M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Lettre d'une médecin dans le journal de Montréal sur les avortements tardifs...

Dans le journal de Montréal du 15 novembre 2013 :

(l'hôpital Ste-Justine, photo par Jeangagnon sur wikimedia.org, licence Creative Commons)

 

 

Une question se pose: comment se fait-il qu’on sente un grand malaise chez plusieurs personnes ou groupes interrogés par le Journal (les équipes soignantes, les groupes de femmes, les médecins qui pratiquent des avortements tardifs aux États-Unis, les médecins formés aux États-Unis)? Et comment se fait-il que les médecins québécois formés aux États-Unis soient arrêtés par les équipes de soin de pratiquer ces avortements au Québec? Comment se fait-il que ces médecins aient peur de se faire ostraciser dans leur milieu? Se pourrait-il que d’avorter un bébé viable dans le sein de sa mère soit quelque chose qui fait frémir?
 
(...)

 
Au lieu de pousser des médecins à faire ces avortements, notre société n’aurait-elle pas d’autres avenues? L’accompagnement optimal des femmes jusqu’à l’accouchement, puis l’aide matérielle et l’accompagnement en post-accouchement ne seraient-ils pas à améliorer? Pour les femmes seules, un système de «marrainage», (par des femmes retraitées, par des grands-mères, etc.) pourrait aider ces femmes à poursuivre leur grossesse au lieu d’aller poser un geste qui les suivra toute leur vie. Il y a aussi l’adoption après l’accouchement.
 
Oui, le malaise ressenti par les personnes ou les équipes de soin face aux avortements tardifs n’est pas une illusion ou «un retour en arrière», comme le dit Me Jean-Pierre Ménard, mais une vraie émotion qui vient en direct du cœur.
 
Michelle Bergeron, médecin retraitée
 

 

 

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

2581 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 8 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire