M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

IL NE RESTE QUE 3 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2386 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 3 jours !

Ania « Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie

Le pape demande aux parents de ne pas laisser de « soi-disant » experts usurper l’éducation de leurs enfants

Pope_Francis_child_810_500_55_s_c1.jpg

Par Lianne Lawrence de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

ROME, 20 mai 2015 – Les parents se sont « exilés eux-mêmes de l’éducation de leurs enfants » et doivent reprendre leur rôle en tant qu’éducateurs des mains des « soi-disant experts », partage le pape François.

Lors de l’audience générale du 20 mai, le Saint-Père a dénoncé les intellectuels « critiques » qui ont « de mille manières fait taire les parents, pour défendre les jeunes générations des dommages — véritables ou présumés — de l’éducation familiale », selon Zenit. 

« Pourtant, la relation famille-école doit être harmonieuse, partage le pape. Nos enfants ont besoin d’être guidés fermement afin qu’ils grandissent en étant responsables à l’égard d’eux-mêmes et des autres. Les communautés chrétiennes sont appelées à offrir leur soutien à la mission éducative des familles. »

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Selon le pape François, les « experts » ont usurpé « le rôle des parents également dans les aspects les plus intimes de l’éducation. Les experts savent tout sur la vie affective, sur la personnalité et le développement, sur les droits et les devoirs : objectifs, motivations, techniques. »

Et « La famille a été accusée, entre autres, d’autoritarisme, de favoritisme, de conformisme, de répression affective qui engendre des conflits. »

Ceci a déclenché une crise de confiance entre la famille et la société, et les parents se sont exclus de l’éducation de leurs enfants, dit le Saint-Père. « Les parents passent moins de temps avec leurs enfants et les écoles ont souvent plus d’influence que les familles quant à la formation de la pensée et des valeurs des jeunes. » 

Les parents « tendent à confier [leurs enfants] toujours davantage aux “experts”, également en ce qui concerne les aspects les plus délicats et personnels de leur vie, partage le Saint-Père selon Catholic World News. Et cela est très grave! »

Ainsi « privés de leur rôle, ils deviennent souvent excessivement anxieux et possessifs à l’égard de leurs enfants, jusqu’à ne jamais les corriger. »

Le pape François raconte qu’une fois, quand il était élève, il a dit un mauvais mot à l’enseignante, et celle-ci l’a corrigé, ainsi que sa mère. « Imaginez-vous aujourd’hui, si la maîtresse fait quelque chose de ce genre, le lendemain elle retrouve les deux parents ou l’un des deux qui lui fait des reproches, car les “experts” disent que les enfants ne doivent pas être ainsi grondés. » 

« Il est évident que cette approche n’est pas la bonne, dit-il. Elle n’est pas harmonieuse, elle ne relève pas du dialogue, et au lieu de favoriser la collaboration entre la famille et les autres structures éducatives, les écoles, les salles de sport... elle les oppose. »

Le pape fait aussi mention des difficultés auxquelles font face les couples séparés, mais il leur conseille vivement de ne pas se critiquer mutuellement devant les enfants et de ne « jamais, jamais, jamais prendre un enfant comme otage! » 

Le pape François a décrit la « bonne éducation familiale » comme étant « la colonne vertébrale de l’humanisme », selon Zenit. « Son irradiation sociale est la ressource qui permet de compenser les lacunes, les blessures, les vides de paternité et de maternité qui touchent les enfants les moins chanceux. Cette irradiation peut faire d’authentiques miracles. Et dans l’Église, ces miracles ont lieu tous les jours! » 

« Je souhaite que le Seigneur donne aux familles chrétiennes la foi, la liberté et le courage nécessaires pour leur mission », conclut le pape. « Et à présent, que les pères et les mères rentrent de leur exil — parce qu’ils se sont auto-exclus de l’éducation de leurs enfants —, et assument à nouveau pleinement leur rôle éducatif. »

Publicité

×

IL NE RESTE QUE 3 JOURS. Tout montant est le bienvenu. L'objectif de notre campagne de financement pour l'automne est de 3 500 $.

2386 $ recueillis (OBJECTIF: 3 500$) -- Il reste 3 jours !

Ania « Merci pour votre ministère. Ma prière est qu'il grandisse dans le nom de Jésus. C'est beau des gens qui se tiennent debout pour la Vie ! »

--Émilie

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire