M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Le président équatorien démissionnera si l'élimination des enfants à naître est permise dans son pays

Sur le site de seneweb.com du 10 octobre 2013 :

 

(Le président socialiste Rafael Correa)

 

 

 

Le président socialiste de l'Equateur, Rafael Correa, a menacé de démissionner si des membres de sa majorité parlementaire tentaient de faire dépénaliser l'avortement dans le cadre d'une réforme du code pénal."Si un groupe de personnes très déloyales réunissent demain une majorité (parmi les élus de la coalition au pouvoir) Alianza Pais" pour légaliser l'avortement, "moi, immédiatement, je présente ma démission", a déclaré jeudi le président sur la chaîne de télévision Oromar.
 
A l'occasion d'un débat parlementaire sur la réforme du code pénal, certains membres d'Alianza Pais militent en faveur de la dépénalisation de l'avortement. "C'est très regrettable ce qui se passe", a ajouté M. Correa, au pouvoir depuis 2007 et dont le mandat s'achèvera en 2017. "Qu'ils fassent ce qu'ils veulent, moi, je n'autoriserai jamais la dépénalisation de l'avortement", a-t-il averti. Le Parlement monocaméral réforme actuellement le code pénal, prévoyant d'introduire de nouveaux délits, comme le "féminicide", ou de limiter les peines effectives de prison à 40 ans.
 
 "Où parle-t-on de dépénaliser l'avortement ? Au contraire, la Constitution dit défendre la vie dès la conception", a souligné le président. M. Correa, qui se définit comme humaniste, catholique et de gauche, est un proche allié du Venezuela et de la Bolivie, principaux représentants de la gauche radicale latino-américaine. L'avortement est interdit dans la majeure partie des pays d'Amérique latine, excepté Cuba, le Guyana et l'Uruguay. Il est autorisé également dans la ville de Mexico et assorti de conditions au Brésil où il n'est autorisé qu'en cas de viol ou de danger pour la vie de la mère.
 

 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

×

IL NE RESTE QUE 2 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2601 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 2 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire