M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les euphémismes québécois... un très bon article paru dans le journal Le Soleil

Sur le site du journal Le Soleil du 5 novembre 2013 :

(Les euphémismes ou comment endormir le sens commun)

(Photo : Justin Hanes Magician, sur flickr.com, licence Creative Commons)

 

Le Petit Robert définit ainsi ce mot: expression atténuée d'une notion dont l'expression directe aurait quelque chose de déplaisant, de choquant. L'euphémisme est une figure de style qui permet de recourir à une périphrase afin d'atténuer la réalité.

Par exemple, on parlera de pays en voie de développement pour parler de pays pauvres. De sans domicile fixe pour signifier un mendiant, un clochard. D'âge d'or pour vieillard. De non-voyant pour aveugle. De malentendant pour sourd. De personne de petite taille pour nain. D'interruption volontaire de grossesse (IVG) pour avortement. (...) De solution finale pour le génocide des Juifs. (...)

Le Québec n'échappe pas à la multiplication d'euphémisme. Je retiens trois exemples.

Premier exemple. Le mot avortement est quasiment disparu du discours journalier. On parle d'interruption volontaire de grossesse. Ou d'IVG. Mais, cela ne change rien à la réalité. Au Canada, depuis la fin janvier 1988, un enfant à naître n'est pas considéré comme une personne humaine tant qu'il n'a pas complètement quitté le canal de la naissance. L'IVG n'est plus un acte criminel. N'importe qui peut tuer n'importe quel enfant à naître, pour n'importe quelle raison, de la conception à la naissance.

L'euphémisme «interruption volontaire de grossesse» ne change cependant rien à la réalité (...)

Deuxième exemple. Plus récent celui-là: la charte des valeurs québécoises. Le gouvernement souhaitait présenter une charte de la laïcité mais il a atténué sa démarche en présentant un projet de charte des valeurs. Son projet à deux valeurs sème la division. Il eut été plus simple de présenter clairement une loi sur la laïcité. Celle-ci, comme dans tous les pays du monde, implique deux choses: la séparation des pouvoirs des Églises des pouvoirs religieux et la neutralité de l'État face à toutes les religions sans n'en interdire aucune.

Troisième exemple. Très récent: l'adoption en première lecture le 29 octobre dernier d'un projet de loi encadrant l'aide médical à mourir, ou, si vous voulez, les modalités à suivre afin de mourir dans la dignité. (...) Selon certains députés, on ne parle pas des vraies choses. Il faudrait parler d'euthanasie et faire le débat sur cette question-là. (...) Certains groupes accusent le gouvernement de camoufler l'acte de l'euthanasie dans son projet de loi fourre-tout et prétendent que le PQ veut favoriser l'euthanasie plutôt que les soins palliatifs.

(...)

Nestor Turcotte, Matane
 

 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire