M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le livre de soeur Marie-Paul Ross : de nouvelles critiques positives et négatives

La revue Pastorale-Québec revient sur le livre si apprécié des médias, « Je voudrais vous parler d'amour... et de sexe » de soeur Marie-Paul Ross. Elle donne la parole à des religieux bien au fait des problématiques soulevées par sœur Ross. Et ceux-ci ont de sérieuses critiques à faire sur son livre.

En voici une, du père Mario Côté, recteur du grand séminaire de Québec, qui rejoint également celle du psychologue et prêtre Martin Laflamme :

« Laisser planer que le seul conseil donné aux futurs prêtres et religieuses en matière d’éducation sexuelle et de préparation au célibat est “faites attention” (p. 226) est à faire frémir. Si à une époque ce fut le cas, peut-on s’entendre pour dire que depuis plus de 30-40 ans la formation dans nos milieux s’est quelque peu “raffinée” sur le sujet! Ses propos ne correspondent pas du tout à mon expérience alors que j’étais moi-même séminariste dans les années 1980 et encore moins à celle que j’ai actuellement à titre de responsable d’un Grand Séminaire. S’il vous plaît, changez de cassette sœur Marie-Paul! Nous ne faisons pas appel à son institut, mais nous misons sur d’autres ressources. »

« Revenir sur les positions trop culpabilisantes de l’Église en matière de sexualité (p.232) laisse entendre que l’auteure n’a pas pris connaissance de l’évolution du discours moral et de la théologie sur la sexualité (voir la théologie du corps de Jean-Paul II par exemple) dans les dernières décennies. De la part d’une religieuse sexologue, donc d’une femme d’Église et d’une spécialiste, on pourrait s’attendre à davantage de rigueur; cela me laisse perplexe… »

À Campagne Québec-Vie, nous avions également constaté les importantes lacunes contenues dans le livre de sœur Marie-Paul  Ross, sur de nombreux sujets, que ce soit la contraception et la masturbation entre autres ou elle semble avoir assimilé sans discernement le discours que l’on retrouve dans la population et que l’on enseigne dans nos universités québécoises, ou bien encore l’avortement. Espérons que soeur Marie-Paul Ross aura l'humilité de corriger ce qui mérite de l'être dans son livre et dans son enseignement, pour que nous puissions également profiter des aspects extrêmement intéressants que nous pouvons y trouver.

 
Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !



Laissez un commentaire