M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Les deux femmes derrière la légalisation de l'avortement en Amérique veulent désormais l'abolir !

McCorvey_Cano_620_346_55.jpg

Par John Jalsevac de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Dans le débat sur l'avortement aux États-Unis, les noms de deux femmes apparaissent plus fréquemment que les autres : Jane Roe et Mary Doe, les plaignantes dans les affaires de 1973 de la Cour suprême pour la légalisation de l'avortement dans le pays.

À l'occasion du 40e anniversaire de ces deux cas -Roe v. Wade et Doe v. Bolton-,  les médias ont été remplis de rétrospectives des dirigeants des deux côtés de la question sur les quarante dernières années et l'état du débat au sujet de l'avortement.

Au milieu de ce tourbillon médiatique une femme du nom de Sandro Cano a discrètement publié un communiqué de presse sur un service de fil de presse chrétien appelant le renversement des deux arrêts de la Cour suprême. Cela peut paraître banal en soi, jusqu'à ce que vous appreniez l'autre nom de Cano : Mary Doe.

Oui, cette même Mary Doe.

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Sandra Cano n'est personne d'autre que la plaignante dans l'affaire Doe v. Bolton, le moins connu des deux arrêts de la Cour suprême qui ont ouvert les vannes de l'avortement aux États-Unis.

En 1970, Cano âgée de 22 ans était enceinte de son quatrième enfant, après avoir perdu la garde de deux de ses enfants et l'adoption de son troisième. L'avortement est illégal en Géorgie, l'État où Cano vivait, sauf dans des circonstances extrêmes, mais ses avocats ont soutenu qu'elle devait être autorisée à avorter. Dans une décision rendue le même jour que l'arrêt Roe v. Wade, la Cour suprême américaine a accepté.

Alors que le mieux connu Roe v. Wade a annulé toutes les restrictions de l'État sur l'avortement pré-viable, Doe v. Bolton a
étendu le droit à l'avortement durant les neuf mois de grossesse.

Mais Cano a depuis affirmé que tout le fondement de Doe v. Bolton était un mensonge : qu'elle n'a jamais vraiment voulu ni demandé un avortement et qu'elle a été amenée à signer une déclaration écrite sous serment au sujet de l'avortement dans le processus de demande de divorce de son mari et de récupération de la garde de ses autres enfants.

D'après Cano, elle a effectivement fuit l'État quand sa mère et l'avocat ont essayé de la forcer à se faire avorter.

En 2003, Cano a lancé une action en justice pour tenter de renverser le cas qui porte son nom. «Je n'étais rien qu'un symbole dans Doe v. Bolton avec mon expérience et les circonstances atténuantes dénaturées » écrit-elle dans une déclaration écrite sous serment à l'époque.

Mais alors que sa tentative d'appel a échoué, cela ne l'a pas arrêtée de travailler au renversement du cas autrement. Dans sa dernière déclaration, Cano a réitéré sa certitude qu'elle a été «frauduleusement utilisée par le système de la Cour suprême afin d'introduire l'avortement en Amérique».

«Personne ne devrait avoir le droit de tuer ses enfants. Aucune mère ne devrait jamais vouloir le faire», dit-elle, décrivant son cas comme une «alliance avec la mort».

Pendant ce temps, une autre femme, Norma McCorvey, a brièvement été aperçue dans les manchettes au cours du cycle de l'élection de 2012, quand elle a publié une annonce pro-vie, avec des images graphiques d'enfants avortés et accusant le président Obama de «tuer les bébés» par son soutien à l'avortement.

La plupart ne reconnaissent pas le nom réel de McCorvey, mais sauront instantanément reconnaître son pseudonyme: Jane Roe.

Oui, cette Jane Roe.

Bien que McCorvey aie travaillé comme une militante de l'avortement pendant des années après que l'arrêt Roe v. Wade aie été rendu, elle a annoncé une conversion à la cause pro-vie au milieu des années 1990. La conversion est venue après que le groupe pro-vie Opération de sauvetage se soit installé à côté de la clinique d'avortement dans laquelle elle travaillait, et elle en est venue à connaître personnellement plusieurs dirigeants pro-vie.

«Les avocats féministes m'ont persuadée de mentir; de dire que j'avais été violée, et que j'avais besoin d'un avortement», indique Norma. «C'était un mensonge. Depuis lors, plus de 50 millions de bébés ont été assassinés. Je vais emporter ce fardeau dans ma tombe», dit-elle.

En 2003, Norma a demandé à rouvrir le cas Roe v. Wade, pétition qui a été rejetée. Tout comme Sandra, cependant, Norma continue à parler de son implication dans l'affaire. «Je suis à 100 pour cent vendue à Jésus et à 100 pour cent pro-vie,» écrit-elle dans un témoignage publié sur son site internet. «Aucune exception. Pas de compromis.»

Pour beaucoup, ce sera un choc d'apprendre qu'aucune des deux femmes dont les noms sont pratiquement synonymes de l'avortement légal en Amérique n'a eu un avortement, et que les deux sont maintenant à la fois passionnément pro-vie et ont consacré leur vie à essayer de renverser les cas qui portent leurs noms.

Le fait que peu de personne sache la vérité à propos de Norma et Sandra est sans doute dû en grande partie au silence des militants de l'avortement et des médias traditionnels largement libéraux et pro-avortement, pour qui la défection des deux femmes est un embarras qui est à balayer sous le tapis - surtout compte tenu des descriptions peu flatteuses des femmes sur les techniques trompeuses des militants pro-avortement utilisées pour les amener dans leur camp.

Les deux femmes étaient jeunes, incultes, pauvres et mûres pour l'exploitation au moment où elles sont devenues le centre d'une tempête nationale. Et les deux disent que leur cas était basé sur des mensonges: dans le cas de Norma, le mensonge qu'elle avait été violée, et dans le cas de Sandra, qu'elle avait toujours voulu un avortement. Ce sont des faits qui sont  mieux d'être tenus secrets si on veut garder Roe v. Wade.

Mais selon Troy Newman de l'Opération de sauvetage, le mouvement pro-vie pourrait aussi faire un meilleur travail en racontant leur  histoire et en rappelant aux gens combien les fondations de l'avortement en Amérique sont précaires.

«La majorité des membres du mouvement pro-vie est jeune», a déclaré Newman dans une interview avec LifeSiteNews.com, «et l'erreur des leaders comme moi est que nous ne parlons pas beaucoup de cette histoire».

«J'étais avec Norma quand elle s'est convertie au christianisme, et puis plus tard au catholicisme romain», a déclaré Newman. «J'ai été en contact avec Sandra Cano. Et c'est comme si parce que je le sais, je ne le répète pas.»

Le défi de l'éducation des jeunes générations a été rappelé par un sondage Pew Research qui a révélé que seulement 44 pour cent des personnes de moins de 30 ans savaient que Roe v. Wade portait sur ​​l'avortement.

Mais selon Newman, il est essentiel que les gens connaissent les faits sur Roe v. Wade et Doe v. Bolton. «La fondation de Roe craque et s'effondre autour de nous et ceux qui le soutiennent artificiellement ignorent les faits et les preuves,» a-t-il dit.

«L'industrie de l'avortement a décidé qu'elle savait comment gagner sur l'avortement, et c'est de ne pas parler de l'avortement, et ne pas parler de l'histoire. Mais quand on regarde les faits objectifs, comme Sandra Cano et Norma McCorvey, tant d'autres qui ont été impliquées ou qui ont eu des avortements, sont contre cela maintenant », a-t-il dit.

«La seule stratégie des pro-avortement semble être de propager ces faussetés en cachant la vérité laide de l'avortement», a-t-il ajouté. «Ne jamais parler d'avortement. Ne pas parler de ceux qui se sont convertis, et ne pas permettre de discours intellectuel. »

Les histoires de Norma et Sandra sont importantes, dit-il, parce qu'elles montrent comment «les gens qui ont eu une expérience avec l'avortement ou qui y ont pensé pendant un certain temps, sont devenus naturellement pro-vie.» 

«Sandra Cano et Norma McCorvey ne sont pas différentes» dit-il. «Elles ont vu les terribles effets secondaires de l'arrêt Roe v. Wade, et ce que cela a infligé à la société. Des marées de personnes blessées. L'horrible tragédie de l'avortement.»

Publicité

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

945 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire