M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le suicide de plus en plus accepté dans un Québec sans valeurs... réflexion intéressante de la chroniqueuse Lise Ravary

Sur le site du Journal de Montréal du 23 octobre 2013 :

(Les barrières anti-suicide seront-elles démantelées?)

(photo : kagee sur wikimédia)

 

 

 

(...)

Près de la moitié des Québécois croient que le suicide est acceptable. Selon l’Association québécoise de prévention du suicide, la levée des tabous sur le suicide s’est progressivement accompagnée d’une certaine acceptation de se donner la mort pour mettre fin à une souffrance. Banaliser le suicide en lui retirant l’étiquette «c’est mal» aurait donc contribué à son augmentation.

Les plus âgés se rappelleront que la notion du bien et du mal était autrefois utilisée comme mesure universelle pour séparer l’acceptable de l’inacceptable. Aujourd’hui, c’est le consentement qui fait ce travail.

CAS TROUBLANTS

Je n’oublierai jamais une discussion d’équipe à Châtelaine sur la polygamie. Deux camps s’opposaient: les plus âgées, qui souhaitaient qu’on maintienne son interdiction, et les plus jeunes, qui ne comprenaient pas pourquoi la polygamie demeure illégale: «Si tout le monde est consentant, c’est quoi le problème?» Dire «c’est mal» m’avait valu quelques regards hallucinés. Comment un choix individuel peut-il être mal quand tous y consentent?

(...)

Au début d’octobre, la BBC a dévoilé l’existence d’une usine à bébés en Inde. La clinique du Dr Nayna Patel accueille des centaines de femmes indiennes démunies qui s’y installent pendant neuf mois, le temps de louer leur utérus à des Occidentales infertiles. Une Canadienne de 54 ans témoigne dans le documentaire: «Tout le monde sort gagnant.»

Pour la vieille croûtonne que je suis, la commercialisation à grande échelle du corps de femmes vulnérables, c’est mal. Surtout que le Dr Patel exige 28 000 $ aux Occidentaux, mais ne verse que 8000 $ aux Indiennes.

Et pourtant, à la radio, j’entendais des gens dire: «Si tout le monde est consentant, pourquoi pas?»

LA TYRANNIE DU MIEUX

Les droits de la personne reposent sur l’existence d’absolus moraux, eux-mêmes dictés par une acceptation commune de ce qui constitue le bien et le mal. Or, ce consensus résiste mal à la conception utilitaire et individualiste du bien qui prévaut.

Les philosophes de l’Antiquité opposaient le mal et la vertu. Le christianisme a imposé la notion de morale. Aujourd’hui, on préfère parler d’éthique, dans le sens d’agir pour le mieux.

J’ignore comment nous allons définir ce qui est «mieux» quand l’acceptation consensuelle de gestes autrefois répréhensibles est en passe de devenir l’unique mesure du bien et du mal.

Pour le mieux, oui, mais pour qui? Et jusqu’où?

 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire