M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement été 2017

671 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Grâce à votre appui, nous approchons du 5e anniversaire d’existence de notre site Web pro-vie Culture de Vie (www.cqv.qc.ca/blog). Depuis son lancement officiel, en automne 2012, nous avons accueilli près de 3 millions de lecteurs, en provenance des quatre coins de la planète. Et l’aventure se poursuit : depuis le début de cette année, 128 490 utilisateurs ont visité nos pages.

Nous restons à l’affût des récentes tendances vers le format télévisuel en-ligne. Les avancées technologiques actuelles, si fulgurantes, nous permettant d’acquérir, à prix modique, un équipement audiovisuel de qualité, vous verrez sous-peu des nouvelles et des chroniques vidéos pro-vie en-ligne, sur notre site et sur notre poste YouTube (www.youtube.com/user/CampagneQuebecVie). Merci de continuer à nous aider, par vos dons et vos prières, à répandre au Québec et dans le monde entier la vérité sur la Vie et la famille !

Pour la Vie,

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Merci de nous aider à bâtir une culture de Vie. Donnez généreusement.

Donner à Campagne Québec-Vie

Le projet de loi 52 sur l'euthanasie : un premier vote le mardi 29 octobre? De nouveaux députés libéraux disent non

Selon l'une de nos sources, un premier vote aurait lieu la semaine prochaine. Sur le site du journal Le Soleil du 25 octobre 2013 :

(La ministre Christine St-Pierre)

(Photo : Wikimedia Commons, Simon Villeneuve, License Creative Commons)

(Québec) Pour la toute première fois, des élus de l'Assemblée nationale ont fait part de leurs réticences à l'égard du projet de loi sur l'«aide médicale à mourir». Les libéraux Robert Dutil, Danielle St-Amand, Nicole Ménard, Christine St-Pierre et Kathleen Weil, entre autres, disent vivre un réel et profond malaise.

Les cinq députés libéraux viennent de faire savoir qu'ils voteront contre le «principe» du projet de loi porté par la ministre Véronique Hivon. Ils ne seront pas les seuls de leur formation politique à voter contre.

En général, l'«adoption de principe» d'un projet législatif ne représente qu'une formalité, puisque c'est à l'étape parlementaire suivante, celle dite de «l'étude article par article», que les oppositions se manifestent et que d'éventuelles demandes d'amendements sont présentées.

Que Robert Dutil, Danielle St-Amand et d'autres aient déjà indiqué qu'ils diront non à cette première étape est révélateur.

La vie, la mort

En exposant leurs réserves, leur malaise et leurs déchirements, ces députés libéraux ont parlé de leur vie personnelle, de proches qu'ils ont vus mourir.

«C'est probablement l'un des projets de loi les plus importants, sinon le plus important qu'il m'ait été donné de débattre», a déclaré Robert Dutil, un vétéran de l'Assemblée nationale.

Il touche «aux croyances des gens sur le plan de la pensée, de la philosophie de la vie; de la spiritualité dans certains cas».

Robert Dutil affirme que les soins palliatifs ne devraient jamais prendre la forme d'«une aide à mourir» - qu'ils devraient toujours être «un soutien en attendant la mort».

Le député de Beauce-Sud se demande s'il n'existe pas «un risque de pente glissante, de dérapage». Il pense qu'il aurait fallu «faire des retouches» au projet dès maintenant, avant qu'il poursuive son chemin législatif.

Danielle St-Amand a exprimé son malaise différemment, mais dans des mots sentis aussi. «J'ai toujours pensé que la mort était un processus naturel, que l'on devait l'accompagner» sans abréger la vie. «On arrive en politique avec nos valeurs, nos croyances et notre vécu», a-t-elle dit.

Dans ce projet de loi, «il y a des éléments fondamentaux qui n'ont pas été clarifiés», selon elle. «Le concept de l'aide médicale à mourir, celui de la sédation palliative terminale et celui de la déclaration médicale anticipée doivent encore être définis.»

La libérale Nicole Ménard a aussi annoncé qu'elle votera contre l'«adoption de principe».

Idem pour Kathleen Weil, qui veut d'abord que «l'accessibilité aux soins palliatifs soit renforcée et élargie».

La libérale Christine St-Pierre a appuyé son opposition sur la réflexion que le Dr Michel L'Heureux, de la Maison Michel-Sarrazin, a récemment livrée au Soleil.

Leur collègue Marguerite Blais réfléchit à ce qu'elle fera. Elle se dit déchirée.

(...)

Malgré l'opposition de députés libéraux, le «principe» du projet de loi sera entériné par une majorité d'élus mardi.

L'«étude article par article» en commission parlementaire débutera par la suite.

La version finale du projet de loi de Véronique Hivon sera soumise au vote de l'ensemble des élus de l'Assemblée nationale dans quelques semaines ou quelques mois.

Le libellé final devrait être adopté sans aucune difficulté. Les députés qui demeureront opposés à la version amendée du projet de loi 52, dont certains ne se manifesteront qu'au tout dernier vote, seront minoritaires, selon toute vraisemblance.

(...)

Il est temps d'appeler notre député...

Campagne de financement été 2017. Merci de votre contribution ! L'objectif est de 3500$.

Enfant à naître

Merci de nous aider avec un don spécial.

671 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 10 jours. Merci de donner ce que vous pouvez !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire