M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le pape considère la principale promotrice de l’avortement en Italie comme étant l’une des ‘grands oubliés’ de la nation

Francis-Bonino_810_500_55_s_c1.jpg
Le pape François avec l'avorteuse italienne Emma Bonino

Par John-Henry Westen de LifeSiteNews - traduit par Campagne Québec-Vie

Le 25 février 2016 - Dans l’interview du 8 février 2016 publiée dans Corriere Della Serra, l’un des quotidiens italiens les plus importants, le Pape François a encensé la principale promotrice de l’avortement en Italie, Emma Bonino. Il estime qu’elle fait partie des “grands oubliés” de la nation, la comparant avec des grandes figures historiques telles que Konrad Adenauer et Robert Schuman. Conscient du fait que ses paroles élogieuses à l’endroit de cette femme pourraient être matière à controverse, le Pape a déclaré qu’elle avait donné les meilleurs conseils à l’Italie sur la connaissance de l’Afrique. Il reconnaît que ses pensées sont différentes des nôtres. “C’est vrai, mais peu importe, nous devons regarder les gens et voir ce qu’elles font.” A-t-il déclaré.

À l’âge de 27 ans, Bonino eut un avortement illégal et se mit alors à travailler dans le centre d’information sur la stérilisation et l’avortement, un centre à l’origine d’environ 10 000 avortements. Il y a de célèbres photos de Bonino réalisant des avortements illégaux (avertissement, personnes sensibles s'abstenir) avec un dispositif artisanal équipé d’une pompe à vélo. Arrêtée pour cette activité illégale, elle passa quelques jours en prison, fut acquittée et devint une femme politique.

Sa nomination en 2013 comme ministre italienne des affaires étrangères provoqua un tollé général envers cette situation déplorable de la part des leaders qui défendent la vie et la famille.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Réagissant à l’éloge de Bonino par le Pape, les leaders pro-vie en Italie ont manifesté leur incrédulité : “Comment le Pape peut-il encenser une femme qui est surtout connue en Italie par l’exercice illégal et la promotion de l’avortement?” a commenté Mgr Ignacio Barreiro, qui était jusqu’à l’année dernière le responsable de l’agence romaine de Human Life International.

Luca Volonte,  homme politique italien et président du mouvement pro-vie Novae Terrae Foundation, a déclaré à LifeSiteNews qu’il pensait que le Pape “n’était pas bien informé de l’étendue de l’œuvre réalisée par Mme Bonino en Italie et à l’échelle internationale afin de promouvoir l’euthanasie et l’avortement.” Bien qu’il reconnaisse “qu’elle a bien travaillé en Égypte”, il ajoute que même là “elle a fait la promotion de ses valeurs mortifères.” Volonte dit que le Pape “s’est trompé et les membres de son secrétariat ont fait pire en refusant de l’informer.”

Les justifications du Pape pendant l’interview rendent improbable sa possible ignorance de la position de Bonino. Pendant des décennies, elle fut le défenseur le plus éminent de l’avortement en Italie. En outre, le Pape fut déjà critiqué en 2015 lorsqu’il l’appela au sujet de son cancer et l’invita au Vatican.

Publicité



Laissez un commentaire