M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le ministre Bolduc menace de retirer les enfants des familles qui ne suivent pas la doctrine du ministère de l'éducation

Sur le site du Journal de Montréal du 20 juin 2014 :

(Photo : St. Paul's Indian Industrial School, Middlechurch, Manitoba, 1901)

(Photo :  Library and Archives Canada sur wikimédia sans copyright)

 

 «On doit se donner les outils légaux pour s’assurer que tous les enfants aient accès à l’école. L’enfant pourrait être retiré du milieu familial et être obligé d’aller à une école conforme aux normes», a expliqué M. Bolduc.

Le ministre de l’Éducation n’écarte pas la possibilité de modifier la Loi sur l’instruction publique. Une telle modification pourrait inclure l’obligation de fréquenter une école conforme à la loi du lundi au vendredi aux heures normales de classe.

Nous avons reçu cette excellente réplique :

Démission du Ministre de l’Éducation,  Yves Bolduc

Avec la récente déclaration que nous pourrions qualifier de  du ministre de l’éducation, Yves Bolduc, qui a déclaré récemment qu’il allait arracher à leurs parents les enfants qui vont dans des écoles considérées comme illégales au Québec, cela est une démonstration de l’incompétence et du total manque de jugement de la part de M. Bolduc.

Cette déclaration n’est pas sans rappeler l’affaire des pensionnats Autochtones où les enfants ont été retirés de force à leur parents par le gouvernement pour être envoyés de force dans des pensionnats pour y recevoir une éducation forcée, les arrachant à leur racines, leur milieu et à leurs traditions, ce qui a coûté très cher au gouvernement. C’est ici l’histoire qui se répète.

Les parents sont les premiers responsables de leurs enfants et de l’éducation de leurs enfants. Apprendre à lire et à compter et à se comporter en société, oui, mais pour le bourrage de crâne des enfants du Québec, par des cours obligatoires qui ne répondent aucunement aux attentes ni aux valeurs profondes des parents, plusieurs parents ne sont pas du tout d’accord et cela va bien au-delà des parents insatisfaits du système scolaire, leur nombre est incalculable.

Les enfants ne sont pas la propriété de l’État, Monsieur Bolduc. Faut-il  vous le rappeler et l’école n’est pas une prison et on doit tenir compte des valeurs religieuses ou traditionnelles de leurs familles et de leur milieu dans le choix de l’éducation dispensée aux élèves ? 

L’opposition devrait exiger la démission de M. Bolduc pour de telles menaces proférées à l’endroit des parents du Québec de leur enlever leurs enfants à cause de leurs valeurs et de leurs traditions.

Jocelyne Dumont
 

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire