M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Remise en question de l'avortement par un étudiant de l'université Laval

bebe-5.jpg« L'enfant, à naître... N'a-t-il pas déjà la sensation? »

Par Kesner Junior Dimanche, étudiant à l’Université Laval

Il n'y a même pas 250 ans, selon la législation de plusieurs pays de l'Occident, n'étaient pas des êtres humains ceux qui étaient mis en esclavage parce que, disait-on, ils n'ont pas d'âme. C'est bien connu: celui qu'on veut éliminer facilement, on lui enlève son humanité. Aujourd'hui on veut banaliser l'élimination de l'enfant à naître, alors on dit qu'il n'est qu'un fœtus, un amas de cellules... mieux, il n'a pas ENCORE l'intelligence. Malgré tout, cela ne prend pas de post-doc, pour se dire que, nous, qui, maintenant, du haut de notre SCIENCE n'autorisons pas à ce petit autre de venir au monde, sommes aussi passés par ce stade de petit « fatras ». La solidarité et l'empathie amoureuse suffisent pour nous dire que ce petit « fatras » deviendra une personne, quelqu'un, si on le lui permet. Expliquez-moi quelqu'un pourquoi va-t-on empêcher la chasse ou la pêche de certaines espèces animales au moment de la reproduction et de la gestation? Pourquoi va-t-on dire que les animaux non-humains ne devraient pas souffrir notre régime carné puisqu'ils sont doués de sensation? L'enfant, à naître, le petit « fatras », lui, deviendra-t-il une roche au terme de sa gestation? N'a-t-il pas déjà la sensation? Ô cohérence logique, je te cherche avec une lampe en plein jour...!

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Distinguées dames qui ont eu à vivre ou qui vivent avec le poids d'une telle décision passée ou prochaine, je ne veux ni vous lancer de pierre, ni minimiser vos angoisses, je vise plutôt la banalisation par la société d'un geste si lourd... Je me demande pourquoi dans le discours social ambiant, on encourage à plus de sexe tout en voulant le détacher complètement de la procréation. Alors, pense-t-on vraiment au bien de la femme ou veut-on promouvoir les intérêts des industries du sexe, de la contraception et de l'avortement ? Ce sont des industries qui se chiffrent à des milliards de dollars, il faut le dire. Pourquoi notre société ne forme-t-elle pas ses jeunes gens à un amour généreux et à la responsabilité de préférence? En ce qui me regarde, je considère que je ne pourrais pas vraiment dire que j'aime ma blonde si je n'accueillais pas aussi sa capacité de donner naissance qui est un des aspects de son humanité. Par ailleurs, pourquoi, s'il arrive qu'une femme tombe enceinte sans le désirer, notre société s'empresse-t-elle de lui présenter (voire même harceler) avec l'alternative de l'avortement? Ne pourrait-on pas aussi lui présenter d'autres alternatives comme la possibilité pour elle d'avoir une aide financière, la mise sur place de pouponnières gratuites, l'orientation vers des familles de soutien pour permettre à la femme de pouvoir poursuivre ses études, la possibilité de mettre en adoption, etc. etc.? Pourquoi ce harcèlement avec UNE alternative dans une société de CHOIX...? Je souhaite vraiment comprendre les gens. Cela coûtera beaucoup d'argent me dira-t-on peut-être. Oui, et alors... cela montrera surtout que nous aimons vraiment nos jeunes gens et les enfants à naître. Que nous ne voulons pas juste servir à nos jeunes gens toutes sortes de distractions (diversions) enivrantes pour mieux les asservir à la logique d'une société hyper productive et individualiste.

Pour finir les gens, je crois vraiment que c'est une question lourde de sens et de conséquences même pour nos droits d'adultes vaccinés que nous chérissons. En effet, si notre droit de venir au monde n'était même pas garanti par la loi et reconnu par la société, nous sommes en droit de nous questionner sur le sérieux de ces droits dont nous jouissons. Ces droits sont-ils tout simplement à reconnaître et à protéger par le seul fait de notre dignité d'êtres humains sans aucune autre considération ou acceptons-nous nous-mêmes que ces droits sont des choses qui peuvent nous être accordées ou enlevées par les plus viables (les plus grands), les plus riches, les plus puissants de ce monde?

Publicité



Laissez un commentaire