. « Votre examen peut-il me rassurer que ce bébé ne sera pas l'un de ces horribles personnages qui crient en dérangeant les gens dans les restaurants et les avions? Est-ce que votre test peut m'assurer que ce petit bébé, cet humain en croissance ne va pas devenir un adulte ayant une horrible affinité pour la musique de flûte de pan péruvienne ? »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Alors qu'elle était préoccupée par le fait que son bébé pourrait avoir la trisomie 21, elle s'inquiétait d'autres choses et ne voyait aucune raison pour le test. Puis, à l'échographie de 20 semaines, elle a découvert qu'elle avait un garçon et qu'il avait une « tête statistiquement grande » et qu'un côté de son cerveau avait des kystes.

Le spécialiste l'a informée que le cordon ombilical avait un vaisseau sanguin manquant et a conseillé au couple de faire un test qui échantillonnerait du sang du cordon ombilical. Elle l'a refusé.

« Écoutez, c'est un peu s’éterniser là-dessus, mais nous n'avions pas prévu un bébé avec la trisomie 21 cependant, vous savez, il y a des choses pires que la trisomie 21, n'est-ce pas ? » a-t-elle dit aux médecins. « Je veux dire, avoir la trisomie 21 ne signifie pas que vous êtes une mauvaise personne, cela signifie simplement que vous êtes, comme, un peu différent. Donc, s'il a la trisomie 21, qu'il en soit ainsi ».

Les médecins lui ont dit qu'ils n'étaient plus préoccupés par le Syndrome de Down, mais le Syndrome d'Edwards, aussi connu sous le nom de Trisomie 18. Les bébés atteints de ce syndrome meurent souvent dans l'utérus ou peu de temps après la naissance, bien que certains vivent (comme Melody). Les médecins ont déclaré à Ferguson qu'elle devait passer le test.

« Vous savez, nous avons fait tant d'analyses », a déclaré Ferguson. « J'ai vu mon fils. J'ai vu son cœur. J'ai vu l'intérieur de ses yeux. J'ai vu ses mains et ses pieds et, en fait, pendant un des scans, il avait tenu sa main sur le devant de mon corps comme pour dire: “Allez-vous partir ? Je suis occupé. Laissez-moi tranquille. Je grandis.” J'ai senti mon fils se déplacer dans mon corps. Qu'est-ce que cela importait qu'il ait une anomalie ou non? Vous savez quoi, s'il mourrait, nous allons tous mourir un jour, n'est-ce pas? Nous devrions nous rencontrer en premier. Il était mon fils et il avait besoin de moi. Il dépendait de moi pour prendre la bonne décision. J'ai donc dit: "Non." » Amour inconditionnel. Quoi qu'il en soit, Ferguson savait que c'était son fils, et savait qu'il méritait sa vie, peu importe combien elle serait courte.

Ensuite, à 25 semaines, les médecins lui ont offert un avortement. Ferguson et son mari ont changé d'hôpital. Elle a déclaré qu'il devenait évident qu'ils voulaient une guerre, mais elle voulait seulement voir son bébé. Le type d'avortement généralement effectué à ce stade est un avortement par induction, dans lequel les médecins injectent d'abord le médicament Digoxin dans le cœur du bébé pour l’arrêter. L'ancien avorteur Dr. Antony Levatino explique :

À 35 semaines et cinq jours, les travaux de l’enfantement commencèrent. Elle et son mari ont à peine parlé sur le chemin de l'hôpital, tous deux effrayés de ce qui allait arriver. Son fils est né pourpre et la chambre est restée silencieuse. Les médecins se sont précipités pour le réanimer, et bientôt, il a été remis à Ferguson - complètement sain.

Elle l'a nommé Fergus, qui en irlandais veut dire « le bon choix ». En écossais, cela signifie « courage ».

Fergus a maintenant 11 ans.

Son histoire vaut la peine d'être entendue directement d’elle. C'est drôle, c'est réconfortant, et c'est une affirmation de la vie. Son choix pour la vie n'a pas été respecté par les médecins à plusieurs reprises, mais elle s'est maintenue ferme. Combien d'autres femmes ont beaucoup souffert lorsque les médecins leur ont fait pression et les ont convaincues d'avorter leurs enfants au nom du « choix ? »

Publicité



Laissez un commentaire