M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !

1295 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie

Le Parti Québécois et la CAQ refusent de respecter la liberté de conscience de leurs députés, tout comme celle des médecins...

(Photo : ZXZ 2006 sur wikimedia.org, licence Creative Commons)

Deux lettres dans La Presse du 29 octobre 2013 dénoncent la volonté du gouvernement d'imposer un acte d'une immense gravité. Cette volonté est déjà un signe de totalitarisme qui ne laisse présager rien de bon pour le personnel infirmier qui s'opposera au permis de tuer gouvernemental. Le Parti Québécois actuel ne permet pas à ses députés de voter selon leur conscience sur le « droit » de tuer les patients, une question beaucoup plus grave que la souveraineté d'un peuple que des démocrates d'une autre époque avaient soumis à un référendum... Le Parti Québécois dira-t-il de nouveau « oui » au respect de la conscience de son peuple?

Le vote doit être libre

Imaginez que vous êtes infirmière ou pharmacien et qu'on vous demande de préparer une seringue avec une quantité excessive de barbituriques et de substance paralysante (curare), clairement assez pour provoquer la mort de quelqu'un. Vous avez alors le choix: soit ne rien faire et vous en remettre au jugement de la personne qui a passé la commande, soit vous informer du bien-fondé de cette demande, car vous comprenez les conséquences de votre participation à ce geste. En somme, vous pouvez utiliser votre conscience ou bien non. Imaginez maintenant que vous êtes député québécois et qu'on vote aujourd'hui pour le projet de loi légalisant l'euthanasie, l'«aide médicale à mourir». Si vous n'avez pas le droit de vous exprimer selon votre conscience et devez vous soumettre à la ligne de parti, vous vous retrouvez dans la même situation que l'infirmière et le pharmacien mentionnés plus haut. Un tel abus de pouvoir de la part de votre formation politique détruit toute légitimité éthique de ce projet de loi. Pour cette raison, les partis politiques du Québec doivent permettre à leurs députés de voter librement, c'est-à-dire selon leur conscience.

Marc Beauchamp, Chirurgien orthopédiste

(...)

Une trop lourde responsabilité

Il est difficile de voir comment le projet de loi 52, donnant droit à l'aide médicale à mourir (AMAM), respectera la liberté de conscience des travailleurs de la santé. En effet, l'existence d'un droit suppose nécessairement celle d'une obligation. On ne s'en sort pas vraiment en spécifiant qu'aucun médecin ne sera pas forcé d'accéder à la demande d'un patient pour l'AMAM puisque, dans un tel cas, la Direction des services professionnels de l'établissement concerné sera chargée de trouver un autre médecin qui acceptera. Or, la Direction des services professionnels n'est pas une entité abstraite, elle est composée de personnes. C'est également une personne qui remplira la prescription du médecin et encore des personnes qui seront chargées d'acheminer vers le patient, et peut-être de lui administrer, une dose fatale. Est-ce moral de demander à tant de personnes de faire taire leur conscience au nom de l'obéissance aux ordres d'un supérieur?

Mario D'Angelo, Montréal
 

 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Campagne de financement pour Noël 2016. L'objectif est de 5 000 $. Merci de nous aider avec un don spécial en ce temps des fêtes !
noel-v3.JPG

1295 $ recueillis (OBJECTIF: 5 000$) -- Merci de donner pour protéger la Vie !

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire