M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

1295 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Lettre du Dr Paul Saba dans La Presse sur les motivations financières derrière la volonté de légaliser l'euthanasie

Sur le site du journal La Presse du 3 juin 2013:

(Le gouvernement veut proposer actuellement l'euthanasie, et pour 20% de la population, un service de soins palliatifs est disponible...)

 

 

L'Assemblée nationale du Québec étudiera l'automne prochain le projet de loi 52, qui propose de reconnaître comme légale l'euthanasie (ou l'«aide médicale à mourir») pour les patients porteurs d'une maladie sévère et incurable associée à une détérioration importante et irréversible de leur condition médicale.
 
(...)
 
Les soins palliatifs sont-ils une alternative à l'euthanasie?
 
Plusieurs études ont montré que les soins palliatifs sont efficaces pour soulager les patients en phase terminale. Cependant, il faut que les gouvernements accordent une priorité aux soins palliatifs en terme de médication et de support à des équipes de professionnels qui sont en mesure d'apporter un support médical, psychologique et social à ces malades. 
 
À l'heure actuelle, au Québec, seulement 20% des patients en phase terminale ont accès aux soins palliatifs. La majorité des patients concernés montrent donc une inquiétude bien légitime vis-à-vis la souffrance de la fin de leur vie. Si on offrait des soins palliatifs adéquats à ces patients, l'euthanasie deviendrait inutile.
 
Y a-t-il des risques de dérapage?
 
En 2002, l'adoption d'une loi autorisant l'euthanasie en Belgique entraîna 24 décès assistés. En 2011, ce nombre s'éleva à 1,133 décès. L'an passé, des jumeaux identiques physiquement actifs et âgés de 43 ans furent euthanasiés après avoir montré un trouble génétique provoquant une cécité progressive. Actuellement, le Sénat belge discute de la possibilité d'élargir l'accès à l'euthanasie aux mineurs souffrants et affectés par une maladie sévères.
 
Les balises sont-elles suffisantes?
 
Un médecin peut-il, par une évaluation de 30 à 60 minutes, faire un examen en profondeur d'un patient en phase terminale pour certifier que l'euthanasie est une option de choix? Le tiers des patients euthanasiés en Belgique n'auraient pas été en mesure de donner un consentement libre et informé. Toujours en Belgique, 50% des cas d'euthanasie n'ont pas été rapportés aux autorités.
 
L'euthanasie peut-elle vraiment être un choix libre?
 
Le système de santé au Québec manque de ressources financières et il vient de subir des compressions de l'ordre de 100 millions. Entre autres conséquences, les patients âgés dans des résidences doivent demeurer souillés par l'urine ou les selles pendant des heures, et un certain nombre de personnes développeront des plaies de lit. Plusieurs d'entre elles souffrent de déshydratation et de malnutrition. Et lorsque ces patients entrent en phase terminale, ils n'ont pas accès aux soins palliatifs.
 
Il faut donc s'interroger davantage avant d'ajouter l'euthanasie aux soins médicaux. Le gouvernement du Québec a-t-il l'intention de prioriser l'accès aux soins palliatifs? Si les patients en phase terminale n'ont pas accès à de tels soins, peuvent-ils vraiment faire un choix libre et informé pour décider d'utiliser un cocktail létal? L'euthanasie représenterait elle la solution finale d'un système de santé déficient pour les patients en phase terminale?
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

1295 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire